! Informations antérieures à 2002 : mise à jour à venir

Paul Le Flem

Compositeur français né le 18 mars 1881 à Radon, Orne, mort en 1984 à Tréguier, Côtes d'Armor

Paul Le Flem aura connu sur tous les plans une destinée artistique hors du commun, témoin d'une tranche d'histoire de la musique traversée d'incroyables bouleversements qui va de Pélléas et Mélisande de Debussy à Répons de Boulez. D'une intelligence supérieure, il témoignera sa vie durant d'une exceptionnelle ouverture d'esprit, cherchant inlassablement à comprendre, puis à défendre toute oeuvre ayant retenu son attention, fut-elle à cent lieues de ses propres convictions esthétiques. Jamais il ne se soucia de querelles d'écoles, de nationalité ou de génération, et c'est ainsi qu'il aura la clairvoyance d'envoyer son élève André Jolivet travailler auprès d'Edgard Varèse, auquel le liait une indéfectible amitié, alors que celui-ci (1930) était encore totalement méprisé à Paris. Les multiples activités de Paul Le Flem ont, dans une certaine mesure, occulté son oeuvre de compositeur. Celle-ci semble sortir aujourd'hui d'un injuste purgatoire comme en témoignent des enregistrements discographiques récents qui rendent enfin justice à l'un des acteurs les plus actifs de la vie musicale parisienne pendant près de quatre-vingts ans.

Paul Le Flem est né à Radon dans l'Orne le 18 mars 1881. Orphelin à douze ans, il poursuit une brillante scolarité au lycée de Brest où il apprend seul les rudiments de la musique. De petites compositions attirent sur lui l'attention de Joseph Farigoul, chef de la Musique des Equipages de la Flotte qui encourage le jeune homme à commencer des études musicales sérieuses. Paul Le Flem se rend ainsi à Paris dès 1899 et s'inscrit au Conservatoire puis à la Sorbonne où il suit les cours de H. Bergson et obtiendra une licence en philosophie. En 1902 il part comme précepteur à Moscou pour dix-huit mois et y acquiert une solide connaissance de la langue russe. A son retour, il s'inscrit à la Schola Cantorum, travaille avec Vincent d'Indy puis avec Albert Roussel qu'il supplée à sa classe de contrepoint avant de lui succéder en 1923.

Dès 1905 il compose ses premières oeuvres importantes et connaît alors une période créatrice extrêmement féconde jusqu'en 1913. Mobilisé pendant la grande guerre, il doit faire face, dès l'armistice à une situation matérielle difficile qui l'oblige à assumer une foule de besognes diverses mettant un frein sérieux à son activité de créateur. De 1921 à 1937, il assure la critique musicale au quotidien Comoedia où, avec une lucidité et une largeur de vues exceptionnelles, il sera parmi les premiers à reconnaître des talents aussi divers que Igor Stravinsky, Serge Lifar ou Darius Milhaud. Dans ce même temps, Paul Le Flem déploie une intense activité de pédagogue et de chef de choeur, dirigeant notamment les Chanteurs de Saint-Gervais seule chorale parisienne d'alors à exécuter les oeuvres des maîtres anciens. Il ne reprendra sa carrière de compositeur qu'en 1936, et c'est la cécité seule qui l'obligera a y mettre un terme en 1975 sans qu'il puisse achever ses Six Préludes pour orchestre. Jusqu'à sa mort, survenue le 31 juillet 1984, Paul Le Flem gardera une stupéfiante vitalité et ne cessera jamais de se passionner pour la musique contemporaine.

