Brice Pauset (1965)

Perspectivae Sintagma I (1997)

canons pour piano Midi et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1997
    • Durée : 19 mn
    • Éditeur : Lemoine
    • Cycle : diptyque Perspectivae Sintagma I et Perspectivae Sintagma II
    • Commande: Radio Südwestfunk Baden-Baden, Ircam-Centre Pompidou.
    • Dédicace : à Jean-Louis Jolivet
Effectif détaillé
  • 1 clavier électronique/MIDI/synthétiseur

Information sur la création

  • 19 October 1997, Allemagne, festival de Donaueschingen, par Jean-Luc Plouvier.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Eric Daubresse, Olivier Pasquet
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Observations

Écouter l’enregistrement du concert du 3 avril 2001 à l'Ircam : https://medias.ircam.fr/x4d1be8_perspectivae-sintagma-i-brice-pauset 

Note de programme

Perspectivæ Sintagma I (littéralement « ouvrage de perspective ») constitue le premier versant d'un dyptique fondé sur diverses de mes préoccupations actuelles, en particulier celles touchant le traitement du temps musical. Le sous-titre « canons » indique qu'un certain nombre de techniques compositionnelles du passé — en particulier médiéval — est à l'origine de l'œuvre. La relation à ces techniques du passé fait bien sûr l'objet d'une objectivation historique et critique, et s'applique à des domaines de l'activité temporelle jusqu'alors séparés (mesure, métrique, rythmique). Le terrible phantasme évoqué par Leopardi dans Zibaldone, cité par Massimo Cacciari dans ?PAN, « géométriser toute la vie » entre en résonance avec les insaisissables figures de Wentzel Jamnitzer, gravées en 1568, dans son ouvrage auquel j'ai emprunté le titre.

Cette présence de la perspective touche bien des domaines de l'œuvre : la perspective consubstantielle au canon, bien sûr ; mais aussi la perspective possible entre l'écriture et l'interprétation. Pendant l'exécution de la pièce, le jeu du pianiste est constamment comparé à la partition idéale, géométrique, stockée dans l'ordinateur. Les décalages infimes entre l'interprète et la partition sont insérés dans un algorithme de composition en temps réel reproduisant par synthèse les mêmes processus que ceux de la partition écrite. La perspective, en quelque sorte, est le véritable sujet du canon, qu'il soit écrit, interprété ou ré-évalué lors de l'exécution.

Brice Pauset.