Toshio Hosokawa (1955)

Renka I (1986)

pour soprano et guitare

  • Informations générales
    • Date de composition : 1986
    • Durée : 13 mn
    • Éditeur : Schott
    • Livret (détail, auteur) :

      Iwanohime-no-Ookisaki et Sano-no-Otogami-no-Otome, tirés du 2e volume de Manyoshu et Sone-no-Yoshitada tiré du Shinkokinshu, traduits du japonais par Glenn Glasow


      1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

      2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

      3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

      4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Effectif détaillé
  • soprano solo, guitare

Information sur la création

  • Date : 18 December 1986
    Lieu :

    Suisse, Fribourg


    Interprètes :

    Towako Sato : soprano et Sonja Prunbauer : guitare.

Note de programme
Dans chacune des pièces, la voix de la chanteuse suit un mouvement comparable à celui de la ligne de pinceau que l’on nomme Sen, en calligraphie, tout en opérant de subtils changements de timbre dans les voyelles. Une attention particulière a été prêtée à de minutieux changements de hauteur par le portamento, ainsi qu’à des changements de dynamique obtenus par des techniques de clair-obscur et de perspective. Cette « ligne » est influencée par le shômyô [la cantillation bouddhique], en particulier celui des sectes Tendai et Shingon. Dans les parties 1 et 2, la voix de femme et la harpe donnent naissance à une hétérophonie par le déplacement progressif d’une ligne dans le temps et dans l’espace (les hauteurs). La troisième pièce suggère les oscillations tranquilles de la mer – les oscillations tranquilles de l’esprit – et la « ligne » souple de la voix féminine s’y dessine avec en arrière-plan la forme sonore répétitive de la harpe aux lentes métamorphoses.

Toshio Hosokawa.


Tel sur les épis
des rizières à l’automne
brume du matin
se dissipe quand donc
mon amour cessera-t-il ?
extrait du Manyoshû (vol. 2)

© Presses orientalistes de France, 1997
Traduction René Sieffert

II
La si longue route
par laquelle vous partez
la voudrais rouler
et mettre en tas pour que puissent
feux célestes la détruire

Chants d’amour du Manyoshû
© Presses orientalistes de France, 1993
Traduction René Sieffert

III
Franchissant la Baie de Yura,
batelier sans plus de gouvernail
on ne sait où il mène
le chemin de l’amour

Extrait du Shinkokinshû
Traduction Véronique Brindeau


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16.