Unsuk Chin (1961)

Alice in Wonderland (2004-2007)

opéra en huit scènes


œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2004 - 2007
    • Durée : 2 h
    • Éditeur : Boosey & Hawkes
    • Livret (détail, auteur) :

      David Henry Hwang et Unsuk Chin, d'après Alice in Wonderland et Through the Looking Glass de Lewis Carroll.


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

      4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Effectif détaillé
  • solistes : 3 sopranos solo, mezzo-soprano solo, contre-ténor solo, 2 ténors solo, 2 basses solo
  • chœur mixte à 40 voix [à 60] , chœur d'enfants à 20 voix
  • 3 flûtes (aussi 1 flûte piccolo, 1 flûte alto), 2 hautbois (aussi 1 cor anglais), 3 clarinettes (aussi 1 clarinette en mib, 1 clarinette basse), clarinette basse [sur la scène] , 2 bassons (aussi 1 contrebasson), 4 cors, 3 trompettes, 2 trombones, tuba, 4 percussionnistes, timbales, harpe, accordéon, mandoline, piano (aussi célesta, clavecin), clavier électronique/MIDI/synthétiseur [sampler] , 10 violons, 8 violons II, 6 altos, 6 violoncelles, 4 contrebasses

Information sur la création

  • Date : 30 June 2007
    Lieu :

    Allemagne, Munich, Bayerische Staatsoper


    Interprètes :

    Achim Freyer : mise en scène, Bayerische Staatsoper, direction : Kent Nagano, Sally Matthews : Alice, Piia Komsi : Cat, Dietrich Henschel : Mad Hatter, Andrew Watts : White Rabbit/March Hare, Dame Gwyneth Jones : Queen.

Observations

DVD : Sally Matthews, Piia Komsi, Dietrich Henschel, Andrew Watts, Gwyneth Jones Achim Freyer : mise en scène, Ellen Fellmann : direction vidéo, Bayerisches Staatsoper et Staatsorchester, direction : Kent Nagano, Unitel A05016472.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466.