mise à jour le 29 January 2020
© Simone Poltronieri

Régis Campo

Compositeur français né en 1968 à Marseille.

Après des études d’écriture et de composition auprès notamment de Georges Boeuf au conservatoire de sa ville natale, ainsi que de philosophie à la faculté de Lettres d’Aix-en-Provence, Régis Campo poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de musique de Paris avec Gérard Grisey où il obtient un Premier prix de composition en 1995. Il rencontre alors à Paris de grands compositeurs indépendants comme Edison Denisov ou encore Henri Dutilleux.

La musique de Régis Campo est souvent qualifiée de ludique, remplie d'humour et de couleurs. Son catalogue, riche de plus de cent œuvres de concert, d'opéra, de film, aborde diverses formations instrumentales et vocales. Ses pièces sont créées en Europe et à travers une trentaine de pays dans le monde entier par les plus grands interprètes.

Régis Campo reçoit en 1996 le prix hollandais de la Fondation Gaudeamus pour son œuvre Commedia. La même année, son quintette de cuivres Exsultate jubilate reçoit trois prix au concours Henri Dutilleux. En 1999, la Sacem lui décerne le Prix Hervé Dugardin et l'Académie des Beaux-Arts – Institut de France –, le Prix Pierre Cardin. De 1999 à 2001, Régis Campo est pensionnaire à la Villa Médicis, Académie de France à Rome.

Lumen pour orchestre est interprété par le Berkeley Symphony Orchestra sous la direction de Kent Nagano en septembre 2001 à Berkeley, Californie, où est créée aussi sa Première Symphonie, commandée en avril 2003 par les mêmes interprètes. Dame Felicity Lott crée en novembre 2003 au théâtre des Champs Elysées Happy Birthday pour soprano et orchestre avec l’Ensemble orchestral de Paris dirigé par John Nelson.

En 2005 la Sacem lui décerne le Prix Sacem des jeunes compositeurs et l’Institut de France, le Prix Georges Bizet. La même année le quatuor Ysaÿe crée, au festival Beethoven de Bonn, son premier quatuor à cordes Les Heures maléfiques. Le cd « Pop-art » du label æon reçoit un Coup de cœur-Charles Cros et remporte le prix des professeurs pour le Grand prix lycéen des compositeurs en 2006. Sa Deuxième Symphonie "Moz’art" est créée en septembre 2005 par l’Ensemble orchestral de Paris sous la direction de John Nelson lors de l’ouverture de sa saison 2005-2006 du théâtre des Champs-Élysées.

En novembre 2008 est créé un cycle de mélodies, Le Bestiaire, d’après Apollinaire, pour soprano et orchestre, composé pour Felicity Lott et l'Orchestre national de France, co-commande de Radio France et de Musique nouvelle en liberté pour le festival Présence et le festival Les Paris de la Musique. L'Orchestre symphonique de Montréal dirigé par Kent Nagano crée le 20 février 2008 à Montréal son orchestration de Sports et Divertissements d'Erik Satie.

Un premier ouvrage lyrique, Les Quatre Jumelles, opéra-bouffe d’après la pièce de Copi pour quatre chanteurs et neuf instrumentistes est créé début 2009 à la Maison de la musique de Nanterre et repris, entre autres, au théâtre Sylvia Monfort de Paris à la scène nationale de Mâcon, au Grand théâtre de Reims, à l'Opéra de Massy et au Phénix – scène nationale de Valenciennes. Son deuxième opéra, Quai ouest, d'après la pièce de Bernard-Marie Koltès, est créé en septembre 2014 à l'Opéra national du Rhin durant le Festival Musica puis repris durant la saison 2014-2015 en langue allemande au Staatstheater de Nuremberg.

Compositeur invité du festival d’Auvers-sur-Oise en 2009, Régis Campo compose Éden pour violon qui y est créé par Laurent Korcia et Hommage à Georges Cziffra pour piano, par Zoltán Kocsis.

En 2018, le festival Ars Musica lui commande deux pièces : Dancefloor With Pulsing pour thérémine et orchestre et Un Omaggio affettuoso ed eccentrico al Maestro Morricone pour orchestre, toutes deux créées par le Brussels Philharmonic Orchestra et l'Orchestre royal de Liège.

En mai 2017, Régis Campo est élu à l'Académie des Beaux-Arts, dans la section Composition musicale.


© Ircam-Centre Pompidou, 2010

Sources

Régis Campo ; éditions Henry Lemoine.

Liens Internet

(liens vérifiés en janvier 2020).

Bibliographie

  • Pascale ROUET, Rencontres avec... Jean-Pierre Leguay, Bruce Mather, Michael Radulescu, Régis Campo, Christophe Marchand, éditions Delatour, coll. « Orgue & musique contemporaine », 2005.
  • Thierry VAGNE, Régis Campo : musique de l'émerveillement, Château-Gontier, Aedam Musicae, 2018.

