Tristan Murail (1947)

Serendib (1991-1992)

pour grand ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 1991 - 1992
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Una Corda
    • Commande: Ensemble intercontemporain et Fondation Total pour la musique
Effectif détaillé
  • 2 flûte, hautbois, 3 clarinette, 2 cor, trompette, trombone, 3 percussionniste, harpe, piano, clavier électronique/MIDI/synthétiseur, violon, violon II, alto, 2 violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 18 June 1992, Paris, auditorium du Châtelet, par l'Ensemble intercontemporain, direction : Kent Nagano.

Observations

Enregistrement : Ensemble intercontemporain, direction : David Robertson, 1 cd Accord, AC4653052.

Note de programme

Serendib : le double mythique de l'île de Ceylan : Sindbad le marin la découvre par hasard à son sixième voyage.

Horace Walpole (1717-1797) invente le mot « serendipity » dans son conte Les Trois Princes de Serendib, pour désigner « la faculté de faire des découvertes heureuses et inattendues par accident » (American Heritage Dictionnary).

Formes et contours se lovent à l'intérieur des sons : il faut savoir les révéler. La musique, sur une houle de fond continue, se brise et revient sur elle-même : turbulences locales à l'image des mouvements globaux.Tel Sindbad, le compositeur est drossé d'écueil en écueil, de naufrage en naufrage. Avec un peu de chance, il sera jeté sur des rivages toujours plus lointains et fantastiques, pour y découvrir les architectures imprécises mais impérieuses de nos rêves collectifs. Couleurs brumeuses et dorées, les ports antiques du Lorrain, flux et reflux sur des rocs à nu.

On pourrait dire encore :

Par manière de mues ces reculs de la mer
Laissant les rochers mis à vif souffrir
Mais exulter des yeux dans les poches d'azur
Reviennent bien toujours
Marquant le temps de repeupler l'oeil du hasard
.

Gérard Murail Herpes et Lagans.

Tristan Murail.

Documents