Olivier Messiaen (1908-1992)

Un Vitrail et des oiseaux (1986)

pour piano et orchestre à vent et percussions

  • Informations générales
    • Date de composition : 1986
    • Durée : 10 mn
    • Éditeur : Alphonse Leduc, nº AL 27703
    • Commande: Ensemble intercontemporain
Effectif détaillé
  • soliste : piano
  • 3 flûtes, flûte alto, 3 hautbois, cor anglais, 3 clarinettes, clarinette en mib, clarinette basse, 3 bassons, trompette, 5 percussionnistes, marimba, xylophone, xylorimba

Information sur la création

  • Date : 26 November 1988
    Lieu :

    France, Paris, Théâtre des Champs-Elysées


    Interprètes :

    Yvonne Loriod : piano et l'Ensemble intercontemporain, direction : Pierre Boulez.

Titres des parties

  • Introduction ;
  • Première cadenza ;
  • Deuxième cadenza ;
  • Troisième cadenza ;
  • Coda ;
  • Choral.

  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Note de programme

Il n'y a pas grand-chose à ajouter au titre, qui dit tout.

L'œuvre peut se diviser ainsi :

Introduction par les trois xylophones. Thème de trompette et cloches (première période), avec des harmonies-couleurs. Pinson, puis fauvette à tête noire aux bois avec un accord-couleur à chaque note.

Première cadenza par piano, flûte et clarinette, jouant chacun et chacune dans un tempo différent. Thème de trompette et cloches (deuxième période). Nouveau pinson, nouvelle fauvette à tête noire.

Deuxième cadenza par piano, deux flûtes et deux clarinettes jouant chacun et chacune dans un tempo différent. Cette deuxième cadenza est plus longue que la première. Thème de trompette et cloches (troisième période). Nouveau pinson, nouvelle fauvette à tête noire.

Troisième cadenza par piano, trois flûtes et trois clarinettes, jouant chacun et chacune dans un tempo différent. Le piano fait une fauvette des jardins. Les trois flûtes font un merle noir, une fauvette à tête noire, une fauvette des jardins. Les trois clarinettes font une fauvette des jardins, une fauvette passerinette, un rouge-gorge. Cette troisième cadenza est beaucoup plus longue que les deux autres.

Coda par les trois xylophones.

Choral terminal sur les trois périodes du thème de trompette et cloches, plus une période pour conclure.

Les tempi superposés sont une difficulté. Mais les oiseaux sont plus importants que les tempi, et les couleurs plus importantes que les oiseaux. Plus important que tout le reste est l'aspect invisible.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Olivier Messiaen.