mise à jour le 21 September 2012

Philippe Manoury

Compositeur français né le 19 juin 1952 à Tulle.

Philippe Manoury commence la musique à l’âge de neuf ans. Très vite, il compose en autodidacte. Il suit des études de piano avec Pierre Sancan, d’harmonie et de contrepoint à l’École normale de musique de Paris. Au début des années soixante-dix, il s’engage définitivement dans la voie de la composition sur les conseils de Gérard Condé qui l’introduit auprès de Max Deutsch à l’École normale de musique de Paris. Il étudie ensuite la composition également auprès de Michel Philippot et Ivo Malec au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où il suit aussi la classe d’analyse de Claude Ballif. En 1975, il entreprend des études de composition musicale assistée par ordinateur avec Pierre Barbaud.

Les œuvres de Karlheinz Stockhausen, Pierre Boulez et Iannis Xenakis forment les premières références de Philippe Manoury. Pour lui, l'acte de composition consiste à mettre en œuvre des capacités de transformation tant du matériau musical que de la perception. Certaines œuvres peuvent s'organiser en un vaste cycle dont chaque pièce se nourrit, en le métamorphosant, du matériau des précédentes, à l’image de la confrontation avec l'ordinateur, de l’instrument seul d'abord (Jupiter, Prix de la meilleure réalisation musicale de la SACEM en 1988, Pluton), puis de l’ensemble de percussions (Neptune) et enfin des solistes et de l’orchestre (La Partition du ciel et de l’enfer) dans le vaste cycle "Sonvs ex machina".

Présent dans les principaux festivals et concerts de musique contemporaine dès l'âge de dix-neuf ans, c’est avec la création de Cryptophonos, par le pianiste Claude Helffer au Festival de Metz en 1974, qu'il se fait véritablement connaître du public. En 1978, il s’installe au Brésil et y donne des cours et des conférences sur la musique contemporaine dans différentes universités. En 1981, de retour en France, il est invité à l’Ircam en qualité de chercheur. Depuis cette époque, il ne cesse de participer, comme compositeur ou professeur, aux activités de l’Institut. Des recherches entreprises à cette époque, naîtra Zeitlauf, pour chœur mixte, ensemble instrumental, synthétiseurs et bande magnétique créé en 1982. En étroite collaboration avec Miller Puckette, il travaille ensuite plus précisément dans le domaine de l'interaction instrument-machine, avec pour but principal le développement de systèmes permettant la simulation et le suivi en temps réel des comportements instrumentaux, et donc l'intégration des phénomènes d'interprétation à la composition musicale même et à l'électroacoustique. Le cycle de pièces interactives « Sonvs ex machina », pour différents instruments et électronique, reste comme l’un des jalons importants de cette histoire, tout comme En écho, pour soprano et électronique.

De 1983 à 1987, Philippe Manoury est responsable de la pédagogie au sein de l’Ensemble intercontemporain. Il est ensuite professeur de composition et de musique électronique au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon (1987-1997). De 1998 à 2000, il est responsable de l’Académie européenne de musique du festival d’Aix-en-Provence. Il anime également de nombreux séminaires de composition en France et à l’étranger. De 1995 à 2001, il est compositeur en résidence à l’Orchestre de Paris et, de 2001 à 2003, à la Scène nationale d’Orléans. Entre 2004 et 2012, il enseigne la composition à l'Université de Californie San Diego (UCSD). À partir de Janvier 2013 il enseignera la composition au Conservatoire de Strasbourg et sera compositeur en résidence à l'Orchestre de chambre de Paris.

Son œuvre couvre tous les genres : pièces solistes, musiques électronique mixtes (en 2006, On-Iron pour chœur, video et électronique et Partita I pour alto et électronique) musiques de chambre, œuvres pour chœur et pour grand orchestre. Parmi celles-ci, on peut citer Sound and Fury qui a été créée par Pierre Boulez avec les orchestres de Chicago et de Cleveland. Philippe Manoury a également composé quatre opéras : 60e Parallèle, créé en 1998 au Théâtre du Châtelet, K…, d’après Le Procès de Kafka, créé en 2001 à l’Opéra-Bastille (Grand prix de la SACD, Prix de la critique musicale en 2001 et Prix Pierre Ier de Monaco en 2002) La Frontière en 2003, dans le cadre de sa résidence à la Scène Nationale d’Orléans et La nuit de Gutenberg créé à l'Opéra du Rhin de Strasbourg dans le cadre du Festival Musica 2011. Pour ce dernier opéra, Philippe Manoury est nommé Compositeur de l'année aux Victoires de la musique 2012.

Parmi les dernières œuvres de Philippe Manoury on peut noter Terra Ignota pour piano et orchestre dirigé du piano (2007), Abgrund pour grand orchestre (2007), Gesänge-Gedanken, cycle de mélodies sur des textes de Nietzsche pour contralto et petit ensemble (2009), Instants pluriels pour deux groupes instrumentaux (2008), Synapse pour violon et orchestre (2010), les deux quatuors à cordes de 2010, Tensio avec électronique et Stringendo, et Hypothèses du sextuor créé par l'ensemble Accroche Note au Festival Musica 2011. En juin 2012 un concerto pour piano, électronique et orchestre, Echo-daimónon, commande de l’Orchestre de Paris, est créé lors du ManiFeste 2012 de l'Ircam et, en juillet 2012, Partita II pour violon et électronique, lors du Festival Messiaen au Pays de la Meije. Il prépare actuellement une vaste composition pour orchestre spatialisé pour le Festival de Donnaueschingen, ainsi qu'un nouvelle œuvre scénique pour chanteurs, ensemble et électronique en temps-réel pour le Théâtre des Bouffes du Nord à Paris.


© Ircam-Centre Pompidou, 2012

Sources

  • Éditions Durand.
  • Radio France.
  • Médiathèque de la Cité de la Musique.
  • « Philippe Manoury », Les Cahiers de l'Ircam n° 8, coll. « Compositeurs d'aujourd'hui » Paris, Editions Ircam-Centre Pompidou, 1995.

