Kaija Saariaho (1952)

Mirrors (1997)

extrait du cd-rom Prisma, pour flûte et violoncelle

  • Informations générales
    • Date de composition : 1997
    • Durée : 04 mn
    • Éditeur : Chester Music
Effectif détaillé
  • flûte, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 18 June 1997
    Lieu :

    Allemagne, Siegen


    Interprètes :

    Camilla Hoitenga : flûte, Anssi Karttunen : violoncelle.

Note de programme

Mirrors is a piece written originally for the CD-Rom Prisma dedicated to my music. In the context of the CD-Rom, the user can build and play his own versions of Mirrors, by combining pre-defined fragments. Because written for this purpose, the piece is built in such a manner that it can be reconstructed in multiple versions. The fragments of the game are the passages separated with double bar.

The existing score is my own versions of Mirrors, but musicians are welcome to construct their versions of it. They should, anyway, try to follow the ideas I had about musical mirrors: there should be always a mirror in one or several of the following musical dimensions: rhythm, pitch, instrumental gesture or timbre. The mirror can be horizontal, between flute and cello (bars 4-5: rhythm mirror, bar 17: gesture, etc) or vertical (bars 57-58: timbre, bars 65-66: flute gesture, cello gesture, rhythm and pitch).

In the middle of the piece, an old poem is quoted, that became famous because of its illustration on a wall carpet, which hangs in the museum of Cluny. A woman, holding a mirror, sees its mirror image into an unicorn :

« Miroir clair -
brillant sans souillure -
dans lequel il peut se voir lui même et voir l’amour de sa Dame. »


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Kaija Saariaho, 1998, Chester Music Ltd.