updated 16 December 2020
© Bettina Stoess

Iris ter Schiphorst

Compositrice allemande née le 22 mai 1956 à Hambourg.

Iris ter Schiphorst commence très jeune des études de piano, puis à 22 ans apprend aussi la basse et la batterie. Elle étudie par la suite le théâtre et la philosophie à Berlin et assiste aux cours de Dieter Schnebel, Luigi Nono et Helga de la Motte-Haber. Riche d’une longue expérience de musicienne en tant que pianiste mais aussi bassiste, batteuse, claviériste et ingénieure du son dans diverses formations pop-rock, elle devient compositrice autodidacte vers quarante ans.

Intéressée par les travaux de Derrida, Barthes, mais aussi Hélène Cixous, la philosophe Eva Meyer et la linguiste Luce Iriguaray, les compositions de Iris ter Schiphorst interrogent pour beaucoup le rapport au langage. Cet aspect de son œuvre rend d’autant plus significatif ses quinze projets en collaboration avec Helmut Oehring, fils de parents sourds-muets, avec qui elle compose régulièrement pour des personnes sourdes-muettes, comme c’est le cas dans le théâtre musical Bernarda Albas Haus (1999), EFFI BRIEST (2000), Mischwesen (1998), Polaroids (1996) et rumgammeln + warten (2001). En intégrant la langue des signes dans ses travaux, la compositrice cherche à ramener le langage à ses origines graphiques.

En s’inspirant des travaux de Lacan sur la perception de l’altérité, la compositrice fait se rencontrer son intérêt pour le langage et son engagement politique, prégnant dans son œuvre ; la pièce Das Imaginäre nach Lacan (2017) en faisant dire les mêmes textes (des poèmes arabes anciens) par des locuteurs identifiés par leurs vêtements comme occidentaux ou non interroge notre rapport à nos interlocuteurs et la réception que nous pouvons faire de leur énoncé en fonction de nos préjugés archétypaux.

La compositrice dit plus généralement composer sur des sujets qui la mettent en colère. À ce titre, son œuvre porte un fort aspect politique, présent dans Zerstören I (« Destruction », 2005) pour ensemble qui est une réaction à l’attentat du World Trade Center. meine-keine Lieder/die Aufgabe von Musik (2014) porte son regard sur le climat intellectuel allemand sous le régime nazi au travers des poèmes d’Inge Müller. Elle s’engage plus récemment sur la question de la liberté d’expression avec sa composition Assange: Fragmente einer Unzeit (2019) pour voix de femme, ensemble et sampler, par laquelle elle apporte son soutien au fondateur de Wikileaks. Ses réflexions se prolongent dans une activité de documentariste : elle a notamment réalisé Volk unter Verdacht (Le peuple suspect) qui traite des méthodes des services secrets de la République démocratique allemande.

Elle travaille avec de nombreux ensembles, parmi lesquels le London Sinfonietta, l’Ensemble modern, l’Ensemble recherche, l’Ensemble ictus, l’Ensemble Mosaik, Neue Vokalsolisten, BIT-20 Ensemble, l’Ensemble Musikfabrik, l’Ensemble Ascolta, et le quatuor Arditti.

Iris ter Schiphorst a reçu de nombreux prix et bourses, dont le Prix des femmes artistes de Heidelberg en 2015. Depuis 2013, elle est membre de l’Académie des arts de Berlin et, depuis 2015, professeur de composition multimédia à l’Université de musique et des arts du spectacle de Vienne.

Ses œuvres sont publiées par Boosey & Hawkes, Berlin.

Sources

Site de la compositrice.

