updated 9 July 2015
© Schott Archiv/Peter Andersen

Hans Werner Henze

Compositeur allemand né le 1er juillet 1926 à Gütersloh, mort le 27 octobre 2012 à Dresde.

Hans Werner Henze reçoit des leçons de piano à l’âge de cinq ans et s’essaye à la composition dès 1938. Membre des Jeunesses hitlériennes (1938), il est mobilisé en 1945, puis fait prisonnier. Il travaille ensuite comme pianiste dans un casino et comme répétiteur au théâtre de Bielefeld, avant d’étudier la composition avec Wolfgang Fortner à l’Institut de musique religieuse à Heidelberg (1946). Il assiste aux Cours de Darmstadt (1946-1952) et s’initie brièvement à la technique sérielle avec René Leibowitz. Après deux premiers emplois aux théâtres de Constance et de Wiesbaden, une vie sentimentale marquée par les difficultés à vivre son homosexualité (tentative de suicide en 1950), un contrat avec l’éditeur Schott et une première distinction (Prix Robert-Schumann, 1951), puis la rencontre de la poétesse Ingeborg Bachmann, il s’installe définitivement en Italie en 1953. Ses premiers opéras (Boulevard Solitude) et ballets (Undine, chorégraphie de Frederick Ashton) s’installent rapidement dans le répertoire. Il reçoit le Grosser Kunstpreis von Berlin (1959) et devient membre de l’Akademie der Künste de Berlin-Ouest (1960 ; il en sortira en 1968), ainsi que chef invité permanent de la Philharmonie de Berlin dans les années 1960 (cycle des cinq premières symphonies en 1964, enregistrées ensuite par le label DGG). Une première série d’essais (1964) inaugure la publication de nombreux écrits, souvent sous forme d’un journal retraçant la genèse d’une œuvre ; Henze est par ailleurs un diariste assidu, dont les journaux sont conservés à la Fondation Paul-Sacher. Dans les années 1960, Henze s’engage pour la cause des étudiants (il est ami de Rudi Dutschke), pour le SPD de Willy Brandt, et sera membre des partis communistes allemands et italiens. Deux séjours à Cuba (1969-1970) sont suivis par le création de sa Sixième Symphonie à La Havane, mais Henze devient persona non grata après s’être solidarisé avec des artistes opposants au régime castriste. Henze entame une psychanalyse en 1973 et revient au genre de l’opéra avec Les Bassarides en 1974. À partir de la fin des années 1970, il est l’un des compositeurs contemporains les plus joués, particulièrement en Allemagne et en Angleterre. Il est professeur à la Hochschule de Cologne (1980-1996), compositeur invité à Tanglewood (1983 et 1988), et fonde en 1976 le Cantiere Internazionale d’Arte Montepulciano, puis la Biennale de Munich en 1988. Compositeur en résidence à la Philharmonie de Berlin (1991), il reçoit entre autres le Prix musical Ernst-von-Siemens (1991) et le Praemium Imperiale de Tokyo (2001). De nombreuses œuvres sont créées ou reprises à Londres, Paris, Berlin, ou aux festivals de Lucerne et à Salzbourg. Très affaibli, éprouvant des difficultés à parler depuis 2005, Henze achève pourtant encore deux nouveaux opéras, dont Gisela, créée à la Ruhrtriennale en 2010. En 2008 est créé à Leipzig son Elogium Musicum (amatissimi amici nunc remoti), en souvenir de son compagnon Fausto Moroni, mort l’année précédente. Henze meurt le 27 octobre 2012 à Dresde.


