updated 7 October 2021
© Schott Promotion / Christopher Peter

Toshio Hosokawa

Compositeur japonais né le 23 octobre 1955 à Hiroshima

Toshio Hosokawa se forme au piano, au contrepoint et à l’harmonie à Tokyo. En 1976, il s’installe à Berlin où il étudie la composition avec Isang Yun, le piano avec Rolf Kuhnert et l’analyse avec Witold Szalonek à la Hochshule der Künste. Il participe également aux cours d’été de Darmstadt en 1980 et suit l’enseignement de Klaus Huber et de Brian Ferneyhough à la Hochshule für Musik de Fribourg-en-Brisgau (1983-1986). Klaus Huber l’encourage alors à s’intéresser à ses origines musicales en retournant au Japon les étudier de manière approfondie. Cette démarche double sera fondatrice d’une œuvre qui puise ses sources aussi bien dans la grande tradition occidentale – Hosokawa cite Bach, Mozart, Beethoven et Schubert parmi ces compositeurs favoris et n’ignore rien de Nono, de Lachenmann et bien sûr de Klaus Huber – que dans la musique savante traditionnelle du Japon, notamment le gagaku, l’ancienne musique de cour.

Toshio Hosokawa est invité dans les plus grands festivals de musique contemporaine en Europe comme compositeur en résidence, compositeur invité ou conférencier (Festival d’Automne à Paris, festival de Lucerne, Centre Acanthes de Villeneuve-lez-Avignon, Biennale de Venise, Musica Viva, Musica Nova à Helsinki…). Il collabore étroitement avec le chœur de la radio WDR de Cologne et est compositeur en résidence au Deutsches Symphonie Orchester pour la saison 2006-2007. En 1989, il fonde un festival de musique contemporaine à Akiyoshidai (sud du Japon) qu’il dirige jusqu’en 1998.

Son catalogue comprend des œuvres pour orchestre, des concertos, de la musique de chambre, de la musique pour instruments traditionnels japonais, des musiques de film, des opéras. Ses œuvres, privilégiant la lenteur, un caractère étale et méditatif dont la dimension spirituelle n’est jamais absente, sont souvent composées en vastes cycles (« Sen », « Ferne Landschaft », « Landscape », « Voyage » et « Océan »). Les thématiques du voyage intérieur et des liens entre l’individu et la nature traversent nombre d’entre elles (Concerto pour violoncelle et orchestre, 1997 ; Concerto pour saxophone et orchestre, 1998 ; Concerto pour piano et orchestre, 1999 ; Concerto pour clarinette, 2000).

Parmi ses compositions récentes figurent les concertos Chant, pour violoncelle et orchestre, créé en avril 2009 à Cologne par Rohan de Saram et l’orchestre symphonique de la WDR, Voyage X pour shakuhachi et ensemble, créé en juin 2009 par MusikFabrik, Concerto pour cor – Moment of Blossoming (2011), les grandes pièces vocales Sternlose Nacht – Requiem für Jahreszeiten (2010) The Raven, monodrame créé à Ars Musica 2012, les œuvres orchestrales Woven Dreams (2010), Meditation – to the Victims of Tsunami 3.11 (2012), un opéra Matsukaze créé à la Monnaie de Bruxelles en 2011 ainsi que plusieurs œuvres solistes (Small Chant, pour violoncelle, Mai – Uralte japanische Tanzmusik, pour piano, Lied pour flûte à bec en 2012 et Étude I –VI, pour piano en 2013). Son opéra Stilles Meer est créé en 2016 sous la direction de Kent Nagano au Staatoper de Hambourg.

Compositeur en résidence à l’Orchestre symphonique de Tokyo de 1998 à 2007, Toshio Hosokawa est le directeur musical du Festival international de musique de Takefu et est membre de l’Académie des Beaux-Arts de Berlin depuis 2001. Il est également professeur invité au Collège de musique de Tokyo depuis 2004 et chercheur invité de l’Institute for Advanced Study de Berlin de 2006 à 2009. Il anime des conférences dans le cadre des cours d’été de Darmstadt depuis 1990. Il est directeur artistique du Suntory Hall International Program for Music Composition de 2012 à 2015.

