Igor Ballereau (1969)

Cent sales mouches (1999)

pour flûte et trio à cordes

  • Informations générales
    • Date de composition : 1999
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Inédit
Effectif détaillé
  • flûte, violon, alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 20 February 2000
    Lieu :

    France, Paris, Maison de Radio-France


    Interprètes :

    l'ensemble 2e2m.

Note de programme

Au début, la recherche poétique de la « quintina » fut toute mon obsession. Cette cinquième voix fantôme qui rayonne dans les plafonds et que font surgir par ajustement savant de fréquences les quatuors de chanteurs Sardes.

Comment faire quatre plus un à quatre ? Ou plus prosaiquement, comment faire naître l'unité à partir de quatre ? Puis cette question, sans toutefois jamais disparaître, fut enfouie sous le flux ivre et perçant qu'est l'oeuvre en train de se faire et qui se nourrit de sa propre chair pour croître.

Bientôt les quatre tordus en tous sens remplirent l'espace de cent sur le chemin de cet unique introuvable. Et ce ne fut qu'après les avoir épuisés de floues contorsions que je vis paraître la nécessité d'une « ligne droite » finale simplifiée, une cellule stable butant doucement sur elle même en hocquet avant que de rejoindre le silence.

Ainsi les trois mouvements qui furent trois tentatives différentes d'engendrer l'unité inouïe finirent-ils plutôt par trouver chacun, dans l'épuisement, leur « ligne de fuite » apaisée, litanique. Et l'idée que cette calme ligne exténuée émerge à chaque fois de l'exubérance sonore me parut faire la véritable réponse à la question du quatre égale un.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Igor Ballereau.