! Informations antérieures à 2002 : mise à jour à venir

Michel-Georges Brégent

Compositeur canadien né en 1948 à Montréal, mort le 4 septembre 1993 à Montréal

Michel-Georges Brégent, né à Montréal en 1948 [et décédé le 4 septembre 1993], a entrepris sa carrière de compositeur dès 1965 avec sa Grande Toccate-Sonate Barbare et la première version de sa grande fresque biblique Les Testaments. Il s'inscrivit en 1967 au Conservatoire de Montréal où il fut admis dans la classe de composition de Gilles Tremblay. L'originalité de son tempérament artistique se manifeste déjà dans des entreprises musicales d'une conception inédite. Son ambition est de «-créer une musique parfaitement équilibrée sur les plans intellectuel, émotif et spirituel : une musique qui ait une raison d'être».

Geste, une oeuvre aux éléments aléatoires, fut sa première composition largement exécutée : à Boston, à Paris, à New-York, à Los Angeles et en URSS.

Atlantide, oeuvre radiophonique commandée par le réseau français de la Société Radio-Canada, a remporté la première mention au prix Italia 1985 (le concours international des radiodiffuseurs), tandis qu'une autre de ses oeuvres, Trad-Sens Concertio, fut commandée par l'Orchestre symphonique de Montréal pour sa saison 1986-87.

Harry Halbreich, le grand musicologue belge, a dit de lui : «il est le mystique visionnaire qu'une intelligence aiguë mène en toute sécurité à l'assaut des plus folles utopies. Brégent est aussi l'homme des structures complexes, de la virtuosité instrumentale au service d'une expression généreuse et flamboyante.»

Bien que Michel-Georges Brégent ait été fortement influencé par le sérialisme, on ne peut apposer aucune étiquette à ses compositions, puisqu'il a gardé de cette découverte non pas la technique sérielle proprement dite, mais le principe général que «toutes les émotions peuvent être exprimées le plus justement avec l'appui des mathématiques». En outre, il s'est toujours considéré comme un compositeur de musique tonale, ses oeuvres étant construites selon l'ordre des harmoniques naturelles. «À partir de là, dit Michel-Georges Brégent, tout est possible en établissant de multiples niveaux de tension entre le cerveau et le coeur.»


© Ircam-Centre Pompidou, 1998