Evan Gardner (1978)

Erstarrung (2008)

pour ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 2008
    • Durée : 15 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Commande: Ensemble intercontemporain (Tremplin 2008)
Effectif détaillé
  • 2 flûte (aussi 1 flûte piccolo, 1 flûte alto), 2 hautbois (aussi 1 cor anglais), 3 clarinette (aussi 2 clarinette en mib, 1 clarinette basse, 1 clarinette contrebasse), 2 basson (aussi 1 contrebasson), 2 cor, 1 trompette piccolo, 1 trompette [en ut] , 2 trombone, 1 tuba (aussi 1 euphonium), 3 percussionniste, 1 harpe, 1 piano, 3 violon, 2 alto, 2 violoncelle, 1 contrebasse

Information sur la création

  • 10 January 2009, Paris, Centre Pompidou, par Ensemble intercontemporain.

Note de programme
Erstarrung étudie les états musicaux statiques en dramatisant les notions de solidification et de stabilité. L’idée de l’œuvre vient du titre Mouvement ( vor der Erstarrung) d’Helmut Lachenmann. Il s’agit d’une pièce apocalyptique ; une suite de mouvements inanimés dont la pseudo-activité s’épuise lentement. J’ai commencé à me demander si le pré­misse pouvait se contempler lui-même, si un état de solidification pouvait devenir quelque chose d’actif, et si la vie pouvait renaître d’une énergie vide.

Au cours de l’élaboration de cette pièce sur les états statiques, mon processus créatif semblait lui-même gelé. Le projet présentait plusieurs paradoxes : représenter l’immobilité à l’aide d’un matériau stable n’est pas intéressant. Je me suis rendu compte que le moyen le plus efficace d’explorer une idée inclut parfois des objets et des qualités qui ne lui sont pas propres. Il en résulte une œuvre où des identités acoustiques contrastantes s’entrecroisent, se combinent et se fondent l’une dans l’autre pour créer de nouvelles situations musicales. Ainsi, un certain nombre d’idées se répè­tent en combinaisons toujours nouvelles. Nonobstant quelques surprises en cours de route, l'énergie s'accumule sans cesse créant un processus de solidifi­cation dominant peu à peu la musique.

Evan Gardner