Magnus Lindberg (1958)

Coyote Blues (1993)

pour ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 1993
    • Durée : 11 mn
    • Éditeur : Chester Music
    • Commande: Svenska Rikskonserter
Effectif détaillé
  • flûte, hautbois, clarinette, basson, cor, trompette, trombone, percussionniste, piano, violon, violon II, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • Date : 25 March 1993
    Lieu :

    Suède, Stockholm


    Interprètes :

    le KammarensembleN, direction : Petter Sundkvist.

Observations

Écouter l’enregistrement du concert ManiFeste du 9 juin 2013 : https://medias.ircam.fr/x1b3109 

Note de programme

En 1978, j'ai écrit une pièce pour voix soliste féminine comme étude préliminaire en composition mélodique. Je n'ai jamais achevé ce morceau, mais je me suis servi de ce que j'avais déjà écrit pour une œuvre instrumentale intitulée Quintetto dell'estate.

L'écriture instrumentale reposait donc sur une musique censée à l'origine être chantée. Cette année-là, j'avais composé un morceau pour vingt chanteurs intitulé Untitled, apparemment assez difficile puisqu'il ne fut interprété qu'en 1991 par les BBC Singers.

Quand le Svenska Rikskonserter (« Les concerts de l'Etat suédois ») me commanda une œuvre à l'occasion du festival Stockholm New Music de 1993, je fus enthousiasmé à l'idée d'écrire pour une voix masculine et un ensemble. Je commençai par écrire une ébauche basée sur une matière mélodique et je réalisai une fois de plus que cet univers posait encore quelques problèmes. Dans le même temps, j'avais fait une analyse des trois versions différentes des Noces de Stravinsky, et, bien sûr, son univers extraordinaire m'influença.

Dès que le squelette du morceau fut écrit, je pris conscience que le rôle du chanteur était davantage d'être un catalyseur d'idées musicales que d'être une ligne principale. En prenant la décision d'abandonner la voix, ma musique retrouva une empreinte personnelle, une note qui m'avait manqué en essayant d'écrire une musique incluant la voix humaine.

J'espère que ce déguisement des idées d'origine apportera de la nouveauté à la musique instrumentale, étant donné que Coyote Blues repose entièrement sur un matériau vocal : courtes phrases en forme de hoquet, accords de caractère rustique, complaintes à glissandi et nombreux passages mélismatiques.

Magnus Lindberg.