Kaija Saariaho (1952)

Tag des Jahrs (2001)

première version, pour chœur mixte et électronique
[Jour de l'année]

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2001
    • Durée : 15 mn
    • Éditeur : Chester Music
    • Commande: Tapiola Chamber Choir
    • Livret (détail, auteur) :

      Friedrich Hölderlin

Effectif détaillé
  • ensemble de voix solistes(2 soprano solo, mezzo-soprano solo, contre-ténor solo, 2 ténor solo, baryton solo)

Information sur la création

  • 9 November 2002, Finlande, Helsinki, par le Tapiola Chamber Choir, direction : Hannu Norjanen.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Centre Civitella Ranieri, Italie

Titres des parties

  • Der Frühling
  • Der Sommer
  • Der Herbst
  • Der Winter

Note de programme

Familière des derniers poèmes d’Hölderlin depuis quelque temps déjà, j’en avais utilisé certains pour quelques petites œuvres.

L’idée de Tag des Jahrs, pour chœur mixte et électronique, m’est venue lorsque, il y a quelques années, une personne qui m’était très chère subit une hémorragie cérébrale et acquit alors une nouvelle logique (ou plutôt connut une perte de logique) : elle n’avait plus aucune notion de temps ni d’espace. Ainsi, je ne sais pas ce qui est arrivé à Hölderlin pour qu’il signe ses poèmes sous des dates, des décades et même des siècles différents de ceux où il vivait et sous le pseudonyme de Scardanelli. J’ai néanmoins acquis une nouvelle vision de ces poèmes que j’ai ressenti comme des visions ou des instants vécus dans le clignement d’un œil et qui s’évanouissent dans de nouveaux et intenses moments. Le texte demande un traitement choral archaïque. Je voulais également développer le monde sonore en direction de la nature si présente dans ces poèmes. Ainsi le matériel sonore n’est pas seulement constitué de voix humaines, mais également de bruits d’oiseaux, de vent et d’autres sons de la nature. La partie électronique a été réalisée pendant l’été 2001 au centre Civitella Ranieri en Italie avec Jean-Baptiste Barrière.


Kaija Saariaho.