Tôn-Thât Tiêt (1933)

Suite chorégraphique (1996)

pour six instruments

  • Informations générales
    • Date de composition : 1996
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Jobert, Paris
    • Dédicace : à mes enfants
Effectif détaillé
  • flûte, clarinette (aussi clarinette basse), percussionniste, piano (aussi clavier électronique/MIDI/synthétiseur [synthétiseur] ), violon, alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 8 March 1996
    Lieu :

    France, Paris, Centre Georges-Pompidou


    Interprètes :

    l'Ensemble intercontemporain : Sophie Cherrier : flûte, Alain Billard : clarinette, Michel Cerutti : percussion, Hideki Nagano : claviers, Christophe Desjardins : alto et Jean-Guihen Queyras : violoncelle.

Titres des parties

  • Hoa Dang 1 (danse des lanternes lotus) ;
  • Phung Vu (danse des phénix) ;
  • Hoang Dao (danse mythique) ;
  • Hoa Dang 2 ;
  • Dzu Xuan (promenade du printemps) ;
  • Hoa Dang 3.

Note de programme

La Suite chorégraphique a été composée d'après Dang Phung Vu, œuvre écrite en 1989, pour un ballet imaginaire dont les images « viennent de deux ballets ancestraux vus dans mon enfance, joués par le corps du ballet impérial à Huê », confie le compositeur.

Ton-That Tiêt a voulu conserver l'esprit de la musique de cour de la capitale du Viêtnam impérial. À l'origine, le compositeur souhaitait modifier légèrement Dang Phung Vu afin d'en faciliter l'exécution. Finalement, et grâce aux suggestions d'un chorégraphe, Ton-That Tiêt a écrit une nouvelle œuvre plus longue, qui reprend les éléments de base de Dang Phung Vu. La nouvelle œuvre se compose de six danses : I- Hoa Dang 1 (danse des lanternes lotus), II- Phung Vu (danse des phénix), III- Hoang Dao (danse mythique), IV- Hoa Dang 2, V- Dzu Xuan (promenade du printemps), VI- Hoa Dang 3.

L'œuvre est écrite pour six instruments : flûte, clarinette/clarinette basse, piano-synthétiseur, percussion, alto et violoncelle. La flûte, la percussion et l'alto jouent souvent en soli. La partie de percussion, ainsi que celle de la flûte, doivent être interprétées d'une manière très libre, comme des improvisations dans l'esprit de la musique traditionnelle vietnamienne.