Fabien Lévy (1968)

Tre volti del volubile Ares (2006)

pour orchestre d'harmonie professionnel

  • Informations générales
    • Date de composition : 2006
    • Durée : 23 mn
    • Éditeur : Ricordi, Munich
    • Commande: État, Ministère français de la Culture
    • Dédicace : I. à Gérard Assayag et son équipe "Open Music" ; II et III. à tous les orchestres d'harmonie, dans un esprit d'entente universelle entre les peuples
Effectif détaillé
  • flûte piccolo, 2 flûtes, 2 hautbois, cor anglais, petite clarinette, 12 clarinettes [3x4 ou 3x2] , 2 clarinettes en mib [ou 2 cl. basses en sib] , 2 clarinettes basses, clarinette contrebasse, 4 saxophones [sopr., alt., ten., bar.] , 2 bassons [ou 2 sax. bar. ad lib] , 4 cors, 2 cornets à pistons [en sib] , 2 trompettes, 3 trombones, 2 tubas [ténors] , 2 tubas basse, 4 percussionnistes

Information sur la création

  • Date : 22 May 2011
    Lieu :

    Brésil, Sao Paulo, Fundaçao Memorial América Latina


    Interprètes :

    la Banda Jovem do Estado de Sao Paulo, direction : Guillaume Bourgogne.

Observations

deux versions : pour 48 musiciens : 3.2.2 - 1.4.4.4.2.2.1 -4 sax- 4.2.2.3.2.2.- 4 perc ou reduction pour 27 :  2.2.5.2 - 4 sax. - 2.2.3.1 - 4 perc.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Titres des parties
  • I. Inno ;
  • II. Il sole è cieco (secondo Curzio Malaparte), violente ;
  • III. Il sole è cieco, funebre.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Note de programme

Qu'est-ce qu'une musique militaire ? En quoi une œuvre artistique peut-elle encourager, célébrer (tristement ou victorieusement) ou dépeindre des actes de guerre ? Il y a diverses manières de considérer la guerre : comme activité stratégique et politique indépendamment de ses conséquences humaines (Clausewitz, Sun Tzu) ; comme geste individuel héroïque et de dépassement ; comme expression de destruction et renouvellement éternels (Jünger) ; comme acte de résistance porteur de paix et de liberté ; ou, plus à court terme, comme tragédie humaine terrible (Malaparte).

Tre volti del volubile Ares (trois visages d'Ares l'inconstant), pour orchestre d'harmonie professionnel s'inspire de ces différentes lectures. Le premier mouvement, Inno s'attache aux musiques d'incitation et d'encouragement au combat. Le second mouvement, Il sole è cieco (1-violent ; 2-Funebre), d'après l'œuvre homonyme de Curzio Malaparte, fait allusion aux musiques funèbres.

Dans ce diptyque, comme dans mes autres pièces pour grand ensemble, l'orchestre est traité comme polyphonie pointilliste de ses 48 musiciens. Le premier mouvement, Inno, applique des techniques rythmiques complexes issues d'Afrique, les cross-rhythms, que j'élargis à d'autres paramètres musicaux, et que j'ai, pour la première fois dans cette œuvre, calculé à l'aide de l'ordinateur. L'œuvre est ainsi dédiée à Gérard Assayag et à son équipe de l'Ircam, dont le logiciel Open Music m'a été ici indispensable. Malgré les réticences de dernières minutes de certains ensembles pour créer cette œuvre difficile dans sa réalisation comme dans son message, et en remerciement chaleureux pour ceux qui ont accepté ce défi, le second mouvement est dédié à tous les orchestres d'harmonie, merveilleux ensembles musicaux, dans un esprit d'entente universelle entre les peuples.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Fabien Levy.