Bruno Mantovani (1974)

Bug (1998)

pour clarinette

  • Informations générales
    • Date de composition : 1998
    • Durée : 05 mn
    • Éditeur : Lemoine, nº 27077
Effectif détaillé
  • clarinette

Information sur la création

  • Date : 6 February 1999
    Lieu :

    France, Mériel, festival


    Interprètes :

    Philippe Berrod.

Note de programme

Créée le 6 février 1999 au festival de Mériel par son dédicataire, Philippe Berrod, Bug est une œuvre extrémement virtuose et instable, métaphore musicale du désordre provoqué par une panne informatique imaginaire (et fort heureusement non-prémonitoire de ce qui aurait pu se passer le 31 décembre 1999...). Bien que dans le début de l'œuvre, la majeure partie des formules rythmiques soient des multiples d'une unité commune (la double-croche), le discours perd de sa régularité par l'emploi de dynamiques spécifiques, qui contredisent souvent le profil mélodique. De même, les nombreux trilles ou bisbigliandi, ainsi que les articulations variées, contribuent à donner au début de l'œuvre un sentiment de densité extreme. Progressivement, le discours semble échapper à l'interprète des traits rapides remplacent la pulsation présente au début de l'œuvre. Après une accalmie de courte durée, la virtuosité reprend ses droits, conduisant à un point de non retour : une note dans le registre aigu jouée ffff. A partir de ce moment, tout semble se désagréger : des bribes de figures remplacent la fulgurance de la section précédente. Morne l'échelle harmonique semble se décomposer : des quarts de ton troublent l'écoute, comme si les hauteurs « fondaient ». La pièce s'achève alors sur des notes tenues, seules persistances des mélodies micro-tonales.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Bruno Mantovani.