Pierre Jodlowski (1971)

Lifetime (2005)

spectacle multimédia pour six musiciens et dispositif audiovisuel

œuvre électronique
œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2005
    • Durée : 1 h 10 mn
    • Éditeur : édition du compositeur

Information sur la création

  • Date : 14 November 2006
    Lieu :

    France, Albi, Théâtre, scène nationale, en partenariat avec le GMEA


    Interprètes :

    l'Ensemble Ictus, vidéos : Alain Josseau, Pascal Baltazar, Vincent Meyer.

Titres des parties

  • Part. 1 : Time [and] Money, pour percussion, électronique et vidéo ;
  • Part. 2 : Labyrinthe, vidéo ;
  • Part. 3 : People / Time, pour ensemble, électronique et vidéo.

  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  6. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  7. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  8. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  9. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  10. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Note de programme

Introduction

Le concept de « Lifetime value » désigne, non sans un certain cynisme, la valeur économiquement calculable du temps de vie d'un individu. Dans un monde de plus en plus structuré par la rentabilité, l'homme deviendrait finalement une « marchandise » supplémentaire prise dans la spirale implacable du profit. Face à de tels processus, de nombreux artistes posent aujourd'hui leur regard sur le monde, tentent d'en donner d'autres mesures.

Ce triptyque multimédia s'inscrit dans cette dynamique et nous parle de notre rapport au temps, à l'argent, à notre identité individuelle ou collective. Dans un espace scénique où se côtoient vidéos et sons projetés en multidiffusion, les musiciens nous emportent dans un univers à la fois référentiel et onirique : une sorte de conte musical moderne ou l'humour et la violence se partagent les éléments du discours…

Part. 1 : Time & Money

Première partie de ce triptyque, Time & Money met en situation un percussionniste environné de sons et d’images, un entrelac de gestes, d’énergies, de références : un questionnement à propos de notre société, de notre rapport aux autres, au temps, à l’argent… Une façon comme une autre de s’opposer à l’absurdité d’un système économique et social à la dérive…

Part. 2 : Labyrinthe

Commandée au plasticien Alain Josseau, la pièce vidéo Labyrinthe, stigmatise le rapport individu / collectif comme l’un des enjeux de notre positionnement social actuel. Le néo-libéralisme prend comme postulat la nécessaire individuation des êtres : celui qui naît ne doit rien à personne puisqu'il aurait la « capacité » de s'ériger via le système marchand. La disparition des protections sociales nous renvoie à un système ou chacun doit se prendre en charge, ne compter que sur lui-même, dans un culte de la personnalité parfois inquiétant. Ce film témoigne métaphoriquement de ces enjeux et nous renvoie à notre propre expérience.

Part. 3 : People / Time

Réalisé en étroite collaboration avec Pascal Baltazar, l’espace vidéographique de ce projet prolonge le geste instrumental, le met en perspective, tout en possédant ses propres trajectoires. Aussi, une relation dialectique se développe : tour à tour vecteur de sens ou contrepoint rythmique, les images véhiculent la matière d’une interrogation permanente. People / Time raconte une histoire, ou plutôt, des histoires : celle d’une feuille en décomposition, celles des routes, dont la bande blanche devient ici une instrument de mesure du temps, celles de visages qui tour à tour brûlent, s’empilent, se fondent les uns dans les autres.


  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  6. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  7. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  8. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  9. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  10. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Pierre Jodlowski.