Salvatore Sciarrino (1947)

Muro d'orizzonte (1997)

pour flûte en sol, hautbois et clarinette basse

  • Informations générales
    • Date de composition : 1997
    • Durée : 10 mn
    • Éditeur : Ricordi, Milan, nº 137720
    • Commande: Berliner Festspiele Musikbiennale, Ensemble Recherche, Ministerium für Wissenschaft Forschung und Kunst Baden-Wüttemberg
    • Dédicace : à l'Ensemble Recherche
Effectif détaillé
  • flûte alto, cor anglais, clarinette basse

Information sur la création

  • Date : 16 March 1997
    Lieu :

    Allemagne, Berlin, Martin Gropius Bau, Berliner Festspiele Musikbiennale


    Interprètes :

    l'ensemble Recherche.

Observations

Enregistrement : Ensemble Recherche, direction : Kwamé Ryan, Kairos 2000 CD 0012132 KAI. 


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Note de programme
30 mars 1997. S’il est des titres neutres, d’autres, en revanche, sont partie intégrante, voire caractérisation intense des formes prises peu à peu par la musique dans les différentes compositions. Cette fois, avec Mur d’horizon, on a un oxymoron quasiment indéfendable : l’obstacle, « le mur », est soumis à la plus grande ouverture possible, « l’horizon », point ultime atteint par l’œil.

5 avril 1997. Sur un cahier de 1993, dans quantité de notes de toute sorte, je retrouve des propos de Michel Serres. Une phrase, soulignée par moi, attire mon attention : « Sans autre protection que le ciel, sans autre mur que l’horizon. » Et au-dessus, je lis la contraction finale, portée au crayon bleu : « Mur d’horizon ».

Étrange sensation que celle d’avoir eu aujourd’hui tant de mal à forger un titre qui, quatre ans plus tôt, était déjà là. Mais un titre trouvé, perdu puis retrouvé, n’aurait-il pas plus de valeur ? On ne devrait jamais craindre l’oubli, cette part de la mémoire qui garde tout.

  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Salvatore Sciarrino, 1997.