Denis Cohen (1952)

Soft Machine (2004)

pour clarinette et violoncelle

  • Informations générales
    • Date de composition : 2004
    • Durée : 13 mn
    • Éditeur : Nodus
    • Commande: Anssi Karttunen et Chen Halevi
Effectif détaillé
  • 1 clarinette, 1 violoncelle

Information sur la création

  • Date : 17 June 2006
    Lieu :

    Paris, Centre culturel Tchèque


    Interprètes :

    Anssi Karttunen : violoncelle et Chen Halevi : clarinette.

Note de programme

Cette œuvre se déroule dans le cadre d’un déterminisme contraignant (machine) tempéré par l’utilisation de figures repérables sans être thématiques, ce qui impliquerait le retour exact de cette figuration (soft).

Elle se déroule en six parties de longueur inégale en raison de leur découpe interne. Elles sont subdivisées en 4 sections, 3, 2, 3, 4, et enfin 1.

Le versant « machinique » concerne principalement les tempi, vitesses de déroulement, en forme de pyramide « brisée » comme ceci : unités à 48, 58, 48, 80, 58, 90, 72,120, 96,72, 58, 48, pyramide dans laquelle on aperçoit une progression en escalier puis une chute directionnelle.


  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

  3. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  4. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Denis Cohen