Alejandro Viñao (1951)

Algebra on Fire (1991)

pour ensemble de chambre et électronique
[Algèbre en feu]

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1991
    • Durée : 20 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Commande: Ircam-Centre Pompidou
Effectif détaillé
  • 1 flûte, 1 hautbois, 1 clarinette, 1 clarinette basse, 2 cor, 1 trompette, 1 trombone, 2 percussionniste, 1 piano, 3 violon, 2 alto, 2 violoncelle, 1 contrebasse

Information sur la création

  • 23 May 1991, Paris, Centre Georges-Pompidou, par l'ensemble L'Itinéraire, direction : Mark Foster.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Zack Settel, Eric Daubresse
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Algebra on fire : (l')algèbre en feu, où l'algèbre et le feu pourraient être ces deux versants de la notion de rythme qui, au moins depuis Platon, est à la fois nombre et flux, mesure et élan.

En effet, comme le souligne Alejandro Viñao, « la structure d'Algebra on fire relève d'un souci de développement de processus rythmiques ». Tout à la fois ceux des « rebonds » d'objets acoustiques concrets échantillonnés par le compositeur (les noms attribués à ces échantillons — « ping-pong », « bulgare » — en décrivent volontiers le « comportement rythmique »), et ceux des différentes strates de la polyrythmie orchestrale.

Mais, de l'étagement méticuleux de figures rythmiques obstinées, de l'ordre horloger au désordre mécaniste, l'algèbre en feu est aussi la corruption du nombre par la prolifération du nombre, de la mesure par la prolifération de la mesure. Du rythme par le rythme, dans ces structures gigognes, « éléphantesques », au sein desquelles, selon les termes du compositeur, « l'ordre et le chaos cohabitent parce qu'ils ont la même origine ».