Bernard Cavanna (1951)

Fauve (1994)

pour violon solo

  • Informations générales
    • Date de composition : 1994
      Dates de révision : 1995 - 1996
    • Durée : 09 mn
    • Éditeur : Editions Musicales Européennes
    • Dédicace : à Noëmi Schindler
  • Genre
    • Musique soliste (sauf voix) [Violon]
Effectif détaillé
  • 1 violon

Information sur la création

  • Date : May 1995
    Lieu :

    Suisse, Zurich, Maison des Congrès


    Interprètes :

    Noëmi Schindler.

  • Date : February 1996
    Lieu :

    France, Paris, Festival Présence de Radio France


    Interprètes :

    Noëmi Schindler.

Note de programme

Cette œuvre fut écrite pour la violoniste suisse Noëmi Schindler. Elle en donna la création au Kongresshaus de Zurich en mai 1995 et dans sa version définitive au festival Présence de Radio France en février 1996.

Fauve signifie tout autant une couleur située entre le jaune et le roux, un animal sauvage, qu'un mouvement de peinture ou l'idée du « non apprivoisé ».

Si tout au long du parcours, les pièces ne font pas référence avec l'une ou l'autre de ces définitions, il y a dans cette musique de toute évidence, une résonance implicite avec chacune d'entre elles.

Des six pièces, la troisième et la quatrième reprennent thématiquement les éléments des deux premières. Il est ainsi possible d'enchaîner ces pièces de manière à constituer un cycle plus court : 1 - 2 - 5  6 ou 3 - 4 - 5 - 6.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  6. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  7. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Bernard Cavanna