Roland Auzet (1964)

Cathédrale de misère (2010)

théâtre musical, pour un comédien avec électronique et vidéo live

œuvre électronique
œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2010
    • Livret (détail, auteur) :

      d’après l’œuvre de Kurt Schwitters de 1922 à 1932


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Information sur la création

  • Date : 29 May 2010
    Lieu :

    Paris, Maison de la poésie


    Interprètes :

    Steven Schick : comédien, la compagnie Act-Opus, Roland Auzet.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : La Muse en Circuit
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Wilfried Wendling (électronique live)
Dispositif électronique : temps réel, sons fixés sur support, dispositif multimédia (vidéo, lumière)