Jean-Claude Risset (1938)

Rebonds (2000)

pour piano interactif (type disklavier Yamaha) connecté à un ordinateur et percussion

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2000
    • Durée : 12 mn
    • Éditeur : édition du compositeur
Effectif détaillé
  • piano [piano interactif (type disklavier Yamaha)] , percussionniste

Information sur la création

  • 9 December 2000, Paris, Auditorium des Halles, concert de l'ISEA (International Symposium for the Electronic Arts), par Ancusa Aprodi : piano interactif et Thierry Miroglio : percussion.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Rebonds I, pour piano interactif Disklavier et percussion, a été écrit pour Ancuza Aprodu et Thierry Miroglio et créé le 9 décembre 2000 à l'Auditorium des Halles de Paris lors du concert "Real Time/Imaginary Landscapes" donné dans le cadre du Symposium International des Arts Electroniques" ISEA 2000.

Rebonds I implique une interaction entre pianiste et percusssioniste, mais aussi entre le pianiste et un partenaire invisible qui « rebondit » sur le même piano acoustique : le partenaire réalise, grâce au programme MAX de Miller Puckette, un accompagnement sensible à ce que joue le pianiste et à la façon dont il joue, comme je l'ai mis en œuvre dans mes Pièces en duo pour un pianiste.

La relation entre ce que joue le pianiste et son partenaire virtuel revêt des formes différentes lors de séquences successives, réunis par des « ponts » piano-percussion. D'abord le partenaire maintient levés certains étouffoirs, et le pianiste joue directement sur les cordes avec le concours du percussionniste. Puis le pianiste commence des arpèges prolongés par l'accompagnement. Le partenaire joue ensuite le rôle d'un miroir qui inverse les figures mélodiques du pianiste ; puis il « fractalise » le jeu du pianiste, c'est-à-dire qu'il reproduit les figures jouées par le pianiste dans divers octaves ; ensuite il reproduit en canon transposé les mélodies jouées par le pianiste. Dans la dernière séquence, le partenaire fait proliférer les notes en jouant des arpèges dont le tempo augmente (ou pour certains diminue) si le pianiste joue plus fort. Le percussioniste s'incorpore au jeu du piano ou au contraire constraste avec lui.

Jean-Claude Risset.