Georgia Spiropoulos (1964)

Klama (2005-2006)

pour chœur mixte à 8 voix, électronique temps réel et sons préenregistrés

electronic work, Ircam

  • General information
    • Composition date : 2005 - 2006
    • Duration : 12 mn
    • Editor : Inédit
    • Commande: Ircam-Centre Pompidou et chœur de chambre Accentus
Detailed formation
  • chœur mixte à 8 voix

Creation information

  • Date : 10 June 2006
    Location :

    Centre Pompidou, Paris, Festival Agora


    Performers :

    le chœur de chambre Accentus, direction : Laurence Equilbey.

Information about electronic
Studio informations : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Benoît Meudic
Electronic device : temps réel, sons fixés sur support

Program note

Klama, pièce pour chœur mixte, électronique temps réel et sons pré-enregistrés, trouve sa source dans les rites des morts caractéristiques de la région du Magne au sud du Péloponnèse. Le terme « klama » désigne autant les pleurs que la lamentation rituelle ; il caractérise une « polyphonie » intégrant monodies improvisées (mirolóya), épodes, pleurs, cris et monologues, accompagnés de gestes rituels.

Plutôt qu'un chant, la lamentation, par sa violence acoustique, peut être considérée comme une altération de la vocalité : une altération, qui, due au choc émotionnel, affecte à l’identique la tonalité, le timbre et la langue. Pratiquée par des femmes, habituellement à la maison devant le corps du défunt, cette « polyphonie » est une sorte d'accompagnement et d'appropriation du mort, réorganisant les structures sociales. À ce rituel succède la monodie byzantine d'une messe orthodoxe célébrée à l’église. Les deux formes se réunissent ensuite de façon simultanément complémentaire et opposée, en une sorte de dissémination et éparpillement acoustique chaotique.

Dans la structure de Klama, j'ai voulu garder et explorer cette opposition dramatique qui sépare et fait cohabiter deux cultures étrangères, orale et écrite, païenne et savante. L'œuvre prend la forme d'un triptyque : klama - melos - diaspora (lamentation, monodie, dissémination). Le matériau de Klama provient de l'enregistrement de la voix de Katerina Xirou ainsi que d'autres enregistrements trouvés et réalisés in situ. L'écriture se développe parallèlement sur trois niveaux qui interagissent et se superposent telles les Übermalungen des Totenmasken d'Arnulf Rainer (peintures sur photographies des masques des morts) ; l’écriture vocale utilise des traits mélodiques et certaines techniques de la voix endeuillée ; l'écriture électroacoustique agence des matériaux bruts ou transformés, intégrant le bruit et la dégradation du support analogique (disque vinyle et cassette audio) ; axé principalement sur le timbre, le traitement électronique se concentre, lui, sur la distorsion, le filtrage par « masque », l’accentuation du souffle, la granulation et la modulation d’amplitude. Il agit sur les voix du chœur en temps réel et fait figure de métaphore des perturbations vocales inhérentes à la lamentation.

Georgia Spiropoulos.