Discographie

  • Régis CAMPO, Street-Art ; Sometimes with the heart ; Oh Sweet Kisses!! ; Rivi simplicitate (extrait de Mysterium Simplicitatis) ; Steamy Punk ; Pop-Art ; Morgenstem-Lieder (Gruselett - Schmetterling - Himmel und Erde) ; Erotique rotative ; Une solitude de I'espace, dans « Street-Art : L’état vif », 1 CD Outhere, 2019, SIG11111.
  • Régis CAMPO, Ouverture en forme d'étoiles ; Premier Livre pour piano (Mondes cachés) ; Pic-Vert ; Phénix ; Book of nonsense ; Epiphanie ; Laterna magica ; Sphinx ; Premier Livre pour piano (Harmoni(qu)es) ; Capriccio ; Irrlichter ; 2 Mouvements ; Premier Livre pour piano (Les octaves menaçantes) ; Musiques lunaires ; Mysterium simplicitatis #2, dans « Laterna magica », 1 CD MusiCube, 2014, CUB1302.
  • Régis CAMPO, Les heures Maléfiques ; Ombra Felice ; Le quatuor à cordes n°2 ; The Life & Soul of his imagined landscape, dans « Ombra felice », 1 CD Harmonia Mundi, SIG11070.
  • Régis CAMPO, Les cris de Marseille, dans « L'écrit du cri. Chansons de la renaissance et des 20-21e siècles », ensemble Clément Janequin, direction : Dominique Visse, avec des pièces de Clément Janequin, Edouard Deransart, Alfred Lebeau, Jean-Georges Kastner, Jean Servin, Bruno Ducol, Claude Ledoux, Alfred Rolland, Vincent Scotto, Vincent Bouchot, 1 cd Harmonia Mundi, 2009.
  • Régis CAMPO, dans « Josquin & Cambrai », ensemble Métamorphoses, La Maîtrise Boréale, direction : Maurice Bourbon, 1 cd Lummen de Lumine, 2009.
  • Régis CAMPO, Les Blasons du corps féminin, dans « Eve Vénus Diane et les autres », Les Jeunes solistes, Rachid Safir, avec une pièce de Patrick Burgan, 1 cd Soupir, 2005, n° S212.
  • Régis CAMPO, « Pop-Art », Concerto ; Music to hear ; Pop-Art, Jay Gottlieb, Orchestre Philharmonique de Radio France, Pascal Rophé, Musicatreize, Roland Haraybedian, Ensemble des Lauréats du Conservatoire, direction : Kanako Abe, 1 cd aeon, 2005, n° AE0529.
  • Régis CAMPO, « Autoportraits », Zapp'art ; Deux sonneries ; Les Métronomes détraqués ; Andante, ext. de Dove sono ? ; Fantaisie n° 3 ; Épiphanie ; Le Pic-vert ; Capriccio ; Deux mouvements ; Scherzo ; Phénix ; Sphinx ; Wow ! ; Les Astres, Kanako Abe : piano, Mihi Kim : flûtes, Patrick Langot et Agnès Vesterman : violoncelles, Pascale Rouet : orgue, Orchestrades de Brive la Gaillarde, Régis Campo : direction, Grand Ensemble de Saxophones du CNSM de Paris, Kanako Abe : direction, 1 cd Mandala, 2004, n° MAN 5084.
  • Régis CAMPO, Cappriccio et Sonnerie, dans « Passions, Un orgue baroque pour la création », Jean-Christophe Revel : orgue (Jean de Joyeuse, Auch), 1 cd aeon n° AE0420.
  • Régis CAMPO, Concerto pour violon ; Kinderball ; Livre de Sonates ; Rondo, Nieuw Ensemble d'Amsterdam, Angel Gimeno, Kanako Abe, Jean-Christophe Revel, Proxima Centauri, Marie-Bernadette Charrier, 1 cd Mandala, 2000, MAN 4948.
  • Régis CAMPO, Commedia ; Concerto de chambre ; Longtemps, je… ; Épiphanie ; Ambrées ; Anima ; Sonate n° 2 « les Couleurs », Ensemble de Musique Contemporaine de Moscou, direction : Alexeï Vinogradov, 1 cd Le Chant du Monde, coll. « Musique d’Aujourd’hui », 1998, n° LDC 2781108.
  • Régis CAMPO, Premier Livre pour piano, dans  « Continents », Jay Gottlieb : piano, 1 cd Signature, n° SIG11013.
  • Régis CAMPO, Maschera, dans « L'orgue insolite », Hervé Désarbre : orgue, 1 cd Mandala, n° MAN4894.