mise à jour le 19 November 2013

Roger Reynolds

Compositeur américain né le 18 juillet 1934 à Detroit, Michigan.

Roger Reynolds pratique le piano jusqu’à l’université où il opte finalement pour des études scientifiques. Après une courte carrière d’ingénieur, il décide de se consacrer à nouveau à la musique et retourne à l’université de Ann Arbor, dans le Michigan. Il y étudie la composition, d’abord avec Ross Lee Finney, puis avec Roberto Gerhard.

Au début des années 1960, il crée à Ann Arbor le festival ONCE dans le but de diffuser les recherches musicales de cette époque.

À partir de 1962, il entreprend une série de voyages afin de développer son écriture. Après une tentative avortée pour étudier à Cologne avec Bernd Alois Zimmermann, il travaille au studio de musique électronique de la Westdeutscher Rundfunk. Alors qu’il est de passage à Berlin, il découvre le Double concerto de Elliott Carter qui l’influencera dans la composition de Quick Are the Mouths of Earth(1964–1965).

De 1966 à 1969, Reynolds voyage au Japon où il rencontre notamment le compositeur Tōru Takemitsu. Il compose à cette période Ping, une composition pour instruments, électronique et film basé sur un texte de Samuel Beckett.

En 1969, il retourne aux Etats-Unis. Il est nommé professeur au département de musique de l’UCSD (University of California San Diego), point de départ d'une longue carrière universitaire. En 1971, il crée l’actuel CRCA (Center for Research in Computing and the Arts).

La fin des années 1970 marque pour Reynolds le début d’une riche collaboration avec l’Ircam où il est invité une première fois en résidence. Il compose de 1982 à 1983 Archipelago, puis Odyssey (1989-1993). En 2000, il travaille sur la commande The Angel of Death, associée à un projet de recherche en psychologie cognitive dirigé par Stephen McAdams. L'œuvre est créée en juin 2001 au cours du festival Agora.

Entre 2004 et 2010, il termine un grand projet intitulé Sanctuary, une œuvre évolutive pour quatuor de percussions et électronique.

En 2013 a lieu la création au Kennedy Center de son œuvre george WASHINGTON, mêlant musique orchestrale, narration, vidéo et électronique.

Très actif sur le plan pédagogique, Roger Reynolds est depuis 2011 à l'origine d'une série de cours, « Arts activism », pour le site de Washington de l'Université de Californie et enseigne toujours la composition à l’UCSD.

Outre l’aspect pluri-disciplinaire présent dans l’ensemble de son œuvre, la musique de Reynolds se nourrit à la fois de la musique expérimentale américaine et du modernisme européen. Il résume ces influences de cette manière : « Etant parti des Etats-Unis après avoir achevé mes études secondaires, je me suis par conséquent retrouvé en dehors des divers courants musicaux américains. Bien entendu, je baignais alors dans un environnement musical essentiellement américain : j'ai très bien connu Cage et Nancarrow, j'ai approché Varèse et Partch et ai beaucoup entendu les œuvres de Ives, de Ruggles et d'autres musiciens américains. Mais j'étais l'élève de Roberto Gerhard, un anglo-espagnol qui avait étudié la composition avec Schoenberg à Vienne avant la Seconde guerre mondiale. »(Risto Nieminen, « En attendant Roger Reynolds », Résonance n°4, juin 1993, Ircam-Centre Pompidou, 1993.)

Roger Reynolds a reçu en 1989 le prix Pulitzer pour la musique.


© Ircam-Centre Pompidou, 2013

Sources

  • Site de Roger Reynolds.

Sites Internet

Bibliographie

  • Roger REYNOLDS, Mind Models : New Forms of Musical Experience, Praeger Publishers, New York, 1975 (éd. révisée, Routledge Publishers, 2004).
  • Gilbert CHASE, Roger Reynolds: Profile of a Composer, ed. D. Gillespie, C. F. Peters Corporation, New York, 1982.
  • Roger REYNOLDS, A searcher's path : A composer's Ways, Institute for Studies in American Music, New York, 1987.
  • John WILLETT, « Roger Reynolds », dans Musical America, novembre 1990.
  • Roger REYNOLDS, « L'ajustement de la sensibilité à une ensemble de contraintes », dans InHarmoniques, No. 8/9, 1991, p. 173-177.
  • Roger REYNOLDS, « Par-delà les dimensions connues », dans Le timbre, métaphore pour la composition, coédition Jean-Baptiste Barrière, Christian Bourgois, Ircam, 1991, p. 467-484.
  • Roger REYNOLDS, « A jostled silence : Contemporary Japanese Musical Thought », Perspectives of New Music, vol. 30, n°1, hiver 1992, p. 22-80 ; vol. 30, n°2, été 1992, p. 60-100 ; vol. 31, n°2, été 1993, p. 172-228.
  • Risto NIEMINEN, « En attendant Roger Reynolds », dans Résonance, Ircam, Paris, juin 1993, No. 4, p. 14-15.
  • Kyle GANN, « Roger Reynolds », dans American Music in the Twentieth Century, Schirmer Books, 1998, p. 170-171.
  • Philippe LALITTE, Archipelago de Roger Reynolds. La spécificité du projet dans son contexte esthétique et technique; son analyse en regard des sciences de la perception, mémoire de thèse, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), Juin 1998.
  • John WARNABY, « Binäre Gegensätze, Der US-amerikanische Komponist Roger Reynolds », dans MusikTexte 78, mars 1999, p. 19-26.
  • Roger REYNOLDS, Form and Method : Composing Music, Routledge Publishers, New York, 2002.