Parmi ses nombreux prix, il reçoit notamment le Premier prix du concours de composition de l’Orchestre philharmonique de Berlin (organisé pour le centenaire de l’orchestre) pour Preludio ainsi que le Prix Irino pour les jeunes compositeurs à Tokyo en 1982, les Prix Arion à Tokyo et de « La Jeune génération en Europe » (Cologne, Paris, Venise) en 1985, les Prix Kyoto et Otaka en 1988, l’Energia Music Award à Hiroshima en 1995, les Prix des festival de Rheingau et Duisburg en Allemagne en 1998, le Prix du Festival Musica Viva en 2001 ainsi que le Prix Otaka pour la meilleure œuvre pour orchestre (Re-turning) au Japon en 2001. Il reçoit le British Composer Award 2013 (catégorie Prix International) pour sa pièce orchestrale Woven Dreams.


© Ircam-Centre Pompidou, 2017

Sources

  • Éditions Schott (voir lien dans les ressources documentaires)

Bibliographie

  • « Basho in Europa – Lear in Japan / der japanische Komponist Toshio Hosokawa im Gespräch », dans Neue Zeitschrift für Musik n° 6 – Zentrum ? Peripherie ?, Mayence, éditions Schott Musik International, 1997, p. 34-35.
  • Roger LALLEMAND, « Hanjo de Toshio Hosokawa : Le chant tragique de l’amour », dans Cahiers internationaux de symbolisme, Mons, éditions Université de Mons, Centre interdisciplinaire d’études philosophiques, 2004, p. 277-280.
  • HIEKEL, Jörn Peter, « Musik und Natur in enger Verknüpfung: Anmerkungen zum schaffen von Toshio Hosokawa », Neue Zeitschrift Für Musik, vol. 175, no. 3, 2014, pp. 18–23.
  • « Entretien avec Toshio Hosokawa – propos recueillis par Véronique Brindeau », dans la revue Accents n° 12 de l’Ensemble intercontemporain, article en ligne sur www.ensembleinter.com (lien vérifié en octobre 2021).
  • Toshio HOSOKAWA, Tamashii no Landscape [Le paysage de l’âme], Tokyo, Iwanami, 1997.
  • Toshio HOSOKAWA, « Uta no shuseki toshiteno orchestra » [L’orchestre comme une accumulation de chants], in Takemitsu Toru, Oto no kawa no ukue [Le devenir du fleuve de son], Tokyo, Heibonsha, 2000, pp. 36-50.
  • Toshio HOSOKAWA, Stille und Klang, Schatten und Licht. Gespräche mit Walter-Wolfgang Sparrer, Berlin, Wolke Verlag, 2012.
  • Max NYFFELER, « Fluchtpunkt Japan: im Fernen Osten ist Musik aus Europa ungebrochen Attraktiv. Ein Brückenbauer im bereich der Zeitgenössischen Musik ist Toshio Hosokawa », Neue Zeitschrift Für Musik, vol. 175, no. 1, 2014, pp. 68–70.