Philippe Manoury : La courbure du parcours

Par Alain Poirier

« Etre moderne, c’est tirer l’éternel du transitoire » Baudelaire

Lorsque Philippe Manoury s’engage dans la voie de la composition au début des années soixante-dix, le débat s’oriente vers la scission entre un difficile héritage du sérialisme et une nouvelle approche du son qui est illustrée en France par l’émergence de la musique spectrale. Dira-t-on assez que Messiaen, par sa bienveillante tolérance, était au cœur du problème comme il l’avait été vingt ans auparavant dans le sérialisme ? De syntaxique, la problématique semblait être devenu le sonore en soi, comme résultante de l’infiniment petit perçu dans une totalité, fût-elle caricaturale précisément chez Messiaen (certaines pièces du Livre d’orgue) après l’infiniment grand, appelant la cristallisation de l’écriture au travers de l’élaboration d’échafaudages harmoniques superposés sous forme d’exploitation des résonances multiples à partir d’un cantus firmus réactualisé (Et expecto resurrectionem mortuorum, etc.). La vision de cette opposition entre le conçu initial et le résultat sonore serait fortement réductrice si la proposition n’était souvent renversée, parfois jusqu’à modifier considérablement le projet syntaxique, dans l’étape même de composition. Faut-il donc opposer systématiquement la pensée procédant par déduction — qui renvoie paradoxalement Boulez et le spectralisme l’un à l’autre dans une conception séquentielle — et celle par induction — dont Stockhausen a montré les premiers exemples probants dès ses Klavierstücke jusqu’aux complexes animés de Ligeti dans les « satellites » du Continuum ? Il semblerait que la pensée musicale française se complaise dans les oppositions entre extrêmes, et que la classe de Messiaen ait constitué la position conciliatrice et, par là même, un point de convergence confortable.

La première particularité de Philippe Manoury est précisément d’avoir contourné l’enseignement de Messiaen dans les années soixante-dix, et ainsi de garder la liberté de ses choix. Si l’on se plaît habituellement à définir le parcours d’un compositeur par rapport à ses pères, celui de Manoury est plus délicat, et donc plus subtil, à cerner dans la mesure où Stockhausen — le parcours temporel de l’œuvre —, Boulez — le devenir du matériau — et Xenakis — la gestion des masses sonores — composent un premier univers de références. Nous avons déjà tenté de décrire ailleurs le parcours de l’œuvre de Philippe Manoury jusqu’à la fin des années quatre-vingts1 et en rappellerons brièvement ici les différentes phases générales, parcours utile pour la discussion qui suivra :

• 1972-1980 : la première conscience d’une nouvelle prise en charge de la perception chez Manoury s’effectue donc au croisement entre l’écriture induisant la perception au travers d’un matériau pré-déterministe et la perception impliquant un mode de contrôle à partir de masses en mouvement : de Cryptophonos pour piano (1974) à Numéro Cinq (piano et douze instruments, 1976) s’opère à la fois un renversement en faveur des probabilités pour gérer les structures globales et une mise en regard des deux approches dont Numéro Huit (1980) constituera un aboutissement avec un niveau de formalisation plus contrôlé ;

• 1982-1987 : la période des œuvres de grande envergure est inaugurée avec Zeitlauf (1982) et poursuivie avec Aleph (1985-87) parallèlement à la problématique de la mémoire qui prend ici une nouvelle dimension, en particulier dans le prolongement de la poétique de Jorge Luis Borges. L’ambition d’une partition occupant une soirée entière concerne non seulement la reconsidération obligatoire du sens de la forme, mais également une approche prenant en compte les acquis de la technologie électronique. On remarquera également l’émergence de la vision multiple d’un même concept avec les différentes versions des Instantanés qui contribueront indirectement aux œuvres de la période suivante ;

• 1987-1991 : si la plupart des œuvres de Manoury puisent souvent leur origine dans les précédentes depuis Aleph, les partitions mettant en jeu la relation avec l’électronique de plus en plus interactive reposent sur un matériau voisin et une problématique dans l’ensemble commune. Le cycle Sonus ex machina abordé avec Jupiter (1987, révisé en 1992), dont les titres font moins référence au système solaire qu’à la mythologie, poursuit l’exploration de la mémoire musicale activée par les renvois entre l’instrumental et l’informatique en temps réel et la synthèse : les processus « souterrains » de Pluton (1988) ou de Neptune (1991) participent de l’idée, encore plus dominante chez Manoury, de la prise en charge active de la perception. La Partition du ciel et de l’enfer (1989) confronte les deux univers de Jupiter (flûte) et de Pluton (piano) dans le cadre plus vaste d’un ensemble de vingt-six instruments ;

• à partir de 1991, Manoury élargit son champ d’action en abordant l’opéra avec un premier projet abandonné dont il reste le Prélude de la nuit du sortilège qui irriguera à son tour 60ème parallèle (1996) conçu en étroite collaboration avec Michel Deutsch et Pierre Strosser, véritable centre d’une constellation d’œuvres satellites, de Chronophonies (suite symphonique pour deux voix et orchestre, 1994), à Prelude and Wait (grand orchestre, 1995), restes recomposés du projet inabouti que l’on retrouvera dans l’opéra qui occupera le compositeur pendant plusieurs années et dont les Douze Moments (1998) constitueront la dernière occurrence.

K… (2001) puis La Frontière (2003) confirment le goût de Manoury pour l’opéra, parallèlement à une production de musique de chambre (Gestes, Ultima, Last) et à l’exploitation de groupes spatialisés sans électronique avec Fragments pour un portrait (1998) ou Terra ignota (2007).

La présente étude souhaiterait mettre en évidence la cohérence d’un parcours compositionnel au travers de quelques problématiques, traitées moins chronologiquement que de façon transversale dans l’œuvre d’un compositeur qui n’a cessé d’affirmer une forte personnalité au service d’une même idée, que l’acquisition des nouvelles techniques informatiques et l’affinement des processus ont permis d’exprimer avec plus d’évidence.

Si composer signifie, pour Manoury, résoudre des problèmes liés à la perception, la notion même d’« écriture » apparaît dans un second temps, après que la forme générale de l’œuvre soit déterminée dans ses grandes lignes dans Aleph ou Zeitlauf, alors que dans le cas de Pluton ou de Neptune, la forme s’est constituée plus localement au fur et à mesure de l’écriture. Concevoir l’écriture en tant que moyen de produire le résultat envisagé est une approche commune au Ligeti des années 1960-1972, au Xenakis utilisant les probabilités pour gérer l’évolution du discours ou encore à Stockhausen jusque dans ses œuvres dont la notation est limitée à des pratiques procédurales. On pourrait s’étonner de voir Manoury ainsi rapproché de personnalités aussi différentes si le compositeur ne prenait soin lui-même de préciser combien il s’est nourri diversement de ces auteurs, en particulier Xenakis et Stockhausen, auxquels on ajoutera évidemment Boulez. Là encore, un second paradoxe apparaît dans cette confrontation apparemment hétéroclite avec Stockhausen pour médiation involontaire. Au sérialisme, ou plus précisément à ses différentes phases telles que les a identifiées François Nicolas2, a été longtemps opposée une approche globale du sonore, qu’il s’agisse de l’œuvre de Xenakis qui suit son article « La crise de la musique sérielle » ou de certaines approches électroacoustiques revendiquant une souveraine immédiateté : il semble que l’histoire de la musique de la deuxième moitié du XXe siècle ne pourra se passer de cette dichotomie factice avant longtemps. Cette commode délimitation, de même nature que celle que l’on s’est plue à édifier entre le même sérialisme et le spectralisme au début des années soixante-dix, relève en effet plus du garde-fou individuel que d’une véritable intention constructive dans la mesure où les arguments sont toujours posés a contrario. Le seul intérêt de ces oppositions est de n’apparaître que dans les moments de confrontation et peut-être n’a-t-on pas suffisamment insisté sur l’apport des jeunes compositeurs au début des années soixante-dix : les quelques problématiques générales qui sont dégagées ci-dessous entendent autant montrer la cohérence de la démarche de Manoury qu’examiner les critères de réévaluation qu’offre cette époque de l’immédiat après soixante-huit.