Discographie

  • Roger REYNOLDS, « The Paris pieces », Odyssey ; Summer Island ; Archipelago ; Autumn Island ; Fantasy for Pianist, Ensemble intercontemporain, direction : David Robertson et Peter Eötvös, Marie Kobayashi, Philip Larson : voix, Jacqueline Leclair : hautbois, Steven Schick : percussion, Scott Dunn : piano, 2 CD Neuma, 1996, 450-91.
  • Roger REYNOLDS, « Watershed », Watershed IV ; Eclipse ; The Red Act Arias, Steven Schick, TRAnSiT (Peter Otto, Miller Puckette, Reynolds, Josef Kucera, and Timothy Labor), Ed Emshwiller, Phillip Larson, Carol Plantamura, 1 DVD Mode Records, 1998, 70.
  • Roger REYNOLDS, « Whispers out of time », Symphony [Myths] ; Whispers Out of Time ; Symphony [Vertigo], Tokyo Philharmonic Orchestra, Cleveland Chamber Symphony, La Jolla Symphony Orchestra, 1 CD Mode Records, 2007, 183.
  • Roger REYNOLDS, « Epigram and evolution : complete piano works of Roger Reynolds », Fantasy for Pianist ; imAge/piano ; Epigram and Evolution ; Variation ; imagE/piano ; Traces ; Less Than Two ; The Angel of Death, Eric Huebner, Yuji Takahashi, Marilyn Nonken, Jean-Charles François, Delores Stevens : piano, Karen Reynolds : flûte, Lin Barron : violoncelle, Allan Johnson : électronique live, Daniel Dunbar, Daryl Pratt : percussion, The Slee Sinfonietta, direction : Magnus Märtensson, 1 CD Mode Records, 2009, 212/213.
  • Roger REYNOLDS, « Mark Dresser : Guts », ImAge/contrebass ; ImagE/contrabass, Marc Dresser : contrebasse, 1 CD/DVD Kadima Collective Recordings, 2010.
  • Roger REYNOLDS, Sanctuary, Steven Schick : percussion solo, ensemble Red Fish blue fish (Justin DeHart, Ross Karre, Fabio Olivera, Greg Stuart) : percussions, Jacob Sudol, Ian Saxton, Jaime Oliver : audio processing, 2 DVD Mode Records, 2011, 232/33.
  • Roger REYNOLDS, « Mystery variations : On Giuseppe Colombi's Chiacona », Columbi Daydream ; Mystery Variations (sur la Chiacona de Giuseppe Colombi), Anssi Karttunen : violoncelle, 1 CD Toccata Classics, 2013, TOCC 0171.
  • Roger REYNOLDS, « Last thing, I think, to think about », Last thing, I think, to think about, Philip Larson : baryton, Aleck Karis : piano, 1 CD EMF, 044.
  • Roger REYNOLDS, « Three Circuitous Paths », Transfigured Wind III ; Ambages ; Mistral, Rachel Rudich : flûte, June in Buffalo Ensemble, direction : Harvey Sollberger, Jesse Levine, 1 CD Neuma, 450-102.
  • Roger REYNOLDS, « All known all white », ...the serpent-snapping eye ; Ping ; Traces, Edwin Harkins : trompette, Cecil Lytle : piano, Daryl Pratt : percussion, Roger Reynolds : piano, Karen Reynolds : flûte, Paul Chihara : percussion, Alan Johnson : électronique, Yuji Takahashi : piano, Lin Barron : violoncelle, 1 CD Pogus, P21025-2.
  • Roger REYNOLDS, « Classics », Transfigured Wind IV, Judith Bettina : soprano, Harvey Sollberger : flûte, avec des œuvres de Edgard Varèse, Milton Babbitt, Iannis Xenakis, 1 CD Neuma, 450-74.
  • Roger REYNOLDS, « Process and Passion », Kokoro ; Focus a beam, emptied of thinking, outward... ; Process and Passion, Mark Menzies : violon, Hugh Livingston : violoncelle, 2 CD Pogus, P21032-2.
  • Roger REYNOLDS, Personae ; The Vanity of Words ; Variation, SONOR ensemble, direction : Rand Steiger, János Négyesy : violon, Philip Larson : bayrton, Aleck Karis : piano, 1 CD Neuma, 450-78.