Discographie sélective

  • Toshio HOSOKAWA, Lotus under the Moonlight, Momo Kodama : piano ; Mito Chamber Orchestra ; Seiji Ozawa : direction, dans « Hosokawa / Mozart », avec des œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart, 1 Cd  ECM, 2021, ECM 2624.
  • Toshio HOSOKAWA, Regentanz, Les Percussions de Strasbourg, dans « Rains », avec des œuvres de Malika Kishino, Yoshihisa Taïra, Toru Takemitsu, 1 Cd Les Percussions de Strasbourg, 2019, PDS119.
  • Toshio HOSOKAWA, « Gardens », Ukho Ensemble Kyiv ; Luigi Gaggero : direction,  1 Cd Kairos, 2019, 0015017KAI.
  • Toshio HOSOKAWA, Meditation — To The Victims Of Tsunami 3.11 ; Nach dem Sturm ; Klage ; Autumn Wind, Orquesta Sinfónica de Euskadi, Jun Märkl : direction, dans « Orchestral Works • 3 », 1 CD Naxos, 2018, 8.573733.
  • Toshio HOSOKAWA, Cloudscape ; Sen IV, dans « Frozen Time », 1 CD WERGO, 2017, WER 73682.
  • Toshio HOSOKAWA, avec United Instruments Of Lucilin, « The Raven », 1 CD Naxos, 2017, 8.573724.
  • Toshio HOSOKAWA, Etudes for piano, Momo Kodama : piano, dans « Point and Line », avec des œuvres de Claude Debussy, 1 cd ECM, 2017.
  • Toshio HOSOKAWA, Small River in Distance, Quatuor Arditti, dans « Gifts and Greetings » avec des œuvres de Wolfgang Rihm, Hans Abrahamsen, Brian Ferneyhough, et al. ; 1 cd Winter & Winter, 2016, 910235-2.
  • Toshio HOSOKAWA, Voyage VIII ; Lied ; Arc-Song ; Stunden-Blumen. Hommage à Olivier Messiaen ; Voyage X - Nozarashi, Musikfabrik, Peter Rundel et Ilan Volkhov, direction, 1 cd Wergo, 2016, WER68602.
  • Toshio HOSOKAWA, In die Tiefe der Zeit, Germano Scurti : accordéon, Gareth Davi : clarinette, dans « Am Horizont », avec des œuvres de Wolfgang Rihm, Ivan Fedele, Sofia Gubaidulina, 1 cd Stradivarius, 2015, STR33999.
  • Toshio HOSOKAWA, Landscape V ; Ceremonial Dance ; Sakura für Otto Tomek ; Cloud and Light, Mayumi Miyata : shô, Münchener Kammerorchester, Alexander Liebreich : direction, dans « Landscapes », 1 cd ECM, 2015, 2095.
  • Toshio HOSOKAWA, Serenade (I. In the Moonlight, II. Dream Path), Marco Del Greco : guitare, dans « Works for Solo Guitar » avec des œuvres de Toru Takemitsu, 1 cd NEOS, 2014, 11317.
  • Toshio HOSOKAWA, Landscape V ; Threnody ; Fragmente II ; Small Chant ; Landscape II ; Elegy, Mayumi Miyata : shô, Naoko Yoshino : harpe, Tosiya Suzuki : flûte à bec, Quatuor Arditti, dans « Quintettes & Solos », 1 cd Wergo, 2014.
  • Toshio HOSOKAWA, Woven Dreams ; Blossoming II ; Circulating Ocean, Royal Scottish National Orchestra, Orchestre National de Lyon, Jun Märkl : direction, dans « Orchestral Works 2 », 1 cd Naxos, 2014, 8573276.
  • Toshio HOSOKAWA, Horn Concerto “Moment of Blossoming ; Lotus under the moonlight ; Chant, Stefan Dohr : cor, Momo Kodama : piano, Anssi Karttunen : violoncelle, Royal Scottish National Orchestra, Jun Märkl   directiondans « Orchestral Works 2 », 1 cd Naxos, 2014, 8573239.
  • Toshio HOSOKAWA, Voyage IX ; Blossoming, Timo Korhonen : guitare, Oulu Symphony Orchestra, Santtu-Matias Rouvali : direction, dans « Concerto pour guitare » avec des œuvres de Kimo Hakola, 1 cd Ondine, 2013, ODE1219-2.
