Thomas Adès (1971)

America - A Prophecy (1999)

pour mezzo-soprano, grand orchestre et grand chœur ad libitum

  • Informations générales
    • Date de composition : 1999
    • Durée : 15 minutes
    • Éditeur : Faber Music
    • Opus : 19
    • Commande: New York Philharmonic Messages for the Millenium, avec le soutien de la Fondation Francis Goelet
    • Livret (détail, auteur) :

      texte de la soprano : adaptation du compositeur des livres de Chilam Balam (langue maya), texte du chœur : La Guerra de Matteo Flexa (en anglais)

Effectif détaillé
  • soliste : mezzo-soprano solo
  • chœur mixte
  • 4 flûte (aussi 2 flûte piccolo), 4 hautbois, 2 clarinette, clarinette basse, clarinette contrebasse, 4 basson (aussi contrebasson), 4 cor, 3 trompette (aussi 1 trompette piccolo), 2 trombone, trombone basse, tuba, 4 percussionniste, timbales, harpe, piano, 16 violon, 16 violon II [ou 14] , 12 alto, 10 violoncelle, 8 contrebasse

Information sur la création

  • 11 November 1999, États-Unis, New York, Lincoln Center, par Beth Clayton : mezzo-soprano et l'Orchestre philharmonique de New York, direction : Kurt Masur.

Observations

Enregistrement : «  Adès Anthology », 2 cds EMI Classics, 2011.

Note de programme

La musique maya d’America - A Prophecy telle qu’elle apparaît d’abord, est à la fois parfaitement simple – une formule alternant trois, puis quatre notes – et dense, obstinée, engourdie dans sa sensibilité. À mesure qu’elle change et se développe, elle préserve cette dualité, tour à tour expression exubérante et austère exercice de maîtrise. De même, la musique espagnole, lorsqu’elle fait irruption à mi-chemin, après des prémonitions, regorge non seulement d’agressivité, mais aussi d’excitation libre et débridée, jusque dans les décorations flamboyantes pour trois trompettes, dont une petite suraiguë. Créée le 11 novembre 1999, America prit soudain une actualité inattendue et troublante vingt-deux mois plus tard, précisément ; mais ses inquiétudes prophétiques sont plus vastes, ayant à voir avec les conflits et les équilibres entre ce qui est naturel, primitif, élémentaire, et ce qui est hautement développé.

Extrait du programme du festival Présences de Radio France 2007.