Giacinto Scelsi (1905-1988)

Igghur (1965)

Vieillesse-Souvenirs-Catharsis-Libération, pour violoncelle solo

  • Informations générales
    • Date de composition : 1965
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Salabert
    • Cycle : Trilogia, Les trois stades de l'homme
Effectif détaillé
  • 1 violoncelle

Information sur la création

  • 1976, Italie, festival de Côme, par Frances-Marie Uitti, violoncelle.

Note de programme

« Ygghur, ou Catharsis, est le bijou de la couronne, où se résolvent les tourments exposés dans le premier volet et entrevus dans le deuxième. C’est une pièce lente et méditative en trois mouvements, s’appuyant sur quelques rares centres tonaux ornés de quarts de ton. Le mouvement central rompt la magie avec des impulsions percussives réalisées par la main gauche, tandis que l’archet soutient une monodie micro-variée jouée sur deux cordes. »
Frances-Marie Uitti

La partition d’Ygghur se présente sous forme de quatre lignes, chacune étant dévolue à une voix ou corde. L’instrument est désaccordé drastiquement, afin de permettre à la main gauche de réaliser sans effort des unissons sur les quatre cordes. Ici, le quart de ton perd sa fonction décorative, pour faire partie intégrante de la grammaire musicale de Scelsi, ce qui représente une caractéristique distinctive de sa dernière période créatrice. Les glissandos sont notés très précisément dans leur durée, et constituent un vecteur essentiel de l’évolution progressive des centres tonaux qui glissent sans cesse au cours de l’œuvre.

L’énergie des volets précédents s’est à présent dissipée et Ygghur s’ouvre sur une stase désincarnée et sublimement paisible. Harmoniques et trilles rehaussent la transcendance orale du son, le reflux inlassable des nuances ajoutant encore au sentiment d’immatériel.

Note de programme du concert du 13 juin 2019 à l'Église Saint-Merry, Paris.

Documents