Le déplacement du sujet

Philippe Manoury appartient donc à une génération qui a su prendre ses distances avec ces débats contradictoires, ne serait-ce que parce que l’expérience sérielle a été pratiquée et dominée très tôt, au lendemain de la Sonate pour deux pianos (1972) encore tributaire de la Deuxième Sonate de Boulez et de celle de Barraqué. La démarche de Manoury aura donc été de tirer rapidement les conclusions d’un parcours que ses aînés avaient mis de nombreuses années à considérer de façon critique, ou, pour paraphraser Debussy, « Je ne sors du sérialisme que parce que je le sais ». Lorsque Claude Helffer, dédicataire et créateur de Cryptophonos, déclare qu’il s’agit de « faire surgir de l’intérieur du piano un univers caché3 » par l’intervention de l’instrumentiste directement sur la table d’harmonie, il accrédite le propos de Manoury travaillant sur la perception par rapport à une logique sous-jacente : ce que l’héritage sériel aura pérennisé se situe moins dans le choix d’un matériau que dans l’étape de pré-composition ; l’originalité de la composition tient dans l’exploitation de ce matériau en vue d’une perception multiple et diversifiée. La part la plus remarquable de Cryptophonos réside en effet dans le déplacement du sujet vis-à-vis de son objet, son propre matériau : si le degré de « logique interne » dont parle le compositeur consiste en des relations qui restent constantes dans toute l’œuvre, le fait de glisser d’un discours « où se révèle la nature des détails (fait d’oppositions violentes et contrastées) vers un autre de conception purement globale où s’opposeront des grandes masses de sons et des zones de silence ou de résonances contemplatives4 », est autant susceptible de décrire le parcours de l’œuvre que d’annoncer l’un des gestes compositionnels les plus importants de son auteur. Un changement de perspective qui revient à considérer la matière musicale sous des angles différents dont les préoccupations sont proches de certaines idées dans le domaine de l’histoire de l’art abordant l’espace et le temps (Etienne Souriau). Plus encore, les précieux apports méthodologiques d’Edgar Morin ont permis de distinguer les degrés de causalité et les conséquences au travers des visions « géocentrique » et « héliocentrique » : selon que l’écriture constitue le noyau de la démarche compositionnelle ou que la perception en soit le critère premier, il s’agit bien, dans le cas de Manoury, de produire un déplacement progressif de l’un vers l’autre semblable à un procédé de zoom : un parcours directement impliqué dans Cryptophonos qui consacre le premier exemple probant de cette approche. C’est aussi ce qu’entend Manoury quand il identifie le sérialisme en terme de « technique » plutôt que celui de « style ». Ce que Cryptophonos ou le Quatuor à cordes réalisent à des degrés divers n’est autre que le passage d’un état à un autre, fût-il plus abstrait dans le second cas avec une forme conçue à partir d’une combinatoire d’intervalles distribués statistiquement : en proposant une réécriture du début de l’œuvre par une analyse à nouveau statistique, la section centrale du Quatuor agit comme une mise en perspective d’un même matériau réinterprété grâce à ce déplacement. C’est cette orientation d’une synthèse entre un univers ponctuel et un univers global, développée dans Puzzle, qui sera menée jusque dans ses extrêmes conséquences dans Numéro Cinq où les traces de sérialisme sont délibérément évacuées au profit d’une pensée probabiliste qui gère non seulement la forme, mais également tous les processus de transformation.

Les œuvres des années quatre-vingts, bien que différentes dans leur conception générale, renoueront et reconduiront d’une autre manière la première approche. Dans Aleph, Manoury cherche explicitement à représenter une image musicale sous des facettes diverses, mais qui ne sera cependant jamais présentée en tant que telle. La référence aux labyrinthes de Borges — on songe aussi au « Jardin des sentiers qui bifurquent » ou aux « Ruines circulaires » tirés des Fictions — trouve ici une correspondance dans la répartition des quatre forces en action (quatre groupes orchestraux et quatre chanteurs), chacun qualifié par une dimension de l’élément fondateur latent, mise en évidence et associée à un temps musical personnalisé :

  1. aspect rythmique (fixité des hauteurs) : temps fragmenté
  2. aspect mélodique (progressive mobilité des hauteurs) : temps déroulé
  3. aspect harmonique (démultiplication de la perception mélodique) : temps figé
  4. aspect contrapuntique (désagrégation de l’harmonie) : temps circulaire

La courbe ainsi formée, telle une boucle définissant la totalité en examinant successivement et individuellement ses potentialités, constitue d’une part, le pendant à l’image mallarméenne — et boulezienne — de « l’unanime blanc conflit » (…) qui « flotte plus qu’il n’ensevelit » (« Une dentelle s’abolit ») ; de l’autre, elle évoque des « formes momentanées » qui selon Stockhausen sont le « résultat d’une volonté de composer des états et processus à l’intérieur desquels chaque moment constitue une entité personnelle, centrée sur elle-même, et pouvant se maintenir par elle-même, mais qui se réfère, en tant que particularité à son contexte et à la totalité de l’œuvre5. » De même, Zeitlauf, dans lequel chacune des treize parties sera tantôt un centre, tantôt un parcours, prolongera l’idée selon laquelle la fonction des parties sera dépendante de la lecture du texte que Georg Webern a spécialement écrit pour cette œuvre : « Soit la musique se moule dans le texte, soit elle est suggérée par le texte comme cela advient avec Und starrt nicht, sondern lasst den Blick wandern (« Et ne regardez pas fixement, mais laissez promener le regard ») qui m’a donné l’idée d’une forme où je ne dirige pas le discours dans une direction précise, mais laisse l’oreille choisir parmi un déroulement d’événements. Enfin, elle peut être aussi complètement libérée de l’emprise du texte6. » On pourra effectivement suivre cette notion jusque dans la mise en œuvre de cette circularité du parcours grâce au recours à des moyens technologiques permettant la spatialisation dans les partitions du cycle Sonus ex machina fondé sur l’interactivité, de Jupiter à Neptune : un discours dédoublé, démultiplié, où l’original et les commentaires alimentent le déplacement entre l’instrument Midi (Pluton, Neptune) — ou la détection assurée acoustiquement par un micro dans Jupiter ou En écho — et la partie parallèle qui défile en tant qu’autre réalité de la première.