  • Roger REYNOLDS, « Computer Music Currents 4 », The Vanity of Words, Philip Larson : voix, avec des œuvres de David Evan Jones, Michel Decoust, Charles Dodge, Jean-Baptiste Barrier, Trevor Wishart, 1 CD Wergo, WER 2024-50.
  • Roger REYNOLDS, « From Behind the Unreasoning Mask », From Behind the Unreasoning Mask, Miles Anderson : trombone, Tom Rainer : percussion, avec des œuvres de Paul Chihara, Chou Wen-Chung, Earl Kim, 1 CD New World, 80237-2.
  • Roger REYNOLDS, « Voicespace », The Palace (Voicespace IV) ; Eclipse (Voicespace III) ; Still (Voicespace I), Philip Larson : baryton, 1 CD Lovely Music, LCD 1801.
  • Roger REYNOLDS, « New Music Series : volume 2 », Autumn Island, Gordon Stout : percussion, avec des œuvres de Luciano Berio, Robert Cogan, Giacinto Scelsi, Brian Ferneyhough, Nancy Barney, 1 CD Neuma, 45072.
  • Roger REYNOLDS, Coconino...a shattered landscape, quatuor Arditti (Irvine Arditti, David Alberman, Levine Andrade, Rohan de Saram), avec des œuvres de Beethoven, Conlon Nancarrow, Ruth Crawford-Seeger, Iannis Xenakis, 1 CD Gramavision, R2 79440.
  • Roger REYNOLDS, « Sound Encounters », The Dream of Infinite Rooms, Cleveland Chamber Symphony, directeur musical : Edwin London, Howie Smith : saxophone, Regina Mushabac : violoncelle, avec des œuvres de Libby Larsen, Salvatore Martirano, Bernard Rands, 1 CD GM Recordings, GM2039CD.
  • Roger REYNOLDS, « Flue », ...brain ablaze...she howled aloud, John Fonville, Anne La Berge, Rachel Rudich : piccolos, 1 CD Einstein Records, EIN 021.
  • Roger REYNOLDS, « Distant Images », Less Than Two ; Aether, Delores Stevens, Jean-Charles François, Daryl Pratt, Daniel Dunbar, János Négyesy, Cecil Lytle, 1 CD Lovely Music, VR 1803 7-4529-51803-1-9.
  • Roger REYNOLDS, « Sonor Ensemble », Not Only Night, Carol Plantamura, John Fonville, Robert Zelickman, János Négyesy, Peter Farrell, Aleck Karis, direction : Harvey Sollberger, 1 CD Composers Recordings, NWCR652.
  • Roger REYNOLDS, « Electroacoustic music », The Ivanov Suite ; Versions/Stages, Roger Reynolds, 1 CD New World, 80431-2.
  • Roger REYNOLDS, « Steven Schick : Drumming in the dark », Watershed I, Steven Schick : percussion, avec des œuvres de Kaija Saariaho, Iannis Xenakis, Brian Ferneyhough, 1 CD Neuma, 450-100.
  • Roger REYNOLDS, « Music from the Once Festival 1961-1966 », Epigram and Evolution ; Wedge ; Mosaic ; A Portrait of Vanzetti, avec des œuvres de Georges Cacioppo, Gordon Mumma, Robert Ashley, Donald Scavarda ; ONCE Chamber Orchestra, Robert Ashley : piano, The Camerata Quartet, The Hartt Chamber Players, 5 CD New World, 80567-2.
  • Roger REYNOLDS, « Antares plays works by Peter Lieberson and Roger Reynolds », Shadowed Narrative, ensemble Antares, avec une œuvre de Peter Lieberson, 1 CD New Focus Recordings, FCR112.
  • Roger REYNOLDS, Coconino...a shattered landscape ; Visions ; Kokoro ; Ariadne's Thread ; Focus a beam, emptied of thinking, outward..., quatuor Arditti (Irvine Arditti, David Alberman, Levine Andrade, Rohan de Saram), 2 CD Montaigne, 782083.
  • Roger REYNOLDS, Whispers Out of Time ; Transfigured Wind II, The San Diego Symphony Ensemble, membres de SONOR, John Fonville : flûte, 1 CD New World, 80401-2.