updated 24 June 2011
© Antonio Lazo

José Manuel López López

Compositeur espagnol né le 15 janvier 1956 à Madrid.

José Manuel López López étudie le piano, la composition et la direction d’orchestre au conservatoire de sa ville natale. Il poursuit ensuite des études de musicologie à l’Université de Paris VIII, où il est aujourd’hui professeur et directeur de l’Atelier de composition. Titulaire d’un DEA spécialisé dans la musique du XXe siècle à l’Ircam et l’École des hautes études en sciences sociales, il étudie également la composition avec Luis De Pablo, Olivier Messiaen, Luigi Nono, Pierre Boulez et Franco Donatoni et participe au Cursus de composition et d’informatique musicale de l’Ircam.

Sélectionnée à plusieurs reprises pour représenter l’Espagne à la Tribune internationale des compositeurs de l’UNESCO, sa musique est par ailleurs récompensée par la Société internationale de musique contemporaine et l’International Computer Music Conférence et interprétée dans les plus importants festivals. Les ministères de la culture espagnol et français, la Fondation Caja de Madrid, l’Ircam, le Studio Agon et Nuove sincronie de Milan, l’Orchestre national d’Espagne, le Quatuor Arditti, la Fondation Gulbenkian de Lisbonne, Radio France, le festival Musica de Strasbourg et le CIRM de Nice sont parmi ses principaux commanditaires.

En 1996, il est lauréat de l’AFAA (Association française d’action artistique) pour réaliser un projet de composition Haïkus d’automne à la Villa Kujoyama de Kyoto. En 1997, il est lauréat de l’Académie espagnole des beaux-arts de Rome. En novembre 2000, il reçoit le Prix national de composition musicale espagnole (Premio nacional de musica). De 2000 à 2003, il est en résidence en Bourgogne, en 2004 à la Cátedra Manuel de Falla de Cadiz (Espagne). En 2011 il est en résidence à la fondation Civitella Ranieri en Umbrie (Italie), consultant collaborateur en musique auprès de la Fondation BBVA en Espagne, professeur-compositeur invité en résidence à l’Internationale Sommerakademie Universitat Mozarteum Salzburg, ainsi qu’en résidence de recherche et création au studio Art-Zoyd de Valenciennes.

Menant de front sa carrière de compositeur et une grande activité de conférencier, outre ses responsabilités à l’Université de Paris VIII, il est professeur de composition au conservatoire de Saragosse de 2005 à 2007 et, de 2008 à 2010, directeur artistique de l’Auditorium national de musique de Madrid.

À travers ses œuvres aux effectifs variés, de la pièce soliste Lo fijo y lo volatil pour piano et échantilloneur (1994) aux œuvres pour grand orchestre comme Chronos (1986), passant par la musique vocale et un grand nombre de pièces de musique de chambre, José Manuel López López poursuit une reflexion scientifique et philosophique sur la nature du son, dans la lignée de compositeurs tels que Grisey, Nono, Sciarrino, Lachenmann et Vaggione, ainsi que Iannis Xenakis, à qui il dédie deux pièces in memoriam à , Hybris (2002) et Metro vox (2011). Dans le domaine littéraire, il s’inspire de textes du XIIe siècle, notamment de Pedro Alfonso – De Silentio (1987), Sottovoce (1995) –, des contes populaires – La Pluma de Hu (2000) –, puis des textes contemporains comme ceux du poète Dionisio Cañas pour …..agosto 2007…... La lecture des Haïkus, lors de son voyage au Japon, lui inspire Haïkus d’automne (1997), Viento de Otoño (1998) et Le parfum de la lune (2003). En 2005, c’est la poésie chinoise qui lui inspire El arte de la siesta. Il collabore avec José Manuel Broto pour Estudios sobre la modulacion métrica (2003). En 2004, il réalise un opéra multimédia, La noche y la palabra, et la même année, La Céleste pour percussion live, séquences audio enregistrées et une vidéo de Pascal Auger. Avec la plasticien Francis Naranjo, il réalise deux installations sonores, Insolación (2009) et Infierno doméstico (2011).