L'oeuvre de Paul Le Flem peut se diviser schématiquement en trois périodes : la jeunesse (1905-1920), la maturité (1936-1960) et la vieillesse (1960-1975). Dès ses débuts, le musicien montre son indépendance à l'égard des divers courants esthétiques et malgré son appartenance à l'école d'Indyste, il ne cachera jamais l'influence prépondérante qu'aura sur lui Debussy. Durant ses dix premières années créatrices, il privilégie la musique instrumentale sous toutes ses formes. Le piano, qu'il a déjà employé dans une juvénile Sonate pour violon et piano, lui inspire quatre grandes pièces : Par Landes, Par Grèves, Vieux Calvaire et Avril, puis s'insère dans le tissu instrumental de son Quintette avec cordes. Dans cette oeuvre, il laisse libre cours à sa nature rêveuse et passionnée que l'on retrouve dans sa 1ere Symphonie construite selon les cadres traditionnels du genre. Pour l'orchestre, il écrit également une Fantaisie avec piano solo, Les Voix du Large, esquisse symphonique, et surtout Pour les Morts (1913), émouvante méditation citant en son point culminant un cantique breton, qui fut jouée quatorze fois sous la direction de Vincent d'Indy au cours d'une tournée que fit ce dernier aux Etats-Unis en 1922. Durant sa jeunesse, Paul Le Flem ne devait consacrer à la voix, outre quelques mélodies et choeurs, que Aucassin et Nicolette (1909), chantefable destinée primitivement à accompagner une représentation d'ombres chinoises, puis réalisée scéniquement en 1924. Sans aucun parti pris d'archaïsme le musicien y emploie un langage modal extrêmement délicat qui, joint à l'utilisation d'un orchestre très réduit, restitue à l'argument sa touchante et poétique naïveté.

La période de maturité qui ne commence qu'en 1936, Paul Le Flem ayant presque cessé d'écrire pendant près de vingt ans, est consacrée essentiellement à l'art lyrique. En 1938, il entreprend la compsosition de son premier opéra, Le Rossignol de Saint-Malo créé à l'Opéra-Comique en 1942, qui marque un tournant dans son oeuvre par des hardiesses harmoniques encore inaccoutumées et d'un langage truculent, direct, qui rompent avec les teintes «impressionnistes» de ses premiers ouvrages. Un deuxième ouvrage lyrique, la Clairière des Fées ne connut les feux de la rampe et ce n'est qu'avec la Magicienne de la Mer que Paul Le Flem se vit à nouveau représenté à la scène. Victime de son livret, l'oeuvre créée en 1954, disparut au bout de quatre représentations. Le compositeur en tira néanmoins deux Interludes souvent exécutés au concert. Cette deuxième période compte également, parmiquelques rares pages instrumentales, la 2e Symphonie (1956), dans laquelle le compositeur abandonne la forme sonate mais use encore de retours thématiques. Oeuvre de transition, elle amorce, par un renoncement partiel à la tonalité et surtout par une violence encore inaccoutumée, une évolution qui trouvera son aboutissement dans les dernières oeuvres.

Dans sa période de vieillesse, Paul Le Flem va s'adresser à tous les genres. Après deux ouvrages vocaux, Morvenn le Gaëlique, et Hommage à Rameau, il écrit sa première oeuvre entièrement atonale, le Concertstück pour violon et orchestre (1964) qui atteste l'évolution stupéfiante de son art. Celle-ci s'affirme encore avec la 3e Symphonie (1971) qui renonce définitivement à tout retour thématique et procède par séquences enchaînées sans développement. Les mêmes caractéristiques organisées selon une plus grande unité se retrouvent dans la 4e Symphonie (1975), qui en dit long sur la vitalité que l'auteur avait gardé à près de quatre-vingts quinze ans. En 1967, Le Flem avait écrit un nouvel ouvrage lyrique, La Maudite qui ne fut pas représenté. Il ne put achever que trois de ses Préludes pour orchestre (1976) qui constituent son testament musical.

Quand on considère l'oeuvre de Paul Le Flem dans son ensemble, on est frappé par la profonde unité qui relie ses différentes «manières». En effet, si le langage se transforme, si la tonalité disparaît ou si les formes traditionnelles sont abandonnées au profit d'un renouvellement constant de la matière musicale, il est impossible de ne pas discerner immédiatement l'empreinte de l'auteur. D'autre part, on voit combien toute son oeuvre est habitée par la présence de la Bretagne : même si tous ses ouvrages n'y font pas explicitement référence, on peut y percevoir la contemplation permanente des paysages marins comme élément constant de son inspiration. Il semble désormais que le moment soit venu pour que l'on rende justice à ce grand musicien qui, de son propre aveu, s'intéressait plus aux autres qu'à lui-même. C'est donc avec joie qu'il faut accueillir le regain d'intérêt dont jouit aujourd'hui la musique de Paul Le Flem, et il faut souhaiter qu'elle obtienne l'audience qu'elle aurait dû trouver depuis longtemps déjà.

Jacques Tchamkerten, Brochure des éditions Gérard Billaudot, 1992


© Ircam-Centre Pompidou, 2007