  • Musique soliste (sauf voix)
  • Musique de chambre
    • 'No, Sir...' pour flûte et flûte Paetzold (2006-2007), 11 mn, Boosey & Hawkes
    • elec ... und Pommernland ist abgebrannt pour trio à vent (2003), 11 mn, Boosey & Hawkes
    • Aus Liebe... pour quatuor à cordes (2013), 15 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Ballade für einen Bulldozer pour violon et synthétiseur/sampler (1989), 9 mn
    • elec Dislokationen II pour violon, alto, violoncelle, piano et sampler (2010), 25 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Eden cinema I pour piano et sampler (1995), 18 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Ergo sum-pf-maschinerie pour violon et synthétiseur/sampler (1990), 9 mn
    • stage Grüffelo théâtre musical pour "The Gruffalo", d'après l'histoire de Julia Donaldson (2011), 40 mn, Boosey & Hawkes
    • elec In deiner Hand? pour timbales, percussion et électronique live (2016), 10 mn, Boosey & Hawkes
    • Miniaturen version pour violoncelle et accordéon (2008), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • Miniaturen version pour clarinette et accordéon (2008), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec My Sweet Latin Lover II pour flûte amplifiée, guitare électrique et électronique live (2002), 10 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Prae-Senz (Ballet Blanc II) pour violon, violoncelle et piano préparé/sampler (1997), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • Und doch... pour quatuor à cordes (2018-2019), Boosey & Hawkes
    • elec dead wire pour piano et électronique (2011-2012), 19 mn, Boosey & Hawkes
  • Musique instrumentale d'ensemble
  • Musique concertante
    • Aus Liebe... II pour violon et orchestre à cordes (2015), 7 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Dislokationen pour orchestre et piano amplifié (2008-2009), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec JEDER pour clarinette contrebasse amplifiée, orchestre, samples et vidéo (2016-2017), 24 mn, Boosey & Hawkes
    • Miniaturen version pour clarinette et quatuor à cordes (2010), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Sometimes pour piano, orchestre et sampler (2015), 6 mn, Boosey & Hawkes
    • The Fall of the House of Usher musique pour le film muet de James Sibley Watson et Melville Webber (1928) (2014), 13 mn, Boosey & Hawkes
  • Musique vocale et instrument(s)
    • elec ...meine-keine lieder / die aufgabe von musik scène pour voix et ensemble (2014), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec A.N. (evita-che guevara-madonna) pour deux voix, huit instruments et électronique live (1998), 15 mn, Boosey & Hawkes
    • elec An den Stränden der Ruhe... 'wo die Sonne untergeht' pour voix et orchestre de chambre (2015), 15 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Assange - Fragmente einer Unzeit pour voix de femme, ensemble et sampler (2019), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec stage Aung pour chanteur/performer, ensemble et électronique (2011), 30 mn, Boosey & Hawkes
    • elec stage Bernarda Albas Haus pièce de théâtre-danse (1999), 1 h 30 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Das Imaginäre nach Lacan pour performeuse, orchestre, sampler et életronique live (2017), 23 mn, Boosey & Hawkes
    • elec stage Der Ort ist nicht der Ort théâtre musical-action (2000), 1 h 10 mn, Boosey & Hawkes
    • stage Die Gänsemagd opéra pour enfants (2009), 60 mn, Boosey & Hawkes
    • elec stage EFFI BRIEST théâtre musical-psychogramme en quatre actes (2000), 1 h 30 mn, Boosey & Hawkes
    • elec stage Euridice opéra de chambre pour voix, chœur, danseurs, sept instruments et électronique (2001-2002), Boosey & Hawkes
    • elec Gestures pour cinq voix d'hommes, piano préparé et bande magnétique (2001), 11 mn
    • elec LIVE (aus: Androgyn) 18 chansons d'après le poème LIVE de Anne Sexton (1997), 23 mn, Boosey & Hawkes
    • elec LIVE (aus: Androgyn) version pour contre-ténor, violon, violoncelle, piano préparé/sampler et électronique live, 18 chansons d'après le poème LIVE de Anne Sexton (1997), 23 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Liebesgeschwüre pour voix, flûte traversière, deux violons et synthétiseur/sampler (1991), 10 mn
    • Mischwesen pour soliste sourde-muette, trois trompettes et clavier (1998), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • Mischwesen pour soliste sourd-muet, trompette, clarinette basse, violoncelle et clavier (1998), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • Mischwesen pour soliste sourd-muet, trompette, trombone, tuba et clavier (1998), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Nightdances pour deux voix, deux violons, basse électrique et synthétiseur/sampler (1992), 8 mn
    • Passion 13 / Melodram pour voix de femme et orchestre (2010), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Polaroids pour performeuse sourde, soprano, douze instruments et électronique live (1996), 20 mn, Boosey & Hawkes
    • Postludium aus Vergessenem pour chœur mixte et percussion (1985)
    • elec Requiem pour trois contre-ténors, douze instruments et électronique (1998), 55 mn, Boosey & Hawkes
    • elec S.O.S. Odysseus pour chœur d'enfants, deux acteurs et orchestre (2012-2013), 45 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Silence Moves I bande-son pour un film imaginaire (1997), 60 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Silence Moves II pour voix, ensemble, électronique live et film (1997), 25 mn, Boosey & Hawkes
    • elec Studien zu Figuren pour sept voix solistes amplifiées et sampler (2011), 22 mn, Boosey & Hawkes
    • Terrible pour voix, trois trompettes, guitare électrique, basse électrique et percussion (1982)
    • Welcome to the pleasures: TISA VISA WiTiO ZETA NAFTA TiTiAiPi pour clarinette basse contre-ténor et ensemble (2014), 6 mn, Boosey & Hawkes
    • Wie einen Wasserfisch pour voix et huit instruments (2003), 14 mn, Boosey & Hawkes
    • ZEICHENKASKADEN version pour chanteur avec un tambour et deux clarinettes contrebasses (2015), 6 mn, Boosey & Hawkes
    • elec rumgammeln + warten pour voix soliste, femme sourde, ensemble et CD (2001), 15 mn, Boosey & Hawkes
  • Musique vocale a cappella

Liens Internet

(liens vérifiés en octobre 2020).

Discographie

  • Iris ter SCHIPHORST, Miniaturen, Uros Rojko : clarinette, Luka Juhart : accordéon, dans « Works for clarinet and accordion », 1 CD Neos, 2018, NEOS 11816.
  • Iris ter SCHIPHORST, Studie zu Figuren / Serie A, dans « Donaueschinger Musiktage 2011 », 3 CD NEOS, 2012, NEOS 11214-16.
  • Iris ter SCHIPHORST, Helmut OEHRING, Bernarda Alba Haus, Arno Raunig : soprano, Christina Schönfeld : voix ; Jörg Wilkendorf : guitare électrique, Peter Kowald : contrebasse, Markus Reschtnewki, piano, dans « Tanztheater: Motive der Weltliteratur », 1 CD RCA Red Seal, 2004, 74321 73577 2.
  • Iris ter SCHIPHORST, Helmut OEHRING, Polaroids, dans « Visible Music », 1 CD RCA Red Seal, 2004, 74321 73651 2.
  • Iris ter SCHIPHORST, Helmut OEHRING, im Vormonat… ; LEUCHTER ; gestauchte WINKEL ; Rapid-Eye-Movement ; LIVE, dans « Kammermusik », 1 CD Ars Musici, 2000, AM 1250-2.
  • Iris ter SCHIPHORST, Helmut OEHRING, Requiem, dans « Donaueschinger Musiktage 1998 », 4 CD col legno, 1999, WWE 4CD 20050.
  • Iris ter SCHIPHORST, Helmut OEHRING, Pra-Senz, Ensemble Ictus, dans « Chamber Music », 1 CD Cypres, 1999, CYP5602.