  • Toshio HOSOKAWA, « String Quartets » : Silent Flowers ; Landscape I ; Landscape V ; Urbilder ; Blossoming, Mayumi Miyata : sho , Quatuor Diotima : Naaman Sluchin et Yun-Peng Zhao : violon, Franck Chevalier : alto, Pierre Morlet : violoncelle, 1 cd NEOS, 2012, 11072.
  • Toshio HOSOKAWA, « Solo Concertos - Vol. 2 » : Concerto pour violoncelle ; Voyage VII ; Metamorphosis, Orchestre philharmonique du Luxembourg (I-III), direction : Robert HP Platz (I-III), Rohan de Saram : violoncelle (I), Jeroen Berwaerts : trompette (II), Olivier Dartevelle : clarinette (III), 1 cd NEOS, 2012, NEOS 11028.
  • Toshio HOSOKAWA, « Orchestral Works » : Metamorphosis ; Re-turning ; Ferne Landschaft III, Deutsche Radio Philharmonie Saabrücken (I-III), direction : Andrea Pestalozza (I-III), Eduard Brunner   clarinette (I), Notburga Puskas : harpe (II), 1 cd Stradivarius, 2011, STR 33899.
  • Toshio HOSOKAWA, « Solo Concertos - Vol. 1 »Landscape III ; Flute Concerto “Per Sonare” ; Ans Meer, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin (I), SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg (II), NDR Radiophilharmonie (III), direction : Robert HP Platz (I-III), Irvine Arditti : violon (I), Gunhild Ott : flûte (II), Bernhard Wambach : piano (III), 1 cd NEOS, 2009, NEOS 10716.
  • Toshio HOSOKAWA, Tabi-bitoSen VI ; Die Lotosblume, Isao Nakamura : percussions, orchestre symphonique de la WDR de Cologne, direction : Ken Takeseki, chœur de la WDR de Cologne, direction   Rupert Huber, 1 cd Stradivarius, 2008.
  • Toshio HOSOKAWA, « Hosokawa Toshio sakuhinshu – Oto uchu 1-10 » [Les travaux de Toshio Hosokawa – L’univers sonore 1-10], 10 cds, Fontec, 1997-2007.
  • Toshio HOSOKAWA, *« Toshio Hosokawa :*Birds Fragments »Atem-lied ; Memory, Vertical time study IBirds Fragments III ; Duo pour violon et violoncelle ; Haiku for Pierre Boulez, Francesco Dillon   violoncelle, Francesco Peverini : violon, Paolo Ravaglia : clarinette, Manuel Zurria : flûte, Oscar Pizzo : piano, Claudio Jacomucci : accordéon, ensemble Alter Ego, 1 cd Stradivarius, 2006, STR 33689.
  • Toshio HOSOKAWA, Voyage II, dans « Voyages », avec des œuvres de Luciano Berio et Philippe Schoeller, Pascal Gallois : basson, chœur de chambre Mikrokosmos, orchestre philharmonique de Radio France, direction : Daniel Kawka, 1 cd Stradivarius, 2006, STR 33736.
  • Toshio HOSOKAWA, Vertical song I, dans « Flute XXth century – vol. 2 », avec des œuvres de Bruno Maderna, Franco Donatoni, Jean-Claude Risset, Roberto Fabbriciani : flûte, Alvise Vidolin : bande et électronique live, 1 cd ARTS, 2006, n° ARTS 47702.
  • Toshio HOSOKAWA, Cloudscapes-Moon night, Sen V, Wie ein Atmen im Lichte, dans « Deep Silence – Toshio Hosokawa / Gagaku », avec des pièces de Gagaku traditionnel, Stefan Hussong : accordéon, Mayumi Miyata : shô, 1 cd WERGO, 2004, WER 68012 [livret de Rolf W. Stoll].
  • Toshio HOSOKAWA, Landscape I ; II ; V ; Frangments II ; Vertical Time Study III, Arditti string quartet (I, II, IV, V), Pierre-Yves Artaud : flûte alto (II), Irvine Arditti : violon (III), Ichiro Nodaira : piano (IV), Mayumi Miyata : shô (V), 1 cd Montaigne Auvidis, 2002, MO 782005.
