Jérôme Combier (1971)

Gone (2010)

pour trio à cordes, clarinette, piano et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2010
    • Éditeur : Lemoine, Paris
    • Commande: État, ensemble Accroche-note
Effectif détaillé
  • clarinette, piano, violon, alto, violoncelle

Information sur la création

  • 5 October 2010, France, Strasbourg, festival Musica, par l'ensemble Accroche-note.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Robin Meier
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Observations

Écouter l’enregistrement du concert ManiFeste du 30 juin 2016 au Centre Georges Pompidou : https://medias.ircam.fr/xffdfa9 

Note de programme
_Gone_ fut le premier titre de _Solo_, monologue écrit par Samuel Beckett en 1979 à la demande de David Warrilow, acteur de l’adaptation anglaise du _Dépeupleur_ crée à New-York en août 1977\. Quand Beckett lui demande ce qu’il imagine comme texte, l’acteur répond : « Je voyais l’image d’un homme debout sur une scène, éclairé par en haut. Il se tient dans une sorte de cône de lumière. On ne distingue pas son visage et il parle de la mort 1. » Solo commence par ces mots : « Sa naissance fut sa perte. » _Gone_ clôt un recueil ouvert en 2006, regroupant quatre pièces de musique de chambre : Noir azur (pour trio à cordes, 2006), Noir gris (pour trio à cordes, 2007), Hors crâne (pour violon, violoncelle et électronique, 2008) et _Gone_ (pour clarinette, piano, trio à cordes et électronique). Peut-être _Gone_ est loin de l’univers de Beckett et de l’entreprise première que je m’étais fixée car loin de l’épure recherchée initialement, le peu d’idée, la restriction des éléments musicaux et surtout la simplicité de leur figuration, mais toutefois je n’ai pas dérogé à la recherche d’une forte contrainte formelle, et numérique à l’origine de toutes les proportions musicales (le temps accordée à telle ou telle idée) et qui reste ainsi la constante de ces quelques pièces. Si le point de départ reste le texte et la fabrication d’une matière musicale mélodique puis harmonique issue précisément des mots ou des bribes de phrases, le texte de Beckett a vite été abandonné dans le cours de la fabrication de la musique. Les échelles de hauteurs construites se sont vite émancipées. Au départ, je me souviens qu’il y avait aussi la recherche d’un timbre précis, d’une qualité de son : une matière noire, profonde, sans repère, ni rythme, ni hauteurs, des bruits de frottements, de souffles, de pression d’archet, comme origine de tout son ou même de toute idée à naître. Ce souffle de l’acteur, David Warrilow prenant sa respiration (rauque et sourde) que l’on entend au début de _Solo_.
L’ajout de l’électronique, s’il m’éloigne incontestablement de la parole parcimonieuse de Samuel Beckett, devrait me permettre en contrepartie d’accéder à ce monde de bruits et de tensions. Plus encore, sa fonction première est de masquer, ou en quelque sorte détruire, ce qui est lisible dans le travail instrumental. Enrichir à ce point le timbre pour que la musique ne soit plus que le fantôme d’elle-même. Gone Peut-être _Gone_ est loin de l’univers de Beckett et de l’entreprise première que je m’étais fixée car loin de l’épure recherchée initialement, le peu d’idée, la restriction des éléments musicaux et surtout la simplicité de leur figuration, mais toutefois je n’ai pas dérogé à la recherche d’une forte contrainte formelle, et numérique à l’origine de toutes les proportions musicales (le temps accordée à telle ou telle idée) et qui reste ainsi la constante de ces quelques pièces.
* * *
1.  James Knowlson, _Beckett_, p. 1038, Actes Sud, Arles 1999, traduction Oristelle Bonis (Damned to fame, _The Life of Samuel Beckett_, Londres 1996)

Jérôme Combier, Juillet 2010.