Bernd Alois Zimmermann (1918-1970)

Ich wandte mich und sah an alles Unrecht, das geschah unter der Sonne (1970)

action ecclésiastique pour deux récitants, basse et orchestre
[Je me retournais, et considérais toute l'injustice qui est sous le soleil]

  • Informations générales
    • Date de composition : 1970
    • Durée : 20 mn
    • Éditeur : Schott, nº ED 6330
    • Commande: Ville de Kiel, pour les Jeux Olympiques de 1972
    • Livret (détail, auteur) :

      extrait de L’Ecclésiaste (IV, 1-10) et Fédor Dostoïevski, Les Frères Karamazov


      1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

      3. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      4. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Effectif détaillé
  • solistes : 2 récitants, basse solo
  • 3 flûtes (aussi 3 flûtes piccolos, 1 flûte alto), 3 hautbois (aussi 1 cor anglais), 3 clarinettes, 3 bassons, 5 cors, 3 trompettes [en ut] , 6 trombones [dont 3 dans la salle] (aussi 1 trombone contrebasse), tuba basse, timbales, percussionniste, guitare électrique, harpe, cordes

Information sur la création

  • Date : 2 September 1972
    Lieu :

    Allemagne, Kiel


    Interprètes :

    Lutz Lansemann et Jochen Schmidt : récitants, Hans Franzen : basse, Orchestre philharmonique de la ville de Kiel, direction : Hans Zender.