Denis Cohen (1952)

Ombre 2 (2003)

pour clarinette et électronique

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2003
    • Durée : 08 mn
    • Éditeur : Nodus
    • Commande: Chen Halevi
Effectif détaillé
  • 1 clarinette

Information sur la création

  • 2003, Allemagne, Trossingen, par Chen Halevi.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Ombre 2 fait partie d’un cycle de pièce solistes avec ou sans électronique (Ombre 1 pour violoncelle et électronique, Eleistà pour 6 violoncelles et électronique..., Nodus 1 pour clarinette solo, Nodus 2 pour clarinette solo). Ces œuvres sont en général écrites en réponse et pour certains amis musiciens qui se sont très investi dans le domaine de la musique d’aujourd’hui, ici Chen Halevi.

Dans les deux œuvres Ombre 1 et Ombre 2, comme le titre l’indique, la partie électronique fonctionne comme une ombre de la partie instrumentale, et est intégralement construite à partir de sons de l’instrument soliste.

L’univers sonore est celui de la composition globale, non celle d’une démonstration technologique – comme d’autres œuvres conçues pour piano Jeux).

Ombre 2 commence avec 8 fausses clarinettes qui forment un tapis très feutré et neutre ; on retrouvera ce matériau au milieu comme un cours rappel, puis dans la dernière section, modulé par un système de hauteur et de registre conduit par l’instrument soliste.

La 2e section donne plus d’autonomie au soliste avec une sorte de résumé harmonique des phrases horizontales de la clarinette.

La 3e section fonctionne à deux voix, dont les notes principales sont « capturées » et spatialisées à travers les HP. La 4e section est basée sur un geste instrumental donné aussi bien par la clarinette que l’électronique qui prolonge en écho les notes longues avec un système de spatialisation random. Une transition d’accords et un rappel de l’introduction conduit à la dernière section qui amplifie la clarinette dans un contrepoint qui structure l’espace vers un pianissimo général.

Denis Cohen