Liza Lim (1966)

Yuè Lìng Jié (Moon Spirit Feasting) (1999)

opéra rituel chinois de rue en sept parties

œuvre électronique
œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1999
    • Durée : 1 h 15 mn
    • Éditeur : Ricordi, Milan, nº 138448
    • Commande: Festivals d'Adelaide et de Melbourne
    • Livret (détail, auteur) :

      Beth Yahp, en anglais et chinois


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

      4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Effectif détaillé
  • solistes : 1 soprano solo, 1 mezzo-soprano solo, 1 baryton solo
  • 1 flûte piccolo (aussi 1 flûte, 1 flûte basse), 1 clarinette (aussi 1 clarinette basse), 1 saxophone alto (aussi 1 saxophone basse), 1 trompette, 2 percussionnistes (aussi 1 bugle), 1 koto [à 13 cordes] , 1 autre cordes frottées [er-hu, violon chinois] , 1 violoncelle

Information sur la création

  • Date : 15 March 2000
    Lieu :

    Australie, Adelaide, Adelaide Festival, Torrens River Barge


    Interprètes :

    Deborah Kayser : soprano, Melissa Madden Gray : mezzo-soprano, Orren Tanabe : baryton, ensemble ELISION, direction : Simon Hewett, mise en scène : Michael Kantor, décors : Dorotka Sapinska, Melissa Madden Gray : chorégraphe.

     

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : amplification

Note de programme

Voir note sur le site de l'ensemble ELISION (lien vérifié en juillet 2010).


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466.