Texte cité dans

« Parce que c’était lui, parce que c’était moi. »

par Frank Madlener

Éric Daubresse (Arras 1954 – Paris 2018) et Emmanuel Nunes (Lisbonne 1941 – Paris 2012) : la conjonction symbolise l’immense compagnonnage entre deux artistes et amis, disparus aujourd’hui, le modèle d’une aventure de l’esprit créatif. Pendant plus de 20 ans, Nunes et Daubresse ont accompli un travail de recherche infatigable au sein de l’Ircam, tissant d’une œuvre à l’autre, les leitmotivs de leurs collaborations : allier l’extension du matériau, l’écriture de l’espace et la conscience intime du temps. Depuis l’aventure unique des Lichtung dans les années 90 pour ensemble spatialisé jusqu’à l’entreprise utopique harassante de l’opéra Das Märchen en 2008, inspiré de Goethe, en passant par Einspielung ou NachtMusik, une même intensité réunissait sous la place Stravinsky, l’exigence du compositeur portugais et l’autorité tranquille du musicien français. La musique de Nunes, après son décès, est tombée dans un relatif oubli de la part d’interprètes et de festivals français. Ce purgatoire pour l’une des œuvres les plus puissantes réalisées à Paris à la fin du XXe siècle, n’étonnait pas Éric Daubresse, ni ne l’inquiétait outre mesure : il avait la conviction que le tour de Nunes reviendrait, comme ce fut le cas pour Berio, comme pour toute idée musicale tenace dont l’ombre portée dépasse les oukases saisonniers.

La même conviction habitait Éric Daubresse lorsqu’il parvenait à convaincre des personnalités a priori éloignées du monde électronique, à faire un détour par l’Ircam pour se doter de nouveaux moyens expressifs. C’est ainsi que Beat Furrer fut séduit avant tout par la perspective de ce type de dialogue artistique. La diversité esthétique des compositeurs avec lesquels Éric Daubresse a pu créer cette relation fertile – dépasser la solitude comme la division du travail – est stupéfiante. Il a également marqué tous ses étudiants, ceux du Cursus de l’Ircam, ceux de la Haute École de musique de Genève, en plaçant l’appétit de la pensée musicale en amont de la consommation technologique. Mais c’est dans le moment particulier du concert que son talent devenait le plus éclatant. Souvenir précis d’un Prologue de Grisey qui nécessite une attention aiguë à la ligne musicale en train de s’épeler, de se développer puis de se brouiller : il n’y avait plus alors un réalisateur en informatique musicale concentré sur les résonateurs derrière son ordinateur, mais une oreille aux aguets, voltigeant virtuellement dans toute la salle, se mêlant à l’écoute de l’interprète et du public. Cet « ici et maintenant » est l’indice d’un esprit aventureux, vif et amical, qui a agi et qui dure.

Note de programme du concert du 15 juin 2019 au Centre Pompidou.
© Ircam-Centre Pompidou 2019