  • Toshio HOSOKAWA, In die Tiefe der Zeit, Duo pour violon et violoncelle, Winter Bird, dans « Thomas Demenga / Toshio Hosokawa – J.S Bach – Isang Yun », avec des œuvres de Jean-Sébastien Bach et Isang Yun, Thomas Demenga : violoncelle, Thomas Larcher : piano, Hansheinz Schneeberger, Asako Urushihara : violons, Heinz Holliger : hautbois, Aurele Nicolet : flûte, Teodoro Anzellotti : accordéon, 1 cd ECM Records, 2002, ECM 1782 461862.
  • Toshio HOSOKAWA, Koto-uta ; Voyage I ; Concerto pour saxophone et orchestre ; Ferne Landschaft II, dans « Toshio Hosokawa – Voyage I, Concerto pour saxophone et orchestre, Ferne Landschaft II », Ernst Johannes : saxophone, Asako Urushihara : violon, Kyoko Kawamura : koto, orchestre symphonique allemand de Berlin, direction : Ken Takaseji, 1 cd Kairos, 2002.
  • Toshio HOSOKAWA, Voiceless voice in Hiroshima, dans « Musica Viva, Volume 7 – Voiceless Voice In Hiroshima», Tim Schwarzmaier : voix, Theresa Kohlhaufl : voix, Nathalie Stutzmann : contralto, chœur de la Radio bavaroise, August Zirner : voix, orchestre symphonique de la Radio bavaroise, dir. Sylvain Cambreling, 1 cd Col Legno, 2002, LEGN 20087.
  • Toshio HOSOKAWA, Ave Maria, dans « Nuits – weiß wie Lilien », avec des œuvres de Giacinto Scelsi, Arnold Schoenberg, Webern Anton, Iannis Xenakis, ensemble Schola Heidelberg, 1 cd Stradivarius, 2001, BIS 1090.
  • Toshio HOSOKAWA, Birds Fragments II, dans « Internationale Ferienkurse für Neue Musik Darmstadt 1998 », avec des œuvres de György Kurtág, John Cage, Salvatore Sciarrino, Georges Aperghis*,* Mayumi Miyata   shô et Isao Nakamura : percussion, 1 Cd Col Legno, 2000, LEGN 20055.
  • Toshio HOSOKAWA, New Seeds of ContemplationMandala, dans « Donaueschinger Musiktage 1998 », avec des œuvres de Vinko Globokar, Hanspeter Kyburz, Olga Neuwirth*,*ensemble Yûsei, dir. Toshio Hosokawa, 1 cd Col Legno, 1999, LEGN 20050.
  • Toshio HOSOKAWA, Vertical Time Study I ; III ; Sen V ; In die Tiefe der Zeit ; Melodia, Kammerorchester Diagonal (III), Michael Riessler, clar. (I), Werner Taube, vlc (I), Yukiko Sugawara-Lachenmann, pno (I, V), Stefan Hussong, acc. (II, III, IV), Chosei Komatsu, dir. (III), Julius Berger, vlc (III), Asayo Urushihara, vln (V), 1 cd Col Legno, 1998, LEGN 20016.
  • Toshio HOSOKAWA, Vertical time study II, dans « The Japanese saxophone », avec des œuvres de Ichiro Nodaïra, Masakazu Natsuda, Fuminori Tanada, Toru Takemitsu, Ichiro Nodaïra, Claude Delangle : saxophones, Odile Delangle : piano, Jean Geoffroy : percussion, 1 cd Grammofon AB BIS, 1998.
  • Toshio HOSOKAWA, In die Tiefe der Zeit ; Into the Depth of time, dans « Toshio Hosokawa », Nobuko Imai : alto, Mie Miki : accordéon, 1 cd BIS, 1998, BIS 929.
  • Toshio HOSOKAWA, In die Tiefe der Zeit, dans « John Cage: Two 4; Toshio Hosokawa: In die Tiefe der Zeit» avec une œuvre de John Cage, Julius Berger : violoncelle, Stefan Hussong : accordéon, 1 cd WERGO, 1997, WER 6617.

Liens Internet

(liens vérifiés en octobre 2021)