George Benjamin (1960)

Three Miniatures for Solo Violin (2001)

  • Informations générales
    • Date de composition : 2001
    • Durée : 07 mn
    • Éditeur : Faber Music
  • Genre
    • Musique soliste (sauf voix) [Violon]
Effectif détaillé
  • 1 violon

Information sur la création

  • Date : 8 March 2002
    Lieu :

    Hotel Romerbad, Badenweiler, Allemagne (création complète)


    Interprètes :

    Irvine Arditti.

    • Première création incomplète (A Lullaby for Lalit), le 21 janvier 2002 à Bombai, Inde par Jagdish Mistry.

Titres des parties

  • A Canon For Sally
  • A Lullaby For Lalit
  • Lauer Lied

  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Note de programme

Voici trois courtes pièces, explorant chacune une facette différente d’une même technique compositionnelle, et toutes écrites pour des amis. A Lullaby for Lalit est une mélodie simple et détendue, accompagnée de cordes à vide qui se muent au fil du discours en un ruban d’harmonies. A Canon for Sally est un mouvement rapide et extrêmement énergique, dont les harmonies en triade et les rythmes accentués se font de plus en plus obsessionnels. Lauer Lied s’ouvre sur une introduction d’accords pincés, laquelle nous mène à une chanson douce jouée à l’archet, mais accompagnée de pizzicati de la main gauche. Une première version de ces trois miniatures a été créée en mars 2002 dans le cadre du Festival de Römerbad par Irvine Arditi, qui en a également créé la version définitive, un peu plus tard la même année, au Festival d’Aldeburgh.

George Benjamin, Faber Music.

>>> Isabelle Faust C’est la première fois que je joue ces Trois miniatures de George. Outre l’affection que j’ai pour lui et sa musique, c’est aussi un petit clin d’œil à Klaus Lauer, à qui le Lauer Lied fait référence. Klaus Lauer s’occupait d’un petit festival de musique de chambre, à côté de Fribourg. C’était un petit événement assez discret, mais la musique contemporaine y avait une place de choix : Pierre Boulez, Wolfgang Rihm, l’Ensemble intercontemporain y étaient régulièrement invités – et George Benjamin aussi, bien entendu. Ce monsieur a beaucoup fait pour la musique de son temps et c’est devenu un ami très cher.>>>


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Propos recueillis par J. S., programme ManiFeste-2015.