Philippe Leroux (1959)

Je brûle, dit-elle un jour à un camarade (1990-1991)

pour soprano solo

  • Informations générales
    • Date de composition : 1990 - 1991
    • Durée : 12 minutes
    • Éditeur : Billaudot, Paris
    • Dédicace : Hommage à Edmond Jabès
    • Livret (détail, auteur) :

      Edmond Jabès, Le livre en question ; Je bâtis ma demeure ; Un étranger avec sous ses bras, un livre de petit format.

  • Genre
    • Musique vocale a cappella [Soprano]
Effectif détaillé
  • soprano solo

Information sur la création

  • France, Paris, Théâtre du Roseau, par Dominique Thibaudat.

Observations

Enregistrement : Dominique Thibaudat, 1 cd Harmonia Mundi ED 13019.

Note de programme

C’est un hommage à Edmond Jabès. Cette pièce utilise les textes de l’écrivain issus de Livre des questions, Je bâtis ma demeure et Un étranger avec, sous le bras, un livre de petit format. Dans l’écriture de Jabès, puisant aux sources profondes de la culture hébraïque, on trouve une relation essentielle entre le mot, le son et le geste. Car cette parole enracinée dans la musique synagogale qu’il appelait lui-même « La musique », est reliée étroitement au geste « liturgique ». C’est pourquoi je me suis efforcé d’exprimer ici tous les rapports entre les sons, sous forme de gestes sonores en m’attachant à conserver une parfaite compréhensibilité au texte. J’ai utilisé pour cela un type d’écriture dérivé de la notation neumatique de Saint-Gall (Xe siècle) et mise au point par la musicologue française, Anne-Marie Deschamps. Dédiée à Dominique Thibaudat, cette pièce a été achevée le 1er janvier 1991, veille du jour de la mort d’Edmond Jabès. Elle s’achève sur cette phrase prémonitoire : « La phrase pare le mot qui pare la lettre qui pare l’absence. »

Philippe Leroux.