! Informations antérieures à 2002 : mise à jour à venir

Michael Nyman

Compositeur anglais né en 1944 à Londres

La musique de Michael Nyman et de son ensemble paraît s'épanouir dans toute sa plénitude et maturité au début des années 1980. Cette impression est trompeuse car le Michael Nyman Band a connu une période de gestation extrêmement longue. Né à Londres en 1944, Michael Nyman étudie au Royal College of Music et au King's College. Une fois diplômé, il s'éloigne des modes de composition orthodoxes de l'époque (fortement influencés par Stockhausen et Boulez) pour se lancer dans une carrière de critique musical pour The Listener, The Spectator et The New Statesman, couvrant toutes sortes de musiques : des Beatles à Cornelius Cardew en passant par les Fugs (appliquant pour la première fois en musique le terme «minimalisme» jusque-là réservé à l'art). En 1974, il publie le très remarqué Experimental Music-Cage and Beyond.

Ce n'est qu'en 1976 que Nyman se tourne vers la composition, lorsque Harrison Birtwistle lui demande d'écrire un arrangement de Il Campiello de Goldoni. Sa réponse consista en un ensemble composé d'instruments à la fois modernes et anciens avec instruction de jouer le plus fort possible. Le début de la carrière de compositeur de Nyman fut ainsi marqué par l'adoption d'une musique ancienne à laquelle il ajouta une touche moderne. Tenant à conserver l'intégrité de son ensemble, Nyman lui créa son propre répertoire, à commencer par In Re Don Giovanni (1996) - du Mozart transformé par Nyman.

Michael Nyman toucha un plus large public grâce à l'utilisation de colorations distinctives et de rythmes puissants pour la musique du film The Draughtsman's Contract (1982) de Peter Greenaway. Cette fois-ci, il s'inspira de Purcell, même s'il se remit à déstructurer la musique de Mozart pour Drowning By Numbers (1986). Sa collaboration avec Greenaway comprend également A Zed and Two Noughts (1985), The Cook, The Thief, His Wife and Her Lover (1989) et Prospero's Books (1991). Simultanément, Nyman composa des pièces pour concert : The Man Who Mistook His Wife For a Hat (1986), opéra pour orchestre de chambre ; les Premier, Deuxième et Troisième Quatuors à Cordes (1987, 1988, 1989) ; et les obsédants Six Celan Songs (1990), chantés par Ute Lemper. Les commandes se succédèrent à un rythme de plus en plus soutenu : La Traversée de Paris (1989) pour les cérémonies du bicentenaire de la Révolution Française et Musique à Grande Vitesse (1993) pour l'inauguration de la ligne TGV Paris-Lille.

Nyman continue à signer des musiques de films, surtout depuis son succès avec La Leçon de Piano (1992) de Jane Campion. Depuis, il a adapté son Troisième Quatuor à Cordes pour Carrington (1995), composé une version animée du Journal d'Anne Frank (1995) et signé la musique de L'Ogre (1996) de Volker Schlöndorff.

Aujourd'hui, il se consacre essentiellement à la scène et aux concerts : son Quatrième Quatuor à Cordes (1995) ; un Concerto pour trombone (1995) destiné à Christian Lindberg ; After Extra Time (1996) pour les festivités de l'Euro 96 ; et un Double Concerto pour saxophone, violoncelle et orchestre (1996-97) pour John Harle et Julian Lloyd Webber. Il travaille actuellement sur Vital Statistics, nouvel opéra «neurophysiologique» pour orchestre de chambre dont la création est prévue en 1998, un Concerto pour alto, commande du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra, et un cycle de chants inspirés des poèmes de Fernando Pessoa, commande d'Expo 98.

La sortie du prochain album de Michael Nyman est prévue à l'automne 1997 et comprendra le Concerto pour trombone, le Concerto pour Clavecin ainsi que le Double Concerto pour saxophone, violoncelle et orchestre.


© Ircam-Centre Pompidou, 1997