Joakim Sandgren (1965)

Déambulation oculaire (2000)

pour clarinette basse et dispositif électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2000
    • Durée : 07 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Dédicace : à Virginie
Effectif détaillé
  • 1 clarinette

Information sur la création

  • Date : 21 September 2000
    Lieu :

    Paris, Ircam, Espace de projection, concert du Cursus de composition 1999-2000


    Interprètes :

    Pierre Dutrieu.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus de composition et informatique musicale.
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Joakim Sandgren, Mikhail Malt (encadrement pédagogique)
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Pour la première fois dans ma composition, je me suis inspiré d'une autre œuvre artistique. Il s'agit d'une image composée de roses jaunes, recouvertes de gouttelettes d'eau donnant une impression de gélatine. Mon oeil est parti à la découverte de cette image répétée neuf fois sur un grand panneau. Il essaie de se faufiler, arrive devant un espace blanc, un immense vide. Il part se réfugier dans des interstices. Il se fraye un chemin à travers les différentes matières et s'éloigne ensuite en regardant l'image. J'ai tenté de traduire l'atmosphère de cette déambulation oculaire. Commençant mon travail à partir de divers caractères, j'ai construit sept parties représentant les espaces, les angles et les différents matériaux de l'image. Les glissandi de la clarinette et de son environnement sonore sont liés à la « fluidité solide » de la gélatine. Les espaces blancs sont joués par les notes longues et calmes dans le registre chalumeau, comme un trou noir. Le choix de la clarinette basse s'est imposé par son aisance à jouer des quarts de tons et ses sonorités souples et riches. La partition est construite à partir d'une mélodie constituée à la fois de matériaux musicaux et de sons. Je remercie M. Garnell pour la forte impression que m'ont laissée ses images.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Joakim Sandgren, programme du concert du Cursus de composition 1999-2000.