mise à jour le 1 December 2017
© Lukas Beck

Bernhard Gander

Compositeur autrichien né à Lienz dans le Tyrol de l'Est en 1969.

Bernhard Gander étudie le piano, la direction et la composition au Conservatoire du Tyrol à Innsbruck et à l'Université de musique et des arts dramatiques de Graz. Il y suit notamment les cours de composition de Beat Furrer de 2000 à 2004. Par ailleurs, il reçoit une formation en musique électroacoustique au Studio UPIC de Paris sous la direction de Julio Estrada et de Curtis Roads en 1994-1995 et au Swiss Zentrum für Computermusic à Zurich en 1997.

Il reçoit le Prix de composition Musikförderungspreis de la ville de Vienne en 2004 ainsi qu'un prix sous forme de commande par l'Erste Bank en 2006, à l'origine de Bunny Games, pièce d'inspiration ludique (Bugs Bunny) mais aussi historique (Scarlatti) qui reçoit des critiques enthousiastes. En 2007, le label Kairos et l'ensemble Klangforum Wien lui consacrent un cd monographique.

Ses œuvres sont interprétées à Zurich, Paris, New York, Seattle, en Grèce, au Japon, en Corée et dans d'importants festivals. Bernhard Gander reçoit des commandes de la Konzerthaus de Vienne pour Der Melonenbaum (2000), de l'ensemble Klangforum Wien – Leim (2004) –, plusieurs  commandes de l'Ensemble Modern, des festivals musikprotokoll, Wien Modern, Klangspuren – Horribile dictu (2007) – et Donaueschinger Musiktage où est créé Beine und Strümpfe (2007). En 2010, l'Orchestre symphonique de Berlin crée Dirty Angel sous la direction de Susanna Mälkki et le Quatuor Arditti crée Khul à Darmstadt. En mai 2011, le festival Wiener Festwochen crée melting pot pour dj, rappeur, poètes slam, breakdanseurs, multivocaliste beatboxer et orchestre et en 2012, sa pièce pour ensemble take nine est créée par l'Ensemble intercontemporain. Das Leben am Rande der Milchstrasse, opéra sitcom en sept épisodes, sur un livret de Johannes Heide et Christa Salchner est créé au Bregenzer Festpiele 2015 (Autriche) par l'ensemble Phace. Cold Cadaver with Thirteen Scary Scars, pour orgue Hammond, basse électrique, percussion et ensemble, est créée lors au Donaueschinger Musiktage en 2016 par Steamboat et le Klangforum Wien.


© Ircam-Centre Pompidou, 2017

  • Musique soliste (sauf voix)
  • Musique de chambre
    • 2bad pour guitare électrique et viole de gambe (2012), 11 minutes, Peters
    • Beijing pour deux clarinettes basses (2010), 00 minutes 30 s., Peters
    • Der Melonenbaum pour accordéon, clarinette basse et percussion (2000), 12 minutes, Peters
    • élec Die Orpheus Akte II pour alto, piano et cd (2005-2008), 9 minutes, Peters
    • Dirty Wings pour bugle et accordéon (2009), 7 minutes, Peters
    • Khul pour quatuor à cordes (2010), 11 minutes, Peters
    • élec Poème concrete pour trio à cordes et électronique (2001), Inédit
    • Schlechtecharakterstücke pour violon, violoncelle et piano (2009), 11 minutes, Peters
    • Schöne Worte pour quatuor avec piano (2007), 11 minutes, Peters
    • Splitting Romance pour quatuor de saxophones (2001), 11 minutes, Peters
    • élec Welcome pour clarinette, piano et bande (1999), 10 minutes, Peters
    • insincere sermon pour deux trompettes et un cor (2015), 3 minutes, Peters
    • scénique khuk cuts pour quatuor à cordes et danseur (2011), 31 minutes, Peters
    • ö pour quintette (2005), 08 minutes 30 s., Peters
  • Musique instrumentale d'ensemble
  • Musique concertante
  • Musique vocale et instrument(s)
    • scénique Das Leben am Rande der Milchstraße un opéra sitcom en sept épisodes (2014), 2 h 20 mn, Peters
    • Horribile dictu pour huit voix, trombones et cordes (2007), 10 minutes, Peters
    • King's Message pour ténor et quatre instruments (2007), 10 minutes, Peters
    • deathtongue pour six voix et clarinette contrebasse (2012), 14 minutes, Peters
    • élec scénique melting pot [itc] (into the city), pour dj, rapeur, poètes slam, breakdanseurs, beatboxer et orchestre (2011), 50 minutes
    • wedga! pour soprano et ensemble (2011), 11 minutes, Peters
  • Musique vocale a cappella
    • Totenwacht pour chœur (2016), 21 minutes, Peters

Bibliographie

  • Michael ZWENZNER, Blood, « Death and Fluc ’n’ Flex. Bernhard Gander verbindet Metal mit Neuer Musik », dans Neue Zeitschrift für Musik, n° 1, 2017, p. 32-35.

Discographie

  • Bernhard GANDER, Cold Cadaver with Thirteen Scary Scars, Steamboat, Klangforum Wien, avec des œuvres de Rebecca Saunders, Martin Smolka, Franck Bedrossian dans « Donaueschinger Musiktage 2016 », et. al., 2 cd Neos, 2017.
  • Bernhard GANDER, Hukl, SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, François-Xavier Roth, direction, avec des œuvres de Martin Smolka, Stefan Prins, Beat Furrr, et. al., dans « Donaueschinger Musiktage 2012 », 3 cd Neos, 2013.
  • Bernhard GANDER, dirty angel ; khul ; schöne worte ; wegda! ; horrible dictu ; lovely monster, dans « Monsters and Angels »1 cd Kairos, 2012, 0013272KAI.
  • Bernhard GANDER, Beine und Strümpfe, Klangforum Wien · Emilio Pomàrico, direction, avec des œuvres de Georges Aperghis, Sead Haddad, Brice Pauset, dans « Donaueschinger Musiktage 2008 », 3 cd Neos, 2009.
  • Bernhard GANDER, « Bunny Games » : Bunny Games ; fluc ‘n‘ flex ; ö ; Peter Parker ; fête.gare,  Hsin-Huei Huang : piano, Krassimir Sterev : accordéon, Klangforum Wien, direction : Emilio Pomárico, Johannes Kalitzke et Sylvain Cambreling, 1 cd Kairos, 2007, 0012682KAI.

Liens Internet

(liens vérifiés en décembre 2017).