Trois remarques méritent d’être dégagées de cette évolution de la notion de déplacement : par l’ambition du projet consistant à considérer un matériau — explicite ou non — en en multipliant les degrés d’intelligibilité, la conception de cycle apparaît donc elle-même comme une émanation directe de ce déplacement, non plus à l’intérieur de l’œuvre, mais entre les différentes œuvres qui le composent.

Ensuite, les sections dont la fonction est de favoriser le passage d’un état à l’autre et de produire ainsi un renversement, relèvent d’un art de la transition que Manoury apprécie tant chez Wagner et dont La partition du ciel et de l’enfer, écrite dans la résonance d’une représentation du Crépuscule des Dieux, est l’une des plus représentatives : par la présence soliste de la flûte et de deux pianos, La Partition — au sens de « répartition » entre le ciel (Jupiter) et l’enfer (Pluton) propose l’interpénétration de ces deux univers en « explorant des zones d'influence et d'ambiguïté formelle par la perte d'identité et les métamorphoses continuelles que subissent les éléments de base. » (Manoury).

Enfin, autant la notion de cycle évoquée que l’individualisation de chacune des sections dans Zeitlauf qui doit beaucoup à Momente — ou dans Aleph souvent rapproché d’Inori — disent combien, s’il le fallait encore, Manoury reste marqué par la pensée de Stockhausen7, tout en recourant à des principes d’engendrement différents.

À l’ensemble des quatre œuvres qui forment le cycle de Sonus ex machina, se rattache En écho (1993-94) qui prolonge la même problématique en associant la voix et l’électronique en temps réel : les sept mélodies, sur un texte d’Emmanuel Hocquard chargé d’érotisme, entretiennent de nombreuses relations entre elles, « tant au niveau de la musique qu’à celui du
texte. Chacune des mélodies est centrée sur un lieu, un objet ou une idée définie indiquée par le titre. À chacune d’elle,
est également attaché un élément sonore (un son concret le plus généralement) qui servira d’élément de référence tant
poétique que musical » (Manoury). Et dans le même ordre d’idée, la récente Partita I (2006) pour alto constitue le point le plus abouti de la recherche du compositeur dans le domaine de l’interaction entre instrument et électronique en temps réel (un capteur fixé aux doigts de l’interprète restitue la vitesse jusqu’aux mouvements de l’archet et aux variations de la pression sur les cordes).

Les torsions du temps

Comme autre conséquence de cette translation de l’écoute, le temps musical et les processus de transformation sont étroitement liés. « Le cours du temps », selon le titre de Zeitlauf, est en effet le fil conducteur le plus susceptible de rendre compte de l’évolution de l’œuvre de Manoury. Depuis le temps directionnel de Cryptophonos à celui circulaire d’Aleph et des œuvres travaillant sur l’interactivité, la position du compositeur est d’envisager les capacités de transformation tant d’un matériau que de la perception. L’idée essentielle de transformation agit à plusieurs niveaux : « Le fait de prendre conscience d’une découverte chez autrui et de se l’approprier, j’entends la transformer jusqu’à la rendre sienne, est un acte que l’on rencontre chez tous les compositeurs qui ne se contentent pas d’imiter8. » À un second degré, et donc dans la mise en œuvre de la matière sonore, Manoury définit l’écriture comme le phénomène regroupant « toutes les techniques de transformation d’un matériau sonore », de celles relevant d’une combinatoire d’écriture au sens traditionnel du terme au recours à l’interactivité conçue comme une technique de démultiplication, jusqu’à la gestion des paramètres de synthèse. D’une part, la transformation inclut la notion de prévisibilité qui a été avancée et largement traitée par la génération spectrale : idée dont Manoury s’est inspiré sans l’adopter directement dans ce sens, la prévisibilité telle que l’envisageaient Grisey ou Murail dans les années soixante-dix étant trop grande et débouchant sur une continuité et une perception contemplative. Il s’agit là d’une condition importante dans la mesure où l’écriture pour Manoury est propice à favoriser des détours buissonniers de façon à ce que les processus ne soient pas perceptibles pour eux-mêmes sous peine d’en perdre l’intérêt : pour exemple, l’introduction d’éléments assez divergents dans les séquences basées sur les chaînes de Markov dans Pluton permettra un gauchissement suffisamment efficace, d’autant plus que le processus n’a de valeur que locale. D’autre part, et si « l’écriture conditionne l’idée » selon Manoury, ce que proposait encore Cryptophonos était bien la transformation d’une perception à partir d’un même matériau, ou pour prendre une image qui avait frappé le compositeur, le glissement d’une perception visuelle par exemple dans une affiche placardée dans le métro, soit d’une impression par points privilégiant l’extrême détail aux dépens de la globalité à une visualisation d’ensemble ne permettant plus de discerner chacun des points qui composent l’image. Comme on l’a dit plus haut, il s’agissait d’un temps directionnel, ou plus précisément torsadé, puisque l’évolution entre l’écriture ponctuelle initiale et celle d’amplification finale par accumulation est couplée avec la mutation de la sonorité traditionnelle du piano avant que tout ne se résorbe sur les harmoniques d’un mi, présenté dès le début.

Au travers de ce parcours, distinct de celui très artisanal proposé par un Ligeti, Manoury initie un premier jeu de croisement entre mémoire et prémonition dans une polyphonie assimilable à un canon-miroir, et qui sera toujours plus travaillée et affirmée dans les œuvres suivantes. Privilégier la forme grâce à une organisation combinant des temps différents trouve ensuite une application plus radicale dans Numéro Huit où les sept structures thématiques sont chacune définies précisément pour donner lieu à une accumulation de structures jusqu’à un point extrême, la polyphonie devenant globale et formant rupture, comme les tableaux de Pollock présentent le passage de structures formalisées à des structures informelles. La disparition thématique qui en découle sera à son tour recomposée à partie d’éléments chaotiques pour converger vers une unité finale. C’est précisément cette notion de structures définies présentées à plusieurs reprises de manière filtrée, notamment sous formes de présentations défectives, que Manoury développera dans Zeitlauf à partir d’un même objet perçu à des moments différents : le degré de différence mis en jeu concerne la mémoire par les opérations d’interférences telles que le traitement d’une séquence vocale modifiée par l’intervention électroacoustique ou la présentation d’un événement connu dans un tempo plus lent.

