Fabien Lévy (1968)

Où Niche l'Hibou ? (1999)

petites pièces pédagogiques pour un jeune élève et son professeur, version à deux saxophones

  • Informations générales
    • Date de composition : 1999
    • Durée : 09 mn
    • Éditeur : Billaudot
    • Commande: Association française des professeurs de saxophone
Effectif détaillé
  • 2 saxophones

Information sur la création

  • Date : 7 February 2000
    Lieu :

    France, Amiens, Conservatoire National de Région


    Interprètes :

    les élèves de la classe de S. Bertocci.

Titres des parties

  • I. Ne te laisse pas perturber par ton professeur ;
  • II. Où niche l'hibou ? ;
  • III. Le p'tit prince a dit ;
  • IV. Clics ;
  • V. Katajjaq ;
  • VI. Un je n'sais quoi ;
  • VII. Pour la classe.

  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Note de programme

Ces petites pièces pédagogiques sont destinées à un élève (dès le 1er cycle) et son professeur. Le tempo sera choisi en fonction du niveau.

En concert pour une classe de six élèves, chaque élève jouera sa pièce avec le professeur avant que celui-ci ne dirige la dernière pièce, Pour la classe. Si le niveau est suffisant, on disposera les six élèves autour du public (comme indiqué dans Pour la classe), et le professeur se déplacera de l'un à l'autre avant de se mettre au centre pour diriger cette dernière pièce.

Katajjaq : les formules seront choisies en fonction du niveau (les plus difficiles peuvent être éliminées).


These short works for teaching purposes are duets written for a teacher and his/her student who have been studying for at least two years. The tempo should be chosen depending on the level of the student.

In concert, for a group of six students, each student will play his piece with the teacher, and will conduct the last piece, Pour la classe. If they are sufficiently capable, the six students will be seated around the public (as indicated in Pour la classe), and the teacher will move from student to student before going to the centre to conduct this last work.

Katajjaq: formulas will be chosen depending on the students' capability (the most difficult formulas could be eliminated).


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Fabien Levy.