George Lewis (1952)

Rainbow Family (1984)

pour ensemble de chambre et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1984
    • Durée : 33 mn
    • Éditeur : Inédit
    • Commande: Ircam-Centre Pompidou
    • Dédicace : à la famille Parran de New York et de Saint-Louis.
Effectif détaillé
  • 1 flûte, 1 clarinette basse, 1 saxophone alto (aussi 1 saxophone soprano), 1 guitare, 1 contrebasse

Information sur la création

  • 23 May 1984, Paris, Ircam, Espace de projection, par Douglas Ewart : saxophone alto, flûte et clarinette basse, Steve Lacy : saxophone soprano, George Lewis : trombone, Derek Bailey : guitare électrique, Joëlle Léandre : contrebasse.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : réalisée à l'Ircam
Dispositif électronique : sons fixés sur support

Note de programme

Rainbow Family est une composition pour quatre instrumentistes et réseau interactif d'ordinateurs. Ce réseau est composé de quatre ordinateurs, dont trois sont des « exécutants », reliés à des synthétiseurs produisant des sons, eux-mêmes reliés à un ordinateur central ayant comme fonction celle d'une « oreille » qui analyse globalement et individuellement les hauteurs et les intensités émises par les ordinateurs « exécutants » et les interprètes humains. Parmi les facteurs jouant dans cette analyse, figurent la vitesse d'émission, la complexité rythmique, les dynamiques des sons et des phrases musicales, le rapport global et individuel son/silence, la fréquence des silences, la direction mélodique, la reconnaissance de motifs mélodiques et rythmiques.

La structure de Rainbow Family comprend à la fois des éléments improvisés et précomposés. Les ordinateurs et les interprètes humains jouissent d'une liberté considérable d'interprétation et d'improvisation. Tous les sons sont produits en temps réel. Tous les repères et toutes les directives sont transmis par la structure sonore même des sons produits. C'est-à-dire que les interprètes ne voient pas d'écrans vidéo et ne manipulent pas de boutons : les transformations ne sont véhiculées que par les sons. Les trois ordinateurs « exécutants » agissent plus ou moins indépendamment d'après les informations qu'ils reçoivent de l'« oreille » centrale, en reprenant des matériaux émis par les interprètes ou par les autres ordinateurs, en élaborant des matériaux originaux à insérer dans la pièce, en recherchant et en émettant des directives destinées à activer chacune des vingt-quatre sections de la pièce. Essentiellement, les ordinateurs et les interprètes ont presque le même degré d'initiative et de responsabilité sur le déroulement de la pièce.

George Lewis.