Par ailleurs, cette première confrontation entre l’électronique et l’instrumental, après l’expérience non aboutie de Tempérament variable pour clarinette et bande (1978), permet une diversification plus grande de la polyphonie qui ajoute un degré supplémentaire aux relations temporelles déjà existantes. Ce que Manoury emprunte ici au « Funes ou la mémoire » de Borges où la métaphore de l’insomnie — « l’intolérable lucidité de l’insomnie » — équivaut à un temps « structuré comme un langage » et sera encore plus travaillé dans Aleph. On a déjà décrit plus haut le parcours en quatre étapes dans un temps musical lui-même réparti en fonctions successives alors que la partition ne ménage aucune directionnalité dans le passage d’un état perceptif à un autre. Parallèlement, Aleph correspond à une orientation plus nettement « mélodique » qui s’inscrit non seulement dans le débat sur la thématique des années quatre-vingts, mais répond également à la nécessité de favoriser les repères de la mémoire dans des œuvres d’une envergure désormais plus grande. Jupiter accentuera nettement cette dimension alors que l’ordinateur réalisera en temps réel de nouveaux croisements entre passé et avenir. D’un instrument confronté à l’ordinateur (monodique dans Jupiter, polyphonique dans Pluton) à l’ensemble (percussions dans Neptune) et enfin à l’orchestre (flûte et pianos MIDI dans La partition du ciel et de l’enfer), Manoury exploite les temps de la confrontation instrumentale formant un véritable cycle dont chaque œuvre se nourrit du matériau des précédentes. L’opéra, ne serait-ce qu’en réintégrant le texte, obligera une reconsidération complète du problème temporel, cette fois-ci à partir d’un matériau sémantique.

La mesure du temps (Zeitmasse) est tributaire en majeure partie de la pensée de Stockhausen auquel Manoury est resté très attaché. Là où l’analyse purement auditive échoue par l’impossibilité de découper une œuvre comme Gruppen en parties, résultat de la conception polyphonique entre les trois orchestres, ou encore dans la relation entre les formes individuelles composées dans la totalité de la partition dans Momente, Manoury trouve évidemment ses points de références privilégiés. Les Klavierstücke IX et X, basés sur les oppositions (périodicité-apériodicité, statisme-dynamisme, etc.), marquent les premières œuvres de Manoury oscillant entre des individualités harmoniques reconnaissables et des masses sonores indifférenciées ; de même, l’intérêt pour l’expérimentation en tant que moteur de l’invention que Manoury a pu lire dans Kontakte ou Hymnen n’est pas sans retombées sur sa conception de la simulation ; plus encore, le fait que les visions successives de la même image soient non seulement différentes, mais puissent progressivement intégrer les visions précédentes, est encore caractéristique de cette filiation ; enfin, et par conséquent, c’est l’idée d’une compréhension rétrospective, comme celle mise en œuvre dans Kontakte, qui pourrait justifier certaines démarches, en particulier celles de Neptune ou de La partition du ciel et de l’enfer dans lesquelles les nombreux niveaux d’écoute alimentent une mémoire sans cesse tenue en éveil.

De la dramaturgie virtuelle au théâtre incarné

Manoury a souvent, et justement, insisté sur la dimension théâtrale qui découlait de ses recherches sur l’interaction entre musique instrumentale et systèmes de transformations et de synthèse en temps réel. Cette mise en scène sonore, « cette dualité de perception des actions dans lesquelles la personne physique est engagée à l’intérieur d’un dispositif dont on cache les mécanismes pour en accentuer le caractère imaginaire9 » implique une forme de théâtralisation qui conduira notamment Manoury à tenter d’associer, dans Neptune, un système de lumières interactif contrôlé par les instrumentistes pour caractériser certaines sections de la partition. Par la distance entre le vu et l’entendu, le théâtre imaginaire du concert qui résulte des illusions acoustiques, les « trompe-l’oreille » — que Manoury a développés par exemple dans la désynchronisation entre ce que le pianiste joue dans Pluton et ce que l’on entend — a imprégné les œuvres du théâtre incarné dans les opéras, jusqu’à exploiter les trajectoires que les sons vont emprunter pour se promener dans l’espace comme dans K… où l’on peut simuler une source sonore « d’un endroit où il n’y a pas de haut-parleur10 » ou dissimuler les sources réelles et les transitions entre elles.

Travailler les temps multiples, isolés dans chacune des parties d’Aleph ou concevoir les réapparitions d’éléments de telle manière qu’ils soient transformés, « que leur morphologie soit irriguée, marquée, déformée par la musique qui s’est déroulée dans l’intervalle11 », implique de travailler dans le temps et la durée. Dans l’esprit des développements absents de Jeux de Debussy qui l’a profondément marqué, Manoury fonde 60ème parallèle sur une structure musicale continue, qui n’est toutefois présentée que par fragments : « J’en expose donc un début, puis je passe à autre chose, puis surgit un autre fragment de la structure pour disparaître à son tour et ainsi de suite. Vous percevez ces fragments, mais ils ne sont que ce qui émerge d’une
continuité que vous n’avez pas entendue12. » De Zeitlauf à Pluton, les œuvres de Manoury mettent littéralement en scène cette dramaturgie du discours qui trouvera naturellement sa mise en œuvre dans les opéras. Pour exemple, le prélude, initialement celui de la nuit du sortilège (1992), repris et réécrit pour former le substrat de 60ème parallèle dans lequel « il ne
s’arrête jamais : s’il semble disparaître, c’est pour mieux revenir plus tard, comme s’il s’était déroulé autre part. Ce Prélude est une forme qui peut surgir à n’importe quel moment, comme pour rappeler que la situation du début n’a pas d’issue13. » Un temps continu fait de ruptures mais assuré par ce prélude qui procède par disparitions/résurgences, toujours le même et pourtant jamais identique (Manoury citera de façon symptomatique Plutarque — « On ne peut pas entrer deux fois dans le même fleuve, selon Héraclite » — dans l’un des fragments de On-Iron, 2006.) Le même phénomène, bien qu’inversé, est reproduit dans le troisième opéra de Manoury, La Frontière (2003) où, présentée dès le prologue, une chanson d’apparence décousue et donnée par bribes, empruntant à des langues différentes, constituera le fil conducteur de l’ouvrage, s’enrichissant progressivement au cours de ses multiples et toujours différentes occurrences, gagnant en intelligibilité jusqu’à l’épilogue où elle apparaît enfin intacte et intelligible, fermant ce drame de l’identité dans un pays ravagé par la guerre. Si le huis clos statique de 60ème parallèle pouvait impliquer cette forme de continuité particulière, celui de K… (2001) veut épouser le caractère fragmentaire de l’œuvre de Kafka, Manoury évitant sciemment les transitions entre les scènes et accentuant ainsi le caractère absurde de la situation. Si le propos dramatique oriente la conception de présentation, la notion de transformation reste à la base de son attitude compositionnelle, jusque dans la récente deuxième sonate pour piano (2008), Veränderungen qui se réfère explicitement à la démarche beethovénienne des Variations Diabelli.

