George Benjamin (1960)

Viola, Viola (1997)

pour 2 altos

  • Informations générales
    • Date de composition : 1997
    • Durée : 10 mn
    • Éditeur : Faber Music
    • Commande: Tokyo Opera City Foundation
Effectif détaillé
  • 2 altos

Information sur la création

  • Date : 16 September 1997
    Lieu :

    Opera City, Japon


    Interprètes :

    Yuri Bashmet, Nobuko Imai

Observations

Écouter l'enregistrement du concert ManiFeste du 27 juin 2014 au Centquatre : https://medias.ircam.fr/x0f8001


  1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  3. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  4. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  5. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  6. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  7. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  8. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

Note de programme

_Viola, Viola_ est une commande de la fondation culturelle du Tokyo Opera City dont le directeur artistique était alors Toru Takemitsu, pour l’inauguration de la salle de concert du Tokyo Opera City le 16 septembre 1997\. J’étais naturellement très enthousiaste à l’idée de répondre à une telle proposition de la part de mon regretté ami Toru Takemitsu1. Le principe du duo d’altos pour mes amis Yuri Bashmet et Nobuko Imai venait de lui. Mon projet premier – qui était de voir comment résoudre les nombreuses problématiques compositionnelles inhérentes à ce médium hautement inhabituel – m’aurait suggéré de confiner l’alto dans son rôle attendu de voix mélancolique dissimulée dans la pénombre. Toutefois, une fois la composition entamée, un caractère instrumental tout différent – ardent et énergique – s’est imposé. J’ai même voulu parfois convoquer une profondeur du son et une variété de timbres quasi orchestrales. Cela explique pourquoi les deux parties d’alto sont ainsi virtuellement entremêlées – ces lignes clairement indépendantes ne commencent à s’épanouir que vers le milieu, plus _cantabile_, de l’oeuvre. L’harmonie sous-jacente est pensée la plus sonore possible, les textures, qui mettent en jeu quatre, ou plus, parties, se déployant longuement. 1\. décédé l’année précédente


  1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  3. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  4. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  5. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  6. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  7. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  8. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

George Benjamin, source : Faber Music.