Aaron Einbond (1978)

What the Blind See (2008-2009)

pour clarinette basse, alto, harpe, percussion, piano préparé et électronique live

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2008 - 2009
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Livret (détail, auteur) :

      Images vidéo : Pierre-Edouard Dumora (Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains)

Effectif détaillé
  • 1 clarinette basse, 1 alto, 1 harpe, 1 percussionniste, 1 piano [préparé]

Information sur la création

  • 13 June 2009, Paris, Le Centquatre, festival Agora, par l'ensemble l’Instant donné : Mathieu Steffanus : clarinette basse, Elsa Balas : alto, Esther Davoust : harpe, Maxime Echardour : percussion, Caroline Cren : piano.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus II composition et informatique musicale
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Eric Daubresse (encadrement pédagogique)
Dispositif électronique : temps réel

Note de programme

What the Blind See prend sa source dans l'imaginaire sonore et visuel de la science : étoiles et particules comme autant d'ima­ges de l'infiniment petit et de l'infiniment grand, « field recordings » de pluie et de neige, son « concrets » infinitésimaux, tirés des instruments. Nous avons recherché, avec Pierre-Edouard Dumora le vidéaste, les moyens de donner une forme sensible à des mondes invisibles, à travers deux œuvres autonomes, néanmoins inachevée l'une sans l'autre. La vidéo, présentée à Panorama à Tourcoing, conserve quelques traces sonores lointaines de l'œuvre musicale. La musique, présentée au 104, se reflète dans une scénographie d'images abstraites issues du film, mais dont le fil narratif aurait été déconstruit.

Les sons infimes et bruiteux de la musi­que sont analysés par l’informatique comme des molécules le seraient dans un microscope et amplifiés par des microphones-contact, générant des phénomènes sonores disproportionnés par rapport aux gestes subtils dont ils résultent. Diffractés puis projetés dans l’espace par l’électronique, ils sollicitent une écoute aux aguets ou acquièrent, au contraire, la puissance inouïe de colli­sions galactiques. L'interaction avec l'ordinateur s'appuie sur un système modelé sur un ensemble de descripteurs sonores cognitifs et développé grâce à la collaboration de chercheurs de l'Ircam. L'écriture instrumentale est également fondée sur ce modèle : elle manipule et transcrit avec les timbres de l'ensemble des modes de jeux bruités. Passages de l’infiniment petit à l’infiniment grand ; oreille collée au son ou perspectives loin­taines et désolées : la notion d’échelle et de retournement de la perception sont ici au centre de l’expérience, comme veut en témoigner le titre de l'œuvre de la pièce, emprunté à un article du neu­rologue Oliver Sacks.

Aaron Einbond, programme de la création, Agora 2009.