La dimension électronique concerne particulièrement la spatialisation permettant de simuler une source sonore comme dans la scène de la cathédrale (sc. 11) dans K… où l’acoustique est démultipliée, grâce aux 16 haut-parleurs disposés dans la salle, par les échos électroniques des vents placés dans la fosse ou des chœurs reconstitués par synthèse sonore. De façon plus inventive, la partie électronique de 60ème parallèle apparaissait comme un second orchestre, « virtuel », superposé à l’orchestre dans la fosse. De manière générale, le recours à l’électronique dans des œuvres d’une telle ampleur reste plus limitée que dans les partitions avec solistes où l’interprète individuel était littéralement pris en compte dans un véritable dialogue entre lui et l’ordinateur.

L’ancêtre Ts’ui Pên du Jardin aux sentiers qui bifurquent de Borges « ne croyait pas à un temps uniforme, absolu. Il croyait à des séries infinies de temps, à un réseau croissant et vertigineux de temps divergents, convergents et parallèles. » Le tressage des parties originaires de Jupiter et de Pluton dans La partition du ciel et de l’enfer, autant que le rôle du prélude dans 60ème parallèle répondent de cette intention de travailler dans la durée, voire dans la longue durée dans le cas des opéras. Dans ce contexte, on ne peut passer sous silence les références de Manoury au domaine cinématographique — de Kubrick à Hitchcock, ou de Welles à Bergman — pour mieux mesurer sa conscience de l’appréhension du temps dans la durée d’un propos narratif.

L’interprétation dans tous ses états

Bien que la transformation soit une partie intégrante de la pensée compositionnelle de Manoury, elle n’intervient que rarement en terme purement instrumental, à un premier degré de la notation à laquelle est confronté l’interprète. En effet, la diversification des modes de jeu est rarement utilisée si ce n’est dans Cryptophonos où le pianiste doit intervenir directement sur la table d’harmonie. En fait, si l’écriture instrumentale participe dans l’ensemble d’une conception traditionnelle, Manoury a préféré l’enrichir par les transformations électroacoustiques, tout en étant conscient des limites en ce domaine : lorsque la notation fait défaut, il s’agit pour lui d’un problème de langage. À partir de Jupiter et de Pluton, apparaissent des micro-intervalles qui, tout en n’étant pas écrits, sont le résultat de la compression ou de la dilatation des ambitus par la station Temps-réel (qui englobe 4X, Max Next, etc.). De même, l’interprétation de la forme, qui n’est jamais conçue de façon préétablie, ne concerne que certaines séquences où, comme dans Pluton, le pianiste peut influer sur la trajectoire et ainsi faire dévier localement la forme dans le dialogue interactif avec l’ordinateur, dans une approche du discours qui reste cependant éloignée des « œuvres ouvertes » conceptuelles des années soixante. Les limites, tant du recours à des modes de jeu qu’à l’interactivité, sont définies dans la différence entre l’éventail, rapidement séduisant, des possibilités techniques et l’expression voulue par le compositeur. L’attachement de Manoury à l’idée de simulation constitue ce garde-fou indispensable pour que la technologie ne l’emporte pas sur l’intention, l’attitude du compositeur ne consistant pas dans le fait de « décrire des vérités, mais de les simuler dans le temps d’une œuvre ». Corollairement, le matériau qu’il conçoit comme la réduction de ce qu’on imagine pouvoir développer, reste neutre et abstrait au début de la composition, Manoury travaillant essentiellement sur les possibilités d’extrapolation qui n’impliquent ni son devenir, ni ses futures présentations.

Le concept de « partition virtuelle », tel que Manoury l’a développé au cours de l’élaboration des quatre partitions du cycle, fait référence à une partition « dont on connaît a priori la nature des transformations mais pas les valeurs exactes qui vont les définir14. » Le renvoi quasi-permanent entre le jeu instrumental et la machine qui, notamment grâce au « suiveur de partition » mis au point par Miller Puckette, assure l’interactivité, pose les nouvelles conditions d’une interprétation : le texte instrumental, enregistré préalablement, est contrôlé par l’ordinateur qui a ainsi la capacité d’intervenir en fonctions de signaux donnés et codés dans la partie réelle. Depuis Jupiter, dans lequel la flexibilité du tempo du flûtiste était prise en charge par la machine pour glisser les interpolations, à Pluton où densité du discours et dynamiques étaient intégrées, jusqu’à Neptune, entre le geste instrumental et le perçu — ou la distinction entre ce qui est effectivement joué et ce qui est entendu — s’instaure une écoute réciproque d’un genre nouveau qui engage autant la mémoire de l’auditeur que sa participation active dans le cadre du concert. La perception « thématique » parvient alors à un degré maximal d’intelligibilité dans cette dernière partition qui forme un aboutissement aux préoccupations de Manoury dans le cadre du cycle de Sonus ex machina.

Plus encore, c’est la possibilité de travailler sur l’infiniment petit qui donne à Manoury l’occasion d’approfondir la notion d’expression à partir de « gestes originels », parfois explorés dans le répertoire d’œuvres de musique de chambre développé parallèlement aux partitions électroniques ou aux opéras dans les années quatre-vingt-dix (Gestes, Ultima, Last) : « Par ce terme [gestes originels], j’entends toutes manières spécifiques, si minimes soient-elles, de production du son. Un mouvement d’archet particulier, un certain type de phrasé, une articulation caractéristique, tout élément de base susceptible d’engendre une expression musicale constitue pour moi un geste originel. » [Préface à la partition de Gestes] L’interprétation, scrutée dans ses moindres détails — qui sera encore l’objet de Partita I avec électronique en temps réel — reste, parallèlement au monde de l’opéra, l’une des constantes de la recherche de Manoury.

Entre la conception d’un matériau envisagé et figuré de multiples façons, celles de temps partagés entre mémoire et prémonition et de multiplicité de temporalités, et l’attention portée à l’interprétation, la musique de Manoury est chargée d’une étonnante continuité : parti du sérialisme dont il a plus retenu l’abolition de hiérarchie entre les sons que les processus combinatoires, Manoury a su allier, en particulier grâce à sa maîtrise de l’électronique, les formes par prolifération dans le temps (Sonus ex machina) et l’allure formelle de grandes fresques opératiques, dans un parcours personnel qui privilégie une boucle, là où la forme accomplit une courbure égale à celle du parcours du compositeur.


