Brice Pauset (1965)

Adagio dialettico (2000)

pour saxophone, percussion et piano

  • Informations générales
    • Date de composition : 2000
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Lemoine, Paris, nº 27331
    • Dédicace : à Franck Christoph Yeznikian
Effectif détaillé
  • 1 saxophone, 1 percussionniste, 1 piano

Information sur la création

  • 21 October 2000, Donaueschingen, Donaueschinger Musiktage, par Trio Accanto : Markus Weiss, saxophone, Christian Dierstein, percussion, Yukiko Sugawara, piano

Note de programme
    <p>Recourir aujourd’hui, à l’heure des machines numériques, à la dialectique, impose des conditions de vie peu reposantes ; c’est bien pourtant ce que l’histoire exige désormais de nous : la modernité se veut présent ; le passé se montre à satiété, mêlant reliques et falsifications.</p><p>Dans ce morceau, rien ne se fixe ; chaque nouvel élément est une tentative possible de résorption dialectique de tensions. En quelque sorte, la définition du « baroque » par Guy Debord, comme d’un monde qui aurait <em>perdu son centre</em>, serait une fois de plus à l’œuvre ici : l’excentration est la norme dans un paysage où la notion même de thème (comme dans « thème et variations ») serait perçue comme incongrue.</p><p>C’est sous la pression bienvenue d’une commande que j’ai écrit ici pour la première fois une partie de saxophone. Mon premier empressement a été de me démarquer autant que possible (au moins consciemment) des habituels clins d’œil au jazz, et à ses sempiternels clichés tiédasses. S’il fallait absolument désigner une paternité historique à l’emploi du saxophone dans ma musique, je me référerais volontiers à Alban Berg, à la volupté vénéneuse et à l’élégante vulgarité de la cantate <em>Der Wein</em>.</p><p>Ma musique est toujours très simple, mais elle réunit dans sa construction des exigences très différenciées (c’est, semble-t-il, la définition officielle du substantif <em>complexité</em>) : la question de l’écoute et de la remémoration, l’exigence des arrière-plans combinatoires, la présence terrible du passé. Baltasar Gracián, grand connaisseur du temps historique, dit avec beaucoup de pertinence, dans <em>L’Homme de cour </em>: « Soit l’action, soit le discours, tout doit être mesuré au temps. Il faut vouloir quand on le peut; car ni la saison, ni le temps n’attendent personne. »</p><p><em>Brice Pauset.</em><br /></p>