Kaija Saariaho (1952)

Verblendungen (1982-1984)

pour orchestre de chambre
[Eblouissements]

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1982 - 1984
    • Durée : 14 mn
    • Éditeur : Wilhelm Hansen
    • Commande: Radio finlandaise (YLE)
Effectif détaillé
  • 2 flûte, hautbois, clarinette, saxophone alto, basson, 4 cor, trompette, tuba, harpe, piano, 8 violon, 5 alto, 3 violoncelle, 2 contrebasse

Information sur la création

  • Date : 10 April 1984
    Lieu :

    Finlande, Helsinki


    Interprètes :

    l'Orchestre de la Radio finlandaise, direction : Esa-Pekka Salonen.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Réalisée au GRM/INA (Paris), mixage au Studio expérimental de la Radio finlandaise (YLE)
Dispositif électronique : sons fixés sur support

Note de programme

La bande a été réalisée à l'aide des outils numériques du GRM pour la manipulation et la transformation de matériaux sonores concrets. Le matériau sonore de la bande consiste en deux sons de violon, un sforzato et un pizzicato. A partir de ces sons, j'ai élaboré un simili-orchestre à cordes doté d'un très large registre de hauteurs. Les sonorités de la bande sont très homogènes du fait de cet unique spectre de référence.

L'organisation d'ensemble de ces timbres est fondée sur l'idée que l'orchestre et la bande suivent des directions opposées par rapport à l'axe son-bruit. Le morceau s'ouvre sur un tutti de l'orchestre, d'abord caché puis couvert par les bruits de la bande. Pendant l'exécution, cette coloration orchestrale est transformée en bruits instrumentaux, qui, avant de s'évanouir, couvrent le simili-orchestre enregistré sur bande.

L'orchestre est conçu pour avoir un caractère hétérogène qui contraste avec l'homogénéité de la bande. Malgré la présence de matériaux différents, parfois contradictoires, l'orchestre et la bande doivent constituer un même tout sonore.

En composant cette pièce musicale, j'ai particulièrement mis I'accent sur la relation entre la structure superficielle et les structures musicales et formelles plus profondes. Dans le réseau de connexions que j'ai établies entre les différents paramètres, je m'efforce de trouver des intersections non seulement à la verticale et à l'horizontale de l'axe du temps, mais aussi en profondeur, comme si les sons étaient articulés en fines strates, dans un plan tridimensionnel allant des sons secs et «granuleux» à des sonorités douces, plus résonnantes.

Eblouissements, surfaces différentes, tissus, textures. Poids, pesanteur. Etre aveuglé. Interpolations. Réflections. Mort. La somme de mondes indépendants. Ombrage, réfraction de la couleur.

L'exécution de Verblendungen a pu avoir lieu grâce à l'aide du ministère de l'Education de la Finlande et de la Fondation finlandaise pour l'aide à la création.

Kaija Saariaho.