Notes
  1. « Le même et le différent : éléments pour un portrait de Philippe Manoury » in Inharmoniques n°7, Séguier - Ircam - Centre G. Pompidou, 1991.
  2. Traversée du sérialisme (Conférences du Perroquet, n°16, avril 1988), et « Utopie du sérialisme ? » in Les Cahiers de l’Ircam n° 4, Ircam - Centre Pompidou, 1993.
  3. « La musique pour piano depuis 1945 » in Cahiers du CIREM n°10-11 (1989), p.109.
  4. in texte accompagnant l’enregistrement de Cryptophonos par Claude Helffer (MFA-Harmonia Mundi).
  5. in «Momentform» in Texte zur elektronischen und instrumentalen Musik, vol.1 (Cologne, 1963), p.189; trad. fr. in Contrechamps n° 9, Lausanne, 1988.
  6. P. Manoury in « La flèche du temps » in Cahiers du Festival de La Rochelle (1983), repris et révisé in La Note et le Son, Écrits et entretiens 1981-1998, L’Harmattan 1998, pp. 15-21.
  7. Auquel il a consacré un long texte d’hommage, « Stockhausen au-delà… » (décembre 2007) tout en lui dédiant Terra ignota (in memoriam Karlheinz Stockhausen).
  8. in Musiques en création (Festival d’Automne-Contrechamps, 1989), p. 37, repris in La Note et le son, Ecrits et entretiens 1981-1998, op. cit., pp. 259-74.
  9. « À propos d’un opéra inachevé » in La Note et le Son, Écrits et entretiens 1981-1998, op. cit., p. 193.
  10. Va-et-vient. Entretiens avec Daniela Langer, Musica falsa, 2001, p. 121.
  11. Ibid., p. 49
  12. Ibid., p. 59.
  13. « À n’importe quel moment » (1996). Repris in La Note et le Son, Écrits et entretiens 1981-1998, op. cit., pp. 211.
  14. in «La note et le son : un carnet de bord» dans Contrechamps n° 11, Paris 1990. Repris in La Note et le Son, Écrits et entretiens 1981-1998, op. cit., pp. 43-57.

 

Sources

© Ircam-Centre Pompidou, 2008

Liens Internet

Bibliographie

  • Carlos AGON, Jean BRESSON, Gérard ASSAYAG, The OM Composer’s book, vol. 1, préface de Miller Puckette, Paris, éditions Ircam-Centre Pompidou et Delatour France, coll. « Musique / Sciences - Jean Michel Bardez et Moreno Andreatta », 2006, [268 p. – chapitre « Manoury Philippe, K..., opéra en douze scènes »].
  • Marc BATTIER, « Notes sur l'électronique dans un opéra récent : K... de Philippe Manoury » - L'Opéra au XXe siècle dans Musurgia, vol. X, n° 2, Paris, éditions Eska, 2003.
  • Laurent BAYLE (directeur de la publication), « Philippe Manoury », Les Cahiers de l'Ircam n° 8, éditions Ircam-Centre Pompidou, coll. « Compositeurs d'aujourd'hui », Paris, 1995.
  • Véronique BRINDEAU, « Portrait de philippe Manoury », dans Résonance n° 11, Ircam-Centre Pompidou, janvier 1997, article en ligne sur http://articles.ircam.fr (lien vérifié en juin 2012).
  • Danielle COHEN-LEVINAS, « Entretien avec Philippe Manoury », dans Causeries sur la musique – entretiens avec des compositeurs, Paris, éditions L’Itinéraire, L’Harmattan, coll. « Musique et musicologie », 1999, 355 p.
  • Danielle COHEN-LEVINAS, « Entretien avec Philippe Manoury », dans Les Cahiers de l’Ircam, Recherche et Musique n° 1 : Composition et environnements informatiques, Paris, Editions Ircam-Centre Pompidou, coll. « Les Cahiers de l’Ircam », 1992.
  • Danielle COHEN-LEVINAS, « Philippe Manoury : une référence à suivre », dans Le Magazine n° 53 (Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou), Paris, 1989.
  • Omer CORLAIX, Philippe MANOURY, Entretiens, éditions Musica Falsa, à paraître en juin 2012.
  • Éric DENUT, Entretien avec Philippe Manoury au sujet de Tensio sur le site de Philippe Manoury, 2011 (lien vérifié en juin 2012).
  • Jean-Pierre DERRIEN, Entretien avec Philippe Manoury à propos de La nuit de Gutenberg, sur le site de Philippe Manoury, 2011 (lien vérifié en juin 2012)
  • Sylviane FALCINELLI, « Philippe Manoury ou le regard pacifié sur l'histoire » dans L’Education musicale 527-528, Vernon, éditions Charles NIEGAR, 2005.
  • Alain GALLIARI, « Six musiciens en quête d'auteur : Pierre Boulez, Iannis Xenakis, Claude Ballif, André Boucourechliev, André Hodeir, Philippe Manoury », propos recueillis par Alain Galliari, Isles-lès-Villenoy, Editions Pro musica, 1991.
  • Claude HELFFER, [analyse de Cryptophonos de Philippe Manoury], dans Quinze analyses musicales – de Bach à Manoury, Genève, éditions Contrechamps, 2000, 224 p. (ouvrage publié avec l'aide de la Fondation des Treilles).
  • Martin KALTENECKER, « La jeune musique française : Martin, Lenot, Bonnet, Fénelon, Devillers, Gaussin, Hurel, Levinas, Boivin, Grisey, Dufourt, Malherbe, Singier, Durand, Lancino, Durville, Dalbavie, Manoury », dans Le Magazine n°49 (Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou), Paris, 1989.
  • Daniela LANGER, Philippe MANOURY, Va-et-vient : L’intonation ou le secret (entretien), Paris, Editions Musica Falsa, 2001.
  • Philippe MANOURY, Claire MALROUX, Entretiens sur musique et poésie, 2004, sur le site de Philippe Manoury, 2004 (lien vérifié en juin 2012)
  • Philippe MANOURY, La Note et le son - Ecrits et entretiens, 1981-1998, avant-propos de Danielle Cohen-Levinas, Paris, Editions L’Itinéraire et L’Harmattan, Coll. « Musique et musicologie », 2000.
  • Philippe MANOURY, « Stockhausen au-delà…» , dans l'Étincelle, le journal de la création à l'Ircam, février 2008, consultable en ligne sur http://etincelle.ircam.fr/sur-le-vif.html (lien vérifié enjuin 2012), et sur « Stockhausen au-delà… ».
  • Philippe MANOURY, « Considérations (toujours actuelles) sur l'état de la musique en temps réel » , dans L'étincelle, le journal de la création à l'Ircam, novembre 2007, en ligne sur :  http://etincelle.ircam.fr/733.html (lien vérifié en juin 2012).
  • Philippe MANOURY, « Questionner incessamment », interview de Jean-Pierre Derrien, dans Les Cahiers de l’Ircam n° 8, Paris, Editions l'Harmattan, 1995.
  • Philippe MANOURY, « Le transitoire et l’éternel ou le crépuscule des modernes », dans Musique et authenticité – Inharmoniques n° 7, Paris, éditions Ircam et Librairie Séguier, 1991.
  • Philippe MANOURY, « Les limites de la notion de « timbre » », dans Le Timbre : métaphore pour la composition, textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Editions Ircam et Christian Bourgeois éditeur, 1991.
  • Philippe MANOURY, « La note et le son : un carnet de bord », dans Contrechamps n° 11 – Musiques électroniques, Paris, éditions Contrechamps, 1990.
  • Philippe MANOURY, « Réponses aux questions », dans Musiques en création, Paris, éditions Contrechamps, en collaboration avec le Festival d’Automne à Paris, 1989.
  • Philippe MANOURY, « Boulez, Manoury, Pesson : la musique française est-elle une science exacte ? », dans Techniques et Architecture, Paris, Editions Jean-Michel Place, 1988.
  • Philippe MANOURY, « Une coupure dans l’instant », « Le geste, la nature et le lieu : un démon dans les circuits » et un entretien avec Pierre Boulez et P. Greussay, dans Traverses, Paris, Editions Centre Pompidou, 1988.
  • Philippe MANOURY, « Musiques françaises ? », dans Images de la musique française, Paris, éditions Papiers/Sacem, 1986.
  • Philippe MANOURY, « La Flèche du temps » et « La Part consciente », dans Contemporary Music Review Volume 1 Part 1 - Musical thought at IRCAM, Chur, Londres, Paris, Editions Harwood Academic Publishers, 1984.
  • Philippe MANOURY, « À propos de Quatuor à cordes », dans Actes de la semaine de musique contemporaine, Editions Villa Médicis, Académie de France à Rome, 1982.
  • Patrick ODIARD, Analyse de Neptune de Philippe Manoury, mémoire de DEA de musique et musicologie du XXe siècle. École des hautes études en sciences sociales, École nationale supérieure de Paris, avec le concours du CNRS et de l’Ircam-Centre Georges-Pompidou, Paris, 1993.
  • Danièle PISTONE, Musiques du XXe siècle - conférences et séminaires : 1996-1998, Paris, éditions Observatoire musical français, 1999.
  • Alain POIRIER, « le même et le différent. Éléments pour un portrait de Philippe Manoury », dans Musique et authenticité, Inharmoniques n° 7, Paris, éditions Ircam et Librairie Séguier, 1991.
  • Claude SAMUEL, « Six jeunes compositeurs, entretien avec Pierre Boulez (Stroppa, Lancino, Benjamin, Saariaho, Manoury, Obst) », dans Le Magazine n°38 (Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou), Paris, 1987.
  • Anne SEDES, Aspects fusionnels de la mixité dans Désintégration, Jupiter, et Concerto pour piano et espace n° 2, mémoire de DEA de musique et musicologie du XXe siècle, École des hautes études en sciences sociales, École nationale supérieure de Paris, 1989-1990.
  • Yannick SIMON, « La Partition du ciel et de l’enfer, analyse de l’œuvre de Philippe Manoury », dans Musique et authenticité, Inharmoniques n° 7, Paris, Editions Ircam et Librairie Séguier, 1991.

