Permagnus Lindborg (1968)

Leçons pour un apprenti sourd-muet (1999)

pour saxophone et dispositif électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1999
    • Durée : 10 mn
    • Éditeur : Inédit
  • Genre
Effectif détaillé
  • 1 saxophone

Information sur la création

  • Date : 29 September 1999
    Lieu :

    Paris, Auditorium Saint-Germain-des-Prés, concert du Cursus de composition


    Interprètes :

    Vincent David.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus de composition et informatique musicale.
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Mikhail Malt (encadrement pédagogique)
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Au lieu d'apparaître comme une pièce de concert bien ficelée, pouvant prendre la forme d'une partition ou de fichiers sonores, le projet leçons est un environnement interactif pour deux improvisateurs : le maître musicien et son apprenti, la machine. Par improvisation, j'entends la réorganisation instantanée d'une base de données. Les contraintes qui guident l'improvisateur humain étant intangibles et incomplètement descriptibles, un improvisateur formalisé apparaîtra, en comparaison, comme une pâle copie. En mettant l'accent sur l'instantanéité de la réponse et de la réaction, la notion de discours linéaire compositionnel est défiée. Les leçons se composent de plusieurs rencontres de structure identique, qui se laissent apprécier comme un happening ; une série d'événements inattendus, devenant probables par les jeux des deux interprètes. Les événements qui sonnent produisent non seulement des éclats de musique, mais rendent également possible une compréhension de la structure silencieuse de l'environnement. Dans la machine, il y a un réseau complexe de possibilités. Chez l'humain, il y a d'infinies ressources d'actions possibles et impossibles. Etant donné cette situation déséquilibrée, j'ai choisi la métaphore du maître et de son apprenti. Même quand l'apprenti semble bête, il faut prêter attention à ses talents. Le succès de ses essais musicaux repose entre les mains du maître. Au début, l'ordinateur ne sait rien des matériaux musicaux qu'il va rencontrer. Sa structure d'improvisation est définie par une série d'opérations, qui reste intacte, et par le matériau reçu via l'écoute du jeu du maître qui est variable. La machine devient la parfaite antithèse de l'improvisateur humain expérimenté. Le projet leçons est un work-in-progress. Il évolue autour des thèmes de la réduction de l'information, de la description complexe de la musique, et de la formalisation de l'improvisation. L'environnement est programmé en Max/MSP. Je remercie Mikhail Malt et Benjamin Thigpen pour leur soutien. Merci à R. Dudas, G. Nouno, O. Finnendahl, Karlheinz Essl, P. Mårtensson, S. Serafin et Leon Milo d'avoir partagé quelques-uns de leurs travaux. Une mention spéciale à Joyce Bee Tuan Koh pour nos discussions et son soutien concernant les leçons.

Permagnus Lindborg, programme du concert du Cursus de composition de l'Ircam, 1999.