© Ircam-Centre Pompidou, 2011

Sources

  • José Manuel López López ;
  • David Rodríguez Cerdán, entretien avec José Manuel López López, Boletín de información discográfica, n° 172, juillet-août 2008.
  • Musique électronique / sur support / instruments mécaniques
  • Musique soliste (sauf voix)
  • Musique de chambre
    • African Winds pour clarinette basse et percussions (1998), 9 mn, Ricordi
    • African Winds version pour deux marimbas (1998), 9 mn, Ricordi
    • African Winds III pour saxophone baryton et percussion (2008), 9 mn, María Sánchez Lucas
    • Atrium pour violoncelle et piano (1994), 59 mn, Ricordi
    • CH 75 pour cinq instrumentistes (2005), 3 mn, María Sánchez Lucas
    • Cuarteto de cuerda nº 1 pour quatuor à cordes (2007), 20 mn, María Sánchez Lucas
    • Después de los trémolos pour flûte et clarinette (1986), 6 mn, María Sánchez Lucas
    • Dos Miradas Proyecto Taller Sonoro Tres Miradas sobre Machaut
 (2004), 16 mn
    • El margen de indefinicion pour saxophone alto et percussion (2000), 9 mn, Lemoine
    • Estudio II sobre la Modulación Métrica pour quatre percussionnistes (2003), 10 mn, María Sánchez Lucas
    • Haikus del Mar pour six percussionnistes (2010), 22 mn, María Sánchez Lucas
    • elec ircam Ircam cursus Lituus pour quatuor de cuivres et échantilloneur (1991), 12 mn, Ed. Musicales Transatlantiques [program note]
    • Nicchio pour quatuor de bois (1990, 1986), 8 mn, María Sánchez Lucas
    • Regalo pour trio à cordes (1997), 2 mn, Inédit
    • SIMOG-CIVITELLA quatuor de saxophones (2011), 14 mn
    • elec Saori pour kotos, théorbe, mandoline, harpe et dispositif électronique en temps réel (2009), 19 mn, María Sánchez Lucas
    • Sonata pour violon et piano (2001), 18 mn
    • Tres piezas breves para dos violines pour deux violons (1997), autre
    • Trio III pour violon, violoncelle et piano (2008), 15 mn
    • Trio n° 1 pour clarinette, piano et violon (1992), 9 mn, Ricordi
    • Trio n° 2 pour flûte, alto et guitare (1993), 9 mn, Ricordi
  • Musique instrumentale d'ensemble
  • Musique concertante
    • A Tempo pour violoncelle solo et ensemble (1998), 15 mn 17 s, Ricordi
    • Concierto para piano y orquesta pour piano soliste et manipulateur et orchestre (2005-2011), 17 mn 43 s, María Sánchez Lucas
    • Concierto para violín y orquesta pour violon et orchestre (1995), 19 mn, Ricordi
    • elec Diesseits pour trompette solo, ensemble et électronique (1993), 12 mn, Ricordi
    • elec El arte de la siesta pour accordéon soliste, ensemble et électronique (2005), 15 mn, María Sánchez Lucas
    • Le parfum de la lune pour violon et ensemble (2003), 17 mn, Salabert
    • Movimientos pour deux pianos et orchestre (1998-1999), 14 mn, Ricordi
    • Rhea pour trio à cordes soliste et ensemble (1989), 11 mn, María Sánchez Lucas
  • Musique vocale et instrument(s)
    • Aixa pour soprano et piano (1984), 2 mn, María Sánchez Lucas
    • Eppur si muove pour chœur et orchestre (2012), 17 mn, Salabert
    • Haïkus d'automne pour six voix avec petites percussions et six cuivres (1997), 15 mn, Ricordi
    • elec stage La noche y la palabra opéra, pour trois voix solistes, chœur à huit voix, deux percussions, ensemble, électronique et images
 (2004), 1 h 15 mn, María Sánchez Lucas
    • Sámaras pour quatuor vocal et ensemble (1985), 25 mn, María Sánchez Lucas
    • Vino regalo divino pour clarinette, chœur mixte et orchestre (2002), 35 mn, Salabert
  • Musique vocale a cappella
    • De Sapientia In memorian Tierno Galván, pour vingt-et-un sopranos (1986), 9 mn, María Sánchez Lucas
    • De Silentio pour six sopranos et six contraltos (1987), 6 mn 30 s, María Sánchez Lucas
    • elec Metro vox In Memoriam Iannis Xenakis, pour huit voix solistes (2010), 19 mn, Salabert
    • elec ircam Sottovoce pour quatuor vocal et électronique (1995), 14 mn, Ricordi [program note]

