Iannis Xenakis (1922-2001)

Keren (1986)

pour trombone

  • Informations générales
    • Date de composition : 1986
    • Durée : 06 mn
    • Éditeur : Salabert
    • Commande: International Trombone Association pour Benny Sluchin
    • Dédicace : à Benny Sluchin
  • Genre
    • Musique soliste (sauf voix) [Trombone]
Effectif détaillé
  • trombone

Information sur la création

  • Date : 19 September 1986
    Lieu :

    France, Strasbourg, Festival Musica


    Interprètes :

    Benny Sluchin.

Note de programme

Après les Trois pièces de Giacinto Scelsi de 1956 et la sequenza de Luciano Berio de 1966, Keren, composée par Iannis Xenakis en 1986, est l'une des rares pièces consacrées au trombone soliste.

En utilisant toute l'étendue de cet instrument, le compositeur a surtout cherché à en exploiter les ressources mélodiques. Commençant de la manière la plus claire par une simple mélodie, le discours évolue progressivement vers une plus grande complexité. Brusques changements de dynamiques, tessitures extrêmes, glissandi et micro-intervalles sont autant d'éléments déstabilisateurs de cette musique. Par deux fois le discours est interrompu par des fragments obstinés qui évoluent sur des accentuations irrégulières ainsi que sur un éclatement mélodique dans lequel les sons se distribuent dans des registres différents. L'utilisation de doubles sons et les fréquents changements de sourdines confèrent à cette oeuvre une variété sonore que requiert ce contexte purement monodique. L'extrême fin de la pièce propose un voyage dans les régions les plus graves de l'instrument, dans un ultime glissando marqué continuellement par des changements dynamiques.

Keren (cor en hébreu), commande de l'International Trombone Association, a été écrite pour Benny Sluchin.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16.