Filmographie

  • Momilani RAMSTRUM, From Kafka to K ... - a multimedia exploration of Philippe Manoury's opera K..., Paris, DVD-Rom Opéra national de Paris, Ircam-Centre Pompidou, 2004

Discographie

  • Philippe MANOURY, « Inharmonies », comprenant Fragments d'HéracliteInharmonies ; Trakl Gedichte, Accentus, direction : Laurence Equilbey, 1 cd Naïve, 2011.
  • Philippe MANOURY, Pentaphone ; Prelude and wait ; Sound and fury, Orchestre philharmonique de Radio France, direction : Zoltan Pesko, 1 cd Radio France, coll. densité 21, 2010, DE008.
  • Philippe MANOURY, Fragments pour un portrait ; Partita I, Christophe Desjardins : alto, Ensemble intercontemporain, direction : Susanna Mälkki, technique et coproduction Ircam, 1 cd Kairos, coll. « Sirènes », 2009, n° 0012922KAI.
  • Philippe MANOURY, « Musique de chambre » : Last ; Michigan Trio ; Solo pour vibraphone ; Xanadu ; Toccata pour piano ; Ultima, Françoise Kubler, Armand Angster, Marie-Violaine Cadoret, Gregory Johns, Michèle Renoul, Emmanuel Séjourné, Ensemble Accroche Note, 1 cd Nocturne, novembre 2007.
  • Philippe MANOURY, En Echo, Neptune, Donatienne Michel-Dansac : soprano, Roland Auzet, Florent Jodelet et Eve Payeur : percussions, 1 cd Accords, 1998, n° 206762.
  • Philippe MANOURY, 60e Parallèle, Donald Maxwell, Jean-Philippe Courtis, Hedwig Fassbender, Rie Hamada, Ian Thompson, Marie-Thérèse Keller, Menai Davies, Jean-Marc Salzmann, Paul Gay, Julie Vulliez, Orchestre de Paris, dir. David Robertson, 2 cd Naxos, 1997, n° 8.554249-50.
  • Philippe MANOURY, La Partition du ciel et de l’enfer ; Jupiter, dans « La Partition du ciel et de l’enfer, Jupiter », Sophie Cherrier, Hidéki Nagano, Dimitri Vassilakis, Ensemble intercontemporain, direction : Pierre Boulez, 1 cd Adès, coll. « Compositeurs d’aujourd’hui », 1996.
  • Philippe MANOURY, Pluton, Ilmo Ranta, 1 cd Ondine Records, 1996.
  • Philippe MANOURY, Le Livre des claviers, Les Percussions de Strasbourg, 1 cd Philips Classics, 1993, n° 442 218-2.
  • Philippe MANOURY, Zeitlauf, Groupe vocal de France, Ensemble intercontemporain, direction : Peter Eötvös, 1 cd MFA/Erato, 1990, n° 75552 (épuisé).
  • Philippe MANOURY, Petit Aleph, Pierre-André Valade : flûte, avec des œuvres de Philippe Hurel, Jean-Marc Singier, Philippe Durville, Klaus Huber, York Höller, Steve Reich, François Rosse et Giacomo Scelsi, 1 cd ADDA, 1988, n° 581 075.
  • Philippe MANOURY, Cryptophonos, Claude Helffer : piano, avec des œuvres de Iannis Xenakis, Gilbert Amy et André Boucourechliev, 1 cd MFA/Harmonia Mundi, 1986, n° C5172.
  • Philippe MANOURY, Quatuor à cordes, Quatuor Arditti, avec un quatuor de Pascal Dusapin, 1 cd MFA/Harmonia Mundi, 1984, n° 5139.