© Ircam-Centre Pompidou, 2015

Bibliographie sélective

  • Der Komponist Hans Werner Henze, Herausgegeben von Dieter Rexroth, Ein Buch der Alten Oper Frankfurt, Franfurt Feste’ 86, ed. Schott, Frankurt am Main, 1986.
  • Christian BIELEFELDT, Hans Werner Henze, Ingeborg Bachmann: Die gemeinsamen Werke, ed. Transcript, 2003.
  • Diether DE LA MOTTE, Hans Werner Henze, Der Prinz von Homburg*. Ein Versuch über die Komposition und den Komponisten*, ed. B. Schott’s Söhne, Mainz, 1960.
  • Hans Werner HENZE, Hans Werner Henze, ed. Chester Music, 2007.
  • Hans Werner HENZE, Bohemian Fifths: An Autobiography, translated by Stewart Spencer, ed. Faber and Faber, 1998 [version originale : Reiselieder mit bömischen Quinten, Autobiographische Mitteilungen, 1926-1995, ed. Fischer, Francfort, 1996].
  • Hans Werner HENZE, Musik und Politik, Schriften und Gespräche 1955-1984, ed. Deutscher Taschenbuch, 1984. Traduction en anglais par Peter Labanyi de la première édition aux éditions Faber and Faber : Music and Politics, Collected Writings, 1953-1981.
  • Hans Werner HENZE, Die Englische Katze, Ein Arbeitstagebuch, 1978-1982, ed. S. Fischer. Verlag GmbH, Frankfurt am Main.
  • Hans Werner HENZE, Essays, ed. Schott Musik, 1976, 130 pages [première éd. 1964, Maintz].
  • Hans Werner HENZE, Ingeborg BACHMANN, Briefe einer Freundschaft, édité par Hans Höller, avant-propos de Hans Werner Henze, ed. Piper Verlag, Munich, 2004.
  • Michael KERSTAN, Clemens WOLKEN, Hans Werner Henze, Konponist der Gegenwart, ed. Henschel, 2006.
  • Peter PETERSEN, Hans Werner Henze, ein politischer Musiker, zwölf Verlesungen, ed. Argument, Hamburg, 1988.
  • Enzo RESTAGNO (a cura di), Henze, coll. Autori vari, ed. EDT/Musica, 1986, Turin.
  • Guy RICKARDS, Hindemith, Hartmann, Henze, ed. Phaidon Press Limited, Londres, 1995.
  • Katja SCHMIDT-WISTOFF, Der Dichtung und Musik bei Ingeborg Bachmann und Hans Werner Henze, ed. Iudicium  2001.

