Aaron Einbond (1978)

What the Blind See (2008-2009)

pour clarinette basse, alto, harpe, percussion, piano préparé et électronique live

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2008 - 2009
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Livret (détail, auteur) :

      Images vidéo : Pierre-Edouard Dumora (Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains)


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

      4. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

      5. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

      6. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

      7. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      8. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Effectif détaillé
  • 1 clarinette basse, 1 alto, 1 harpe, 1 percussionniste, 1 piano [préparé]

Information sur la création

  • Date : 13 June 2009
    Lieu :

    Paris, Le Centquatre, festival Agora


    Interprètes :

    l'ensemble l’Instant donné : Mathieu Steffanus : clarinette basse, Elsa Balas : alto, Esther Davoust : harpe, Maxime Echardour : percussion, Caroline Cren : piano.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus II composition et informatique musicale
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Eric Daubresse (encadrement pédagogique)
Dispositif électronique : temps réel

Note de programme

What the Blind See prend sa source dans l'imaginaire sonore et visuel de la science : étoiles et particules comme autant d'ima­ges de l'infiniment petit et de l'infiniment grand, « field recordings » de pluie et de neige, son « concrets » infinitésimaux, tirés des instruments. Nous avons recherché, avec Pierre-Edouard Dumora le vidéaste, les moyens de donner une forme sensible à des mondes invisibles, à travers deux œuvres autonomes, néanmoins inachevée l'une sans l'autre. La vidéo, présentée à Panorama à Tourcoing, conserve quelques traces sonores lointaines de l'œuvre musicale. La musique, présentée au 104, se reflète dans une scénographie d'images abstraites issues du film, mais dont le fil narratif aurait été déconstruit.

Les sons infimes et bruiteux de la musi­que sont analysés par l’informatique comme des molécules le seraient dans un microscope et amplifiés par des microphones-contact, générant des phénomènes sonores disproportionnés par rapport aux gestes subtils dont ils résultent. Diffractés puis projetés dans l’espace par l’électronique, ils sollicitent une écoute aux aguets ou acquièrent, au contraire, la puissance inouïe de colli­sions galactiques. L'interaction avec l'ordinateur s'appuie sur un système modelé sur un ensemble de descripteurs sonores cognitifs et développé grâce à la collaboration de chercheurs de l'Ircam. L'écriture instrumentale est également fondée sur ce modèle : elle manipule et transcrit avec les timbres de l'ensemble des modes de jeux bruités. Passages de l’infiniment petit à l’infiniment grand ; oreille collée au son ou perspectives loin­taines et désolées : la notion d’échelle et de retournement de la perception sont ici au centre de l’expérience, comme veut en témoigner le titre de l'œuvre de la pièce, emprunté à un article du neu­rologue Oliver Sacks.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  5. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  6. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  7. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  8. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Aaron Einbond, programme de la création, Agora 2009.