Discographie

  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Concerto pour piano et orchestre ; Concerto pour violon et orchestre ; Movimientos pour deux pianos et orchestre, Alberto Rosado : piano, Ernst Kovacic : violon, Juan Carlos Garvayo : piano, Deutsches Symphonie Orchester Berlin, direction : Johannes Kalitzke, 1 cd Kairos, 2010, KAI 0013022.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Cálculo secreto, Johannes Fischer : percussion, avec des œuvres de Iannis Xenakis, Matthias Pintscher, Jacob Druckman et Vinko Globokar, 1 cd OEHMS classics, 2008, OC716.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, « Musica para piano », Aberto Rosado : piano, 1 cd Verso, 2008, VRS2050.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Con cadencia de eternidad, Xelo Giner : saxophone, avec des œuvres de François Rossé, Edgar Barroso et Andrés Lewin, 1 cd Ars Harmonica, 2008, AH201.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Le Parfum de la Lune ; El arte de la siesta ; A Tempo ; Rhea,  Plural Ensemble, direction : Fabian Panisello, 1 cd NEOS Music, n° 10814.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, « Lo fijo y lo volatil » : 1. Cálculo secreto ; 2. Sottovoce ; 3. Jenseits… Diesseits ; 4. Lo fijo y lo volatil ; 5. Lituus, Miguel Bernat : vibraphone (1), ensemble Electric Phoenix (2), ensemble Sine Qua Non, direction : Nicolas Brochot (3), Françoise Matringe : piano (4), cuivres de l’Ensemble intercontemporain (5), réalisation électronique Ircam, 1 cd BMG Ricordi, 1999, CRMCD 1057.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Trio II, Stefan Ostersjo : guitare et l’ensemble Ars Nova, avec des œuvres de Franco Donatoni, Tristan Murail, Kent Olofsson, Elliott Carter et James Dillon, 1 cd dB Productions, 1997, dBCD31.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Lituus ; Concierto para violín y orquestra, quatuor de cuivres de l’Ensemble intercontemporain : Jens Mcmanama, Jean-Jacques Gaudon, Benny Sluchin et Gérard Buquet, Anne Mercier : violon, Orchestre et chœur national d’Espagne, direction Howard Griffiths, 1 cd Sibila, avec des œuvres de Kaija Saariaho, 1995, SIB-003.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Trío II dans « Multifonía 95. La jeune Musique de Chambre Espagnole » avec des œuvres de Felix Ibarrondo, Francisco Luque, David Del Puerto, Alfredo Aracil, José Luis Turina et Enrique X. Macias, Isabel Duval : flûte, Geneviève Strosser : alto, Caroline Delume : guitare, 1 cd L’empreinte Digitale, 1995, ED13040 .
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Aquilea ; Memoria de un tiempo imaginario ; Chakra ; Kutb ; Nicchio, Grupo Circulo, Orquestra Gulbenkian de Lisboa, direction : José Luis Temes, 1 cd Gasa, coll. « Musica Española contemporanea » n° 9, 1991, n° 9G0446.

Bibliographie

  • David Rodríguez CERDÁN, entretien avec José Manuel López López, Diverdi, Boletín de información discográfica, n° 172, juillet-août 2008.
  • Luc RONDELEUX, « José Manuel López López, Il tempo ritrovato », Musica-Realtà, 58 -1999/1, Mars 1999, Libreria Musicale Italiana, Euresis Edizioni, p. 18-26.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Quinze années de musique en Espagne 1975-1990,  mémoire de DEA de Musique et musicologie du XXème siècle : Paris, École des hautes études en sciences sociales, École normale supérieure, CID-RM (CNRS) et Ircam-Centre Georges Pombidou, 1990, 62 p.
  • José Manuel LÓPEZ LÓPEZ, Karlheinz Stockausen, ed. Círculo de Bellas Artes, coll. « Músicos de nuestro tiempo », n° 10,  Madrid, 1990.

Liens Internet