Discographie, filmographie selectives

  • Hans Werner HENZE, Barcarola per grande orchestra ; Symphonie n° 7 ; Three Auden Songs, City of Birmingham Symphony Orchestra, direction : Simon Rattle, 2 Cds EMI, 2009.
  • Hans Werner HENZE, Boulevard Solitude, Laura Aikin, Pär Lindskog, Tom Fox, Hubert Delamboyer, Marc Cantuurri, Gran Teatre del Liceu, direction : Zoltán Peskó, mise en scène : Nikolaus Lehnhoff, 1 Dvd Euroarts Music International, 2008.
  • Hans Werner HENZE, Boulevard Solitude und weitere orchesterwerke, comprenant Ballet-Variationen ; Concertino ; Das Vokaltuch der Kammersängerin Rosa Silber ; Kammerkonzert ; Sinfonische Zwischenspiele, Christopher Tainton, Matthias Perl, NDR Orchestra, direction : Peter Ruzicka, 1 Cd Wergo, 2007.
  • Hans Werner HENZE, Der Junge Lord, Deutsche Oper Berlin, direction : Christoph von Dohnányi, 1 Dvd Euroarts, 2008, 137 mn.
  • Hans Werner HENZE, Symphonie No. 8 ; Nachtstücke und Arian ; Die Bassariden, Gürzenich-Orchester, direction : Markus Stenz, Claudia Barainsky : soprano, 1 Cd Gürzenich Orchester Köln, 2008.
  • Hans Werner HENZE, Scorriabanda sinfonica sopra la tomba di una Maratona ; Antifone ; 1. Konzert, NDR Orchestra, direction : Peter Ruzicka, Christopher Tainton : piano, 1 Cd Wergo, 2007.
  • Hans Werner HENZE, Voices, Sarah Walker, Paul Sperry, London Sinfonietta, direction : Henze Hans Werner, 2 Cds Explore, 2006.
  • Hans Werner HENZE, La Cubana oder Ein Leben für die Kunst, chœur et orchestre de chambre de Hambourg, direction : Jan Latham-Köenig, 1 Cd Wergo, 2006.
  • Hans Werner HENZE, Violin Concertos 1-3, Torsten Janicke : violon, Ulf Dirk Mädler : baryton, Magdeburgische Philharmonie, direction : Christian Ehwald, 2 Cds Mdg, 2005.
  • Hans Werner HENZE, Symphonie n° 7 ; Ariosi su poesie di Torquado Tasso, Christiane Oelze : soprano, SWR Baden-Baden and Freiburg Symphony Orchestra et SWR-Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, direction : Sylvain Cambreling, 1 Cd Hänssler, SWR, 2004.
  • Hans Werner HENZE, Cantata della fiaba estrema ; Novae de infinito laudes, Fischer-Dieskau, Gruberova, Moser, Mayr, Krenn, Orf Chor und Symphonieorchester, direction : Leif Segerstam  et Milan Horvat, 1 Cd Orfeo, 2004.
  • Hans Werner HENZE, Der Prinz von Homburg, Francois Le Roux, William Cochran, Helga Dernesh, Marianne Haggander, Bayerisches Staatsorchester, direction : Wolfgang Sawallisch 1 Dvd Naïve, 2003.
  • Hans Werner HENZE, Orchestral Works, comprenant Ode on den Westwind (I) ; Fünf Neapolitan Lieder (II); Drei Dithyramben (III), Gustav Rivinius : violoncelle, Saarbrucken Radio Symphony Orchestra, direction : Stanislaw Skrowaczewski (I) ; Roland Hermann : baryton, Saarbrucken Radio Symphony Orchestra, direction : Cristobal Halffter (II), Saarbrucken Radio Symphony Orchestra, direction : Gunter Wich (III), 1 Cd Arte Nova, 2002 (réédition 2005).
  • Hans Werner HENZE, Royal Winter Music, Sonatas On Shakespearean Characters, David Tanenbaum : guitare, 1 Cd Stradivarius, 2002.
  • Hans Werner HENZE, Serenade, dans Emmanuelle Bertrand - Œuvres contemporaines pour violoncelle seul, avec des œuvres de Dutilleux, Ligeti, Crumb, Bacri, 1 Cd Harmonia Mundi, 2000.
  • Hans Werner HENZE, Piano Concerto No. 2 ; Telemanniana, Rolf Plagge : piano, Nordwestdeutsche Philharmonie, direction : Gerhard Markson, 1 Cd CPO, 2000.
  • Hans Werner HENZE, Chamber Music, Vol. 1, Ensemble Villa Musica, 1 Cd Mdg, 1999.
  • Hans Werner HENZE, Symphonies Nos. 1-6, Berlin Philharmonic Orchestra, London Symphony Orchestra, direction : Hans Werner Henze,  1 Cd Deutsche Grammophon, 1991.
  • Hans Werner HENZE, Der Junge Lord, chœur et orchestre du Deutschen Oper Berlin, direction : Christoph von Donányi, 1 Cd Deutsche Grammophon.
  • Hans Werner HENZE, Der English Cat, Parnassus Orchester London, direction markus Stenz, 1 Cd Wergo.
  • Hans Werner HENZE, Requiem, Ensemble Modern, direction : Ingo Metzmacher, 1 Cd Sony.
  • Hans Werner HENZE, Streichquartette 1-5, quatuor Arditti, 1 Cd Wergo.
  • Barrie GAVIN, Hans Werner Henze, Memoirs of an outsider, 1 Dvd Arthaus Musik, coll. « Composers of our time », 2003, 160 mn.

Liens Internet

  • Éditions Schott, http://www.schott-music.com/ (lien vérifé en juillet 2015).
  • Site de la Fondation Hans Werner Henze, http://hans-werner-henze-stiftung.de (lien vérifé en juillet 2015). On trouve dans la rubrique « Publikationen » la liste des œuvres, enregistrements discographiques et écrits de Henze, avec leurs traductions, ainsi qu’une liste constamment mise à jour des publications sur le compositeur, par livres et